La voiture électrique n’est pas la priorité des constructeurs

La voiture électrique n’est pas la priorité des constructeurs

Publié le 11 janvier 2013
Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com

Selon une étude réalisée par KPMG (cabinet d’audit et de conseil), les constructeurs automobiles continueront d’investir massivement dans le développement des véhicules à moteur thermique d’ici à 2018.

Si les véhicules électriques occupent le devant de la scène côté médias, il semble qu’au sein des bureaux d’études, l’intérêt reste focalisé sur les voitures à moteur thermique et les véhicules hybrides. C’est ce qui ressort de l’étude KPMG réalisée auprès de 200 dirigeants du secteur automobile (constructeurs, fournisseurs, concessionnaires, …).

La réduction de la cylindrée (downsizing) et l’amélioration des techniques de combustion (calage et levée variable des soupapes, HCCI, suralimentation,…) offriraient  le meilleur potentiel de réduction des émissions polluantes pour les 10 prochaines années à venir sans générer de coûts de développement exorbitants qui grèveraient alors le prix de vente.

Les technologies hybrides font preuve d’un intérêt grandissant de la part des exécutifs. En revanche, seuls 8% des cadres supérieurs sondés précisent que leur société investit dans une technologie 100% électrique.

L’incertitude concernant l’émergence d’une technologie plutôt qu’une autre (pile à combustible, électrique à batterie, électrique avec prolongateur d’autonomie, hybride plug-in) et le manque de visibilité sur le développement des infrastructures pour recharger son véhicule sont autant de freins dans l’immédiat et pour les années à venir dans l’émergence des véhicules électriques.

Il ressort du marché actuel que les véhicules hybrides ont la préférence des acheteurs particuliers tandis que les véhicules 100% électriques sont l’apanage des véhicules de flotte (entreprises, sociétés de location, administrations,…). De fait, les ventes de véhicules électriques ne devrait pas décoller au moins avant 10 ans.

L’étude réalisée par KPMG tend à montrer que, si les véhicules électriques ont certainement leur place pour les produits de niche (Tesla), la stratégie paraît plus hasardeuse dans l’immédiat pour les véhicules à grande diffusion (Renault Zoé).

Si le pari devrait s’avérer payant dans 10 ans, il faudra travailler d’arrache-pied pour continuer à proposer une gamme de véhicules à moteur thermique attrayante d’ici là et accepter de commercialiser durant ce laps de temps des véhicules non rentables par leur faible volume de ventes.

Source: KPMG
Crédit photo: Renault

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux

© Guillaume Darding

Mentions légales