Présentation: Audi A4

Présentation: Audi A4

publié le 13 juillet 2015
Thème: Présentation véhicule
Par Guillaume Darding

Vorsprung durch Technik (le progrès par la technique): le slogan d'Audi n'a jamais été aussi bien utilisé qu'avec la nouvelle A4. S'il ne faut surtout pas s'attendre à une révolution stylistique pour cette nouvelle génération, ce sont une multitude de petits détails qui font de ce modèle un nouveau modèle à part entière et non un simple restylage.

Châssis

La nouvelle A4 s'étend sur une longueur de 4,73m (3cm de plus que la génération précédente) pour une largeur de 1,84m (+ 2cm) et une hauteur de 1,43m (valeur inchangée). L'empattement grandit de 12mm pour atteindre 2,82m. Le break Avant voit sa hauteur augmenter de 7mm par rapport à la berline.

Audi A4 berline 2016 - trois quart avant
Audi A4 berline 2016 - trois quart avant

La structure porteuse utilise de l'acier. Afin de trouver la meilleure répartition des masses entre l'avant et l'arrière, le compartiment moteur utilise de nombreux éléments en aluminium comme les attaches des bras de suspension et les renforts pour rigidifier la caisse. Les renforts de pare-chocs sont eux-aussi en aluminium à l'avant comme à l'arrière.

Audi A4 2016 - matériaux châssis
Audi A4 2016 - matériaux châssis

En matière d'aérodynamique, la nouvelle A4 fait jeu égal avec la sculpturale Mercedes CLA. Elle affiche un Cx de 0.23 pour la berline (0.27 pour la génération précédente) et de 0.26 pour le break.

Les versions Ultra dérivées des moteurs diesel sont par ailleurs pourvu de 2 volets actifs derrière la calandre. Lorsque le moteur ne nécessite que peu de refroidissement, les deux volets sont fermés pour améliorer l'aérodynamique. En fonction des besoins, le volet inférieur s'ouvre. Lorsque le moteur a besoin d'un maximum de circulation d'air, le volet supérieur s'ouvre à son tour.

L'aérodynamique sous le châssis n'a pas été oubliée. Le fond est quasi plat à l'exception notable de la ligne d'échappement qui n'est pas protégée en raison des températures élevées de cette dernière. Les bras inférieurs de la suspension arrière reçoivent eux-aussi un carter en plastique pour limiter les turbulences du flux d'air sous caisse. Enfin, les mini-déflecteurs permettent de mieux canaliser le flux d'air sous le châssis au niveau des roues arrière.

Audi A4 2016 - dessous châssis - fond plat
Audi A4 2016 - dessous châssis - fond plat

Tout comme la Mazda MX-5, la nouvelle A4 utilise des câbles en aluminium. Toujours dans l'optique de réduire le poids, l'A4 est pourvu d'une batterie AGM (Absorbent Glass fiber Mat - fibre de verre microporeuse). Outre une masse plus faible, elle est aussi plus efficace lors des démarrages à froid et supporte mieux les cycles de charge/décharge.

La nouvelle A4 transmet la puissance moteur via les roues avant (à l'exception de la version la plus puissante qui transmet la puissance aux 4 roues). Elle peut recevoir en option sur certaines versions une transmission quattro: il s'agit d'une transmission intégrale et permanente. En temps normal, 60% du couple est transmis aux roues arrière. Lorsque les conditions l'exigent, 70% du couple peut être dirigé vers les roues avant ou jusqu'à 85% à l'arrière. La distribution du couple entre les deux essieux se fait via un différentiel central autobloquant.

Audi A4 Avant 2016 - vue de profil
Audi A4 Avant 2016 - vue de profil

La motorisation diesel la plus puissante peut, de plus, recevoir un différentiel sport. Ce dernier prend la place du différentiel arrière conventionnel. Par rapport à un différentiel classique, il est pourvu de 2 embrayages multidisques qui permettent de transmettre plus de puissance, à l'une ou l'autre roue. Cela permet notamment de transmettre plus de couple à la roue extérieure dans un virage pour améliorer l'équilibre de la voiture et retarder l'apparition du sous-virage.

Liaisons au sol

Pour la nouvelle génération d'A4, le constructeur a eu la volonté de privilégier le sentiment de conduite dynamique (à l'image de ce que propose habituellement BMW), sans toutefois dégrader exagérément le confort, s'agissant d'une berline routière. Si les principes de suspension ne changent pas (suspensions multibras à l'avant et à l'arrière), Audi a revu en profondeur chacun des éléments pour réduire les masses non suspendues et optimiser le guidage des roues.

De prime abord, la suspension avant semble identique par rapport à la précédente A4, de nombreuses évolutions ont été introduites, à commencer par une direction assistée électro-hydrauliquement. Ensuite, les biellettes supérieures sont désormais reliées directement au châssis.

Audi A4 2016 - suspension avant
Audi A4 2016 - suspension avant

Auparavant, ces deux biellettes étaient reliées dans un support commun avec les coupelles d'amortisseur. Cette technique permet d'améliorer la rigidité de l'ensemble sans pénaliser la masse. Le bras inférieur est quant à lui relié à un faux châssis de construction hybride (utilisant de l'acier à haute limite élastique et de l'aluminium).

Les liaisons élastocinématiques à déformation programmée selon l'axe de sollicitation (très rigide en latéral, plus souple en longitudinal) font appel à des élastomères à amortissement hydraulique. Elles participent à la précision de conduite tout en offrant un excellent découplage des vibrations en provenance des roues.

A l'arrière, Audi a revu en profondeur la géométrie des suspensions. Pour améliorer le guidage des roues arrière, la suspension fait dorénavant appel à un cinquième bras, au lieu de la construction trapézoïdale (à 4 bras) de la précédente génération.

Audi A4 2016 - suspension arrière - différentiel sport
Audi A4 2016 - suspension arrière - différentiel sport

Audi utilise désormais de série des amortisseurs monotubes. Par rapport aux classiques amortisseurs bitubes, ce type d'amortisseur permet un réglage plus fin du taux d'amortissement et un échauffement moindre lors les suspensions sont fortement sollicitées, garantissant une stabilité des capacités d'amortissement, indépendamment des conditions de conduite. Enfin, l'amortisseur monotube est sensiblement plus léger.

En option, la nouvelle A4 peut recevoir une suspension adaptative. Il s'agit de faire varier le taux d'amortissement en fonction des conditions de roulage. Le conducteur a alors le choix entre 2 modes de conduite: confort ou sport. En mode confort, la hauteur de caisse est abaissée de 10mm par rapport à la version à amortisseurs classiques. Avec le mode Sport, la hauteur est abaissée de 13mm supplémentaires par rapport au mode confort.

L'amortissement variable est réalisé grâce à une huile chargée en particules magnétiques. L'intensité magnétique est modifiée en continu au niveau des clapets d'amortisseurs afin de faciliter plus ou moins le passage de l'huile.

Style extérieur

Audi a cherché à dynamiser la silhouette de sa berline. A l'avant, la calandre single frame ainsi que le dessin des blocs optiques sont devenus plus anguleux. La nouvelle A4 adopte une nouvelle signature visuelle des feux de jour avec une double ligne soulignant les extrémités hautes et basses des phares.

Audi A4 berline 2016 - vue arrière
Audi A4 berline 2016 - vue arrière

Le profil évolue peu, à l'exception notable des rétroviseurs désormais implantés au niveau de la carrosserie et non plus au niveau des vitrages. Cela contribue à abaisser visuellement la voiture. L'A4 présente toujours un pli de carrosserie qui s'étire des feux avant aux feux arrière et les bas de caisse sont plus travaillés. A l'arrière, les feux se sont sensiblement affinés.

Habitacle

De série, la nouvelle A4 est équipée de compteurs analogiques pour indiquer la vitesse et le régime moteur. Entre ces 2 compteurs est intégré un écran de 5 ou 7 pouces selon la version du système de navigation. Tout comme le TT ou la R8, l'A4 peut aussi être pourvu d'un cockpit virtuel pour l'instrumentation. L'écran, d'une taille de 12,3" prend la place des compteurs.

Audi A4 2016 - habitacle - places avant
Audi A4 2016 - habitacle - places avant

S'agissant d'une berline à vocation familiale, l'écran situé devant le conducteur (ou le cockpit virtuel) est complété par un écran central de 7 pouces (voire 8,3 pouces dans la version haut de gamme du système de navigation).

