Acheter un véhicule neuf : en concession uniquement ?

Acheter un véhicule neuf : en concession uniquement ?

Article sponsorisé - 03 mai 2020

Si les concessions automobiles sont aujourd’hui le canal privilégié pour acheter un véhicule neuf,  il existe d’autres possibilités qui permettent bien souvent des possibilités d’obtenir un meilleur tarif, que ce soit en acquérant son véhicule à l’étranger ou en s’offrant les services d’un mandataire automobile.

Acheter son véhicule à l’étranger

Si les démarches se sont considérablement simplifiées ces dernières années avec la consolidation de l’Union Européenne, il n’en reste pas moins que l’achat d’un véhicule à l’étranger demande une certaine discipline avant de pouvoir profiter de son véhicule. Formalités douanières, plaques d’immatriculation : voici le guide complet sur autoplanet.fr

Mandataire automobile : une solution clé en main

Que ce soit pour acheter un véhicule  en France ou en provenance de l’étranger, le mandataire automobile représente une alternative efficace car les démarches sont simplifiées au maximum : il n’y a plus qu’a se laisser guider par le mandataire qui s’occupera de mener à bien toutes les démarches administratives.

Il y a une réserve toutefois : lorsque le véhicule vient de l’étranger, les équipements de série et en option sont parfois différents d’un pays à l’autre, même si la finition a la même appellation. Il faudra donc veiller à ce que le niveau d’équipements soit bien similaire avant de comparer une offre avec une autre.

Jantes Audi - pixabay

Par exemple, dans le cas de la nouvelle Audi A3, la finition Design Luxe, proposée en France, n’existe pas en Allemagne dans cette finition, il faudra donc passer par des équipements optionnels pour atteindre le même niveau. D’autre part, dans le cas de la finition S-Line, alors qu’une A3 française est équipée de jantes de 18 pouces, les A3 S-Line ne sont fournies qu’avec des jantes de 17 pouces à l’origine en Allemagne. Et ce ne sont que quelques exemples parmi d’autres !

Enfin, lorsque le véhicule est acquis à l’étranger, il est fourni avec un manuel d’utilisation dans la langue du pays d’origine. Pas d’inquiétude toutefois : la vente se faisant à l’étranger, le mandataire automobile est normalement tenu de vous fournir le manuel d’utilisation en français.

Crédits photos : Pixabay.com

Commentaires sur l'article:

Pascal29

04 mai 2020 à 20h28

Bonsoir Guillaume; petit retour d'expérience d'un achat via mandataire; ma 308 SW HDI 120 Allure avec boite EAT6, a été achetée neuve par sa première proprio; je l'ai achetée 1 an après et avec 18000 kms; la voiture était en provenance d'Allemagne, et a été remise à sa propriétaire 1 mois 1/2 après sa fabrication; comparée à la version vendue en France, elle a les feux et phares full leds, les sièges tissus chauffants (inconnus en France), le toit vitré, les JA en 17" et le GPS Europe; ces équipements étaient en options en France, et la voiture a coutée 25000 € à sa première acheteuse, alors que, hors options, la même coutait plus de 29000 en concession française ... Le GPS et le système SMEG+ a été basculé en français par l'importateur et les livrets de bord étaient bien en français
Cordialement
Jonathan

05 mai 2020 à 10h18

Bonjour Guillaume,

Merci pour votre article très intéressant.
Il y'a toutefois un élément très important à mentionner lors de l'achat d'un véhicule à l'étranger: la taxe carbone. En Allemagne par exemple celle-ci n'existe pas. Jusqu'en 2015-2016, acheter un véhicule en Allemagne valait le coup (ou coût!) aujourd'hui la situation n'est plus du tout la même pour bon nombre de véhicules un minimum puissants, le coût de la taxe carbone rend l'acquisition de véhicules neufs en Allemagne plus cher qu'en France à présent.
C'est d'ailleurs le gros problème de beaucoup de mandataires qui ont vu une part significative de leur clientèle s'évaporer pour cette raison.
Guillaume Darding [administrateur]

06 mai 2020 à 10h13

Bonjour à tous,

@Pascal, merci pour votre retour d'expérience

@Jonathan, merci pour votre complément d'information !
pjmdur

05 juin 2020 à 14h48

Bonjour,

J'avais essayé deux mandataires pour une Renault puis une Peugeot.
Mes observations:
Si on a un véhicule à reprendre, les mandataires jouent parfois pas le jeu et font des propositions sans rapport avec la valeur de reprise classique. Le calcul est simple; Cote ARGUS calculée avec précision via leur utilitaire moins 15%.
Avec la remise du concessionnaire plus une reprise qui n'était pas de l'escroquerie, j'ai à chaque fois préféré acheter en CC.
Et j'ai pu acheter exactement la version avec les options que je souhaitais.
Je crois aussi que certains avantages fiscaux fonctionnent pas si véhicule provient hors de France; point à vérifier.

Cldt

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 10 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales