Michelin proposera un pneu auto-réparant en 2015

Michelin proposera un pneu auto-réparant en 2015

Publié le 01 juillet 2013
Publi-reportage rédigé par Centrale pneus

Il s’agit de la toute dernière innovation sur laquelle travaille le groupe Michelin: un pneumatique capable de de s’auto-réparer. Présenté en mai 2011 à Berlin à l’occasion du challenge Bibendum, ce projet avait suscité bien des commentaires de la part des professionnels du pneumatique.

La signature de premiers contrats de livraison

Aujourd’hui, les choses se concrétisent. En effet, le fabricant mondial de pneus a déclaré avoir signé des contrats de livraison avec ses premiers clients. Les premiers pneus auto-réparant devraient donc être livrés en première monte à partir de 2015-2016.

Le responsable du groupe à l’origine de ces déclarations n’a cependant pas dévoilé le nom des marques et constructeurs automobiles « cobayes » pour ce nouveau pneu auto-réparant.  Ce pneu nouvelle génération n’a d’ailleurs pas encore reçu d’appellation définitive de la part de la firme clermontoise.

Par rapport à ses premiers objectifs,  Michelin semble avoir pris un peu de retard. Le fabricant de pneus mondial prévoyait ainsi d’abord de commercialiser ce nouveau pneu en 2014. Des objectifs revus à la baisse au vu de la complexité du processus de fabrication.

Un composé de gomme capable de boucher instantanément un trou

Concrètement, ce pneu dit « auto-réparant » se caractérisera par une espèce de « peau » fixée à l’intérieur du pneu et permettant de boucher instantanément le trou. La plupart des produits utilisés pour la fabrication de cette peau ont déjà été brevetés. Plusieurs milliers de ces pneus ont déjà été fabriqués et sont actuellement dans l’attente d’être commercialisés. Les tests se sont pour le moment révélés positifs mais Michelin reste prudent et continue d’évaluer le marché pour être certain que l’introduction de ce nouveau pneu sera un succès.

Seul inconvénient pour le moment connu de ce pneumatique dit « auto-réparant » : il pèserait un kilo de plus qu’un pneumatique classique mais permettrait en revanche de se départir de la roue de secours ; un gain de place et de poids significatif.

Le pneu auto-réparant apporte une vraie réponse aux besoins des automobilistes : sécurité, économie et fiabilité.

Source: Les Echos
crédit image: Viamichelin

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Rose à propos de l'article «Dossier: systèmes de dépollution des moteurs diesel»

Il y a 3 jours

Bonjour, Je suis actuellement à la recherche d'informations concernant ce fameux FAP, car j'envisage d'acheter une v50 Volvo dont le FAF à priori devra être changer au alantour des 120000km (elle est à 112000km aujourd'hui). Savez vous si le système installé sur moteur pour rouler à l'eau est il vraiment sérieux ? Et si cela est compatible avec le FAP ? Merci

Guillaume Darding à propos de l'article «Normes Euro 6c: filtre à particules et casse-tête hybride»

Il y a 3 jours

Bonjour Mike, merci pour vos encouragements! Concernant les émissions de NOx, Emissions Analytics (EQUA index) détient une base de données conséquente de véhicules mesurées en conditions de conduite réelle. Vous ne retrouverez pas les valeurs exactes mesurées, mais l'index de qualité de l'air permet déjà de se faire une bonne idée. https://equaindex.com/ Concernant les émissions de particules fines, c'est un sujet plus délicat car cette composante est plus difficile à évaluer. Néanmoins, certains organismes comme l'ADAC communiquent ces valeurs (mais pas en conditions de conduite réelles, il s'agit de valeurs mesurées par leurs propres soins en laboratoire similaires aux tests d'homologation). D'autre part, le nombre de véhicules testées reste assez faible (environ une centaine depuis septembre 2016). https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/ (en allemand - les véhicules concernées sont ceux répondant aux normes "Schadstoffklasse" Euro 6c ou Euro 6d temp)

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Il y a 3 jours

Bonjour Fefe31, il n'est pas normal d'avoir ce défaut récurrent, surtout à cette fréquence, même si vos habitudes de conduite favorisent les petits trajet. Il est surtout surprenant que vous ayez à remplacer ce composant très régulièrement. Soit la conception de la sonde est défaillante, ce qui serait somme toute assez surprenant (mais ça peut toujours arriver), soit la calibration moteur favorise l'encrassement de la sonde, la rendant très rapidement inopérante. Il peut y avoir de multiples causes provoquant la contamination de la sonde lambda. En considérant que vous faites beaucoup de petits trajets, on peut présumer une accumulation de suies ou une contamination à l'huile moteur. Il peut y avoir beaucoup d'autres causes par ailleurs, des plus bénignes (qualité du carburant, utilisations d'additif dans le carburant) aux plus graves (joint de culasse défectueux). De toute façon, il n'est pas normal de devoir changer de sonde lambda aussi fréquemment (on peut estimer que les sondes doivent être changées une à deux fois tout au long de la durée de vie du moteur). Un tel problème devrait être remonté par votre garage à Nissan (vous n'êtes peut-être pas le seul dans cette situation et un correctif, s'il n'existe pas déjà (mise à jour du calculateur, nouvelle référence de sonde), devrait être apporté.

© Guillaume Darding

Mentions légales