Le module MMI (Multi Media Interface), servant à contrôler l'écran central se trouve devant le levier de vitesses lorsque la boîte de vitesses est automatique ou robotisée. Le levier, de faible hauteur, sert alors de repose-poignet. Lorsque la boîte de vitesses est manuelle, le module de commande se trouve derrière le levier de changement de vitesses.

Le coffre de la berline atteint un volume de 480 litres. L'A4 Avant propose quant à elle un coffre d'un volume de 505 litres banquette en place, dont le chargement est facilité par un seuil d'accès relativement bas (63cm). La largeur du coffre atteint 1,0m. Lorsque les sièges arrière sont rabattus, le volume de chargement atteint 1.510 litres.

Audi A4 2016 - places arrières
Audi A4 2016 - places arrières

Pour prévenir les risques d'accident lorsque le véhicule est stationné en file et que les occupants s'apprêtent à ouvrir les portières, Audi a prévu un système qui avertit ces derniers d'un danger imminent (véhicule qui arrive par l'arrière). Le signalement se fait au moyen de l'éclairage intégré (clignotement de lumière rouge) dans les poignées intérieures. Le système est actif durant environ 3 minutes après la coupure moteur et il s'appuie sur les capteurs du radar de recul pour détecter les dangers potentiels.

Motorisations

A son lancement, Audi propose une palette de 2 moteurs essence (4 cylindres en ligne de respectivement 1.4l et 2.0l) et 2 moteurs diesel (un 4 cylindres en ligne de 2.0l et un V6 de 3.0l).

Audi abandonne le 1.8l en entrée de gamme au profit d'un 1.4l TFSI. Au contraire de son homologue proposé sur la compacte A3, le moteur de l'A4 n'est pas équipé de la désactivation des cylindres. Conçu autour d'un bloc en aluminium, il développe une puissance de 150 chevaux pour un couple de 250 Nm entre 1.500 tr/min et 3.500 tr/min. Le collecteur d'échappement est intégré dans la culasse. Cette dernière peut par ailleurs compter sur un circuit de refroidissement indépendant du bloc moteur.

Le carburant est injecté directement dans les cylindres à une pression pouvant atteindre 200 bars. La distribution est assurée par une courroie. Cette dernière ne devrait pas nécessiter de remplacement au cours de la vie du moteur.

Le 2.0l TFSI représente, au lancement du modèle, le fer de lance de la gamme en matière de moteurs essence. Il est disponible en 2 versions de puissance: 190 chevaux et 320 Nm entre 1.450 tr/min et 4.200 tr/min, 252 chevaux et 370 Nm entre 1.600 tr/min et 4.500 tr/min. Tout comme son petit frère, le collecteur d'échappement est intégré dans la culasse. En revanche, le 2.0l TFSI nouvelle génération reste fidèle à un bloc en fonte.

Audi A4 2016 - 2.0l TFSI 190 chevaux
Audi A4 2016 - 2.0l TFSI 190 chevaux

Concernant les moteurs diesel, la gamme débute avec un 4 cylindres de 2.0l de cylindrée. Il sera décliné en 3 niveaux de puissance: 122 chevaux (non disponible au lancement du modèle), 150 chevaux et 320 Nm de couple entre 1.500 tr/min et 3.500 tr/min, 190 chevaux et 400 Nm de couple entre 1.750 tr/min et 3.000 tr/min.

Le V6 TDI de 3.0l de cylindrée vient compléter l'offre diesel. Il est disponible selon 2 niveaux de puissances: 218 chevaux et 400 Nm de couple entre 1.250 tr/min et 3.500 tr/min, 272 chevaux et 600 Nm de couple entre 1.500 tr/min et 3.000 tr/min.

Tous les moteurs diesel sont équipés de SCR (intégré au sein du filtre à particules) pour diminuer les émissions d'oxyde d'azote, conformément à la norme Euro 6. En standard, l'A4 est pourvue d'un réservoir d'AdBlue de 12l, garantissant une autonomie de 10.000km avant de devoir remplir à nouveau le réservoir. En option gratuite, l'A4 peut recevoir un réservoir d'une capacité de 24l, afin d'espacer les pleins. Les V6 TDI sont de plus équipés d'un piège à NOx en amont du SCR afin de mieux réguler les émissions d'oxyde d'azote.

Audi A4 Avant 2016 - vue de profil
Audi A4 Avant 2016 - vue de profil

Sans atteindre le raffinement d'un alterno-démarreur, Audi a amélioré le fonctionnement de son système start/stop: le moteur se coupe désormais lorsque la vitesse est inférieure à 7 km/h (au lieu de 0 km/h à 3 km/h en règle générale, jusqu'à 20 km/h dans le cas d'un alterno-démarreur). Cette technique permet d'économiser quelques millilitres de carburant d'améliorer légèrement le confort (les vibrations dues à la coupure moteur surviennent lorsque le véhicule est encore en mouvement, réduisant alors la gêne ressentie par les occupant du véhicule).

Ultérieurement (fin 2016), le break Avant pourra aussi compter une motorisation supplémentaire avec l'introduction d'une déclinaison du 2.0l TFSI fonctionnant au moyen de gaz naturel (CNG). L'A4 Avant g-tron pourra aussi fonctionner avec du sans-plomb lorsque le réservoir de gaz (d'une capacité de 19kg) est vide. Dans cette configuration, le 2.0l TFSI développe une puissance de 170 chevaux et un couple de 270 Nm.

Les moteurs essence ainsi que le 2.0l TDI seront associés à une boîte de vitesse manuelle à 6 rapports. En option, ils pourront recevoir une boîte de vitesses robotisée à double embrayage (dénommée S tronic) à 7 vitesses. Cette même boîte est proposée de série en association avec le V6 TDI de 218 chevaux.

Le V6 TDI de 272 chevaux est, quant à lui, systématiquement associé à une transmission automatique comptant 8 rapports. La transmission à variation continue (Multitronic) n'est pas reconduite sur la nouvelle A4.

Production

La nouvelle Audi A4 prendra la suite de sa devancière sur les chaînes de montage. L'assemblage final se fait sur deux sites. A Ingolstadt (80km au nord de Munich) sont assemblés berlines et breaks tandis l'usine de Neckarsulm (60km au nord de Stuttgart) ne produit que la berline en renfort de l'usine principale. Les moteurs sont, quant à eux, assemblés en Hongrie sur le site de Györ (120km à l'ouest de Budapest).

Partagez cet article sur:

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Ford 1.0l Ecoboost»

il y a 15 jours

Bonjour Philoup69, d'après ce que vous décrivez, il me semble que le problème de durite (j'imagine le tuyau de dégazage du liquide de refroidissement qui a fait l'objet d'un rappel de la part de Ford) pourrait être la cause de vos soucis actuels. Il me semble probable que votre moteur ait surchauffé à cause de ce problème de durite. Pour sûr, j'ai pu répertorier plusieurs cas similaires sur les forums français et étrangers, sans que cela ne remette foncièrement en cause la bonne réputation de ce moteur.

vieri28 à propos de l'article «Essai: pneus Michelin CrossClimate»

il y a 18 jours

Bonjour, et merci pour cet essai longue durée, forcément plus intéressant et pertinent en terme de retour qu'une prise en main réalisée lors de la présentation par le fabricant, comme ce que j'ai pu lire jusqu'ici. J'utilise actuellement 2 jeux de roues (été et hiver), et cela représente un budget relativement important. J'ai la chance d'avoir encore une dimension de roue économique (195/65/R15), mais ce ne sera certainement plus le cas le jour du changement de voiture. N'habitant pas en montagne mais en plaine, la lecture de votre article me conforte sur le fait de passer sur ce pneu dans le futur.

Philoup69 à propos de l'article «Présentation moteur: Ford 1.0l Ecoboost»

il y a 19 jours

Bonjour, Et la fiabilité ? Mon Grand C-Max Titanium est immobilisé, dans un garage Ford depuis le 11 Janvier 2017. Au départ, j'ai constaté une absence de chauffage. Premier devis: remplacement de la pompe à eau = 1 800 €. Après cette réparation, le mécanicien a remarqué un dégagement de fumée par le pot d'échappement (mauvais signe ...). Démontage et analyse de la culasse: le troisième cylindre est endommagé. Suite à une surchauffe, il faut remplacer le moteur ! Second devis: remplacement du moteur = 7 078,94 €. Mon véhicule date de fin Janvier 2013 (moins de 4 ans au moment du problème) et a 122 000 Kms (moteur EcoBoost 1.0 125 cv). En Janvier 2016, j'avais déjà eu un problème de durite à 90 439 Kms (une première alerte ?). Est-ce un problème connu du moteur Ecoboost ?

© Guillaume Darding - Technique automobile

Mentions légales