Alliance Renault/Nissan : toujours plus en commun

Alliance Renault/Nissan : toujours plus en commun

Publié le 31 janvier 2014
Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com

L’Alliance Renault/Nissan va accélerer les efforts de coopération entre les deux constructeurs. Ces efforts s’articuleront autour de 4 axes : les achats, l’ingénierie, la production et enfin les ressources humaines.

Pour assurer la bonne mise en place de ces coopérations, un directeur est nommé à la tête de chaque pôle. Leur premier objectif est d’identifier d’ici à la fin du premier trimestre les moyens nécessaires à la réalisation des synergies. Ces dernières ont pour objectif de réduire les coûts (les synergies devraient atteindre un montant minimum de 4,3 milliards d’euros) sans pour autant sacrifier l’identité propre à chaque marque.

En matière d’achat, l’objectif sera d’avoir une centrale d’achat commune entre Renault et Nissan pour chaque  région. Cette étape permettra de diminuer le coût d’achat des composants grâce à un volume plus important de pièces répondant à un cahier des charges commun.

Concernant la recherche et le développement, les thématiques d’innovation seront partagées entre les deux constructeurs. Ils devront par ailleurs intensifier leurs efforts pour développer et utiliser des plateformes communes. Il en sera de même pour le développement des motorisations. Enfin, les bancs d’essais pourraient être mutualisés.

Pour la fabrication et la logistique, il est prévu de standardiser les processus de fabrication entre les deux marques, ce qui permettra de produire des Nissan dans les usines Renault et vice-et-versa. La coopération, à ce chapitre, a déjà été amorcée dans le cadre des accords de compétitivité : Renault pourrait produire jusqu’à 132.000 Micra (au lieu de 82.000 initialement prévues) sur le site de Flins à partir de 2016. Renault et Nissan ont décidé d’étendre les volumes de production avec la fabrication de Nissan à conduite à droite (projet initial) et à conduite à gauche.

Enfin, en matière de ressources humaines, les deux entités chercheront à élaborer des stratégies communes de recrutement et de gestion des talents. Les RH chercheront par ailleurs à favoriser l’échange de personnel entre les deux marques.

Commentaires sur l'article:

xav3294

16 mai 2016 à 20h14

et que pense tu de l'arrivée récente de Mitsu , Nissan peut-il prendre le dessus sur Renault ? la véritable alliance pour Renault ne serait-elle pas avec Mercedes ?
Guillaume Darding [administrateur]

16 mai 2016 à 22h24

Je ne pense pas que Nissan prenne le dessus sur Renault. Renault a procédé de même avec Avtovaz il y a quelques temps sans que quiconque n'ait évoqué le risque que Renault puisse prendre le dessus dans l'Alliance.

Concernant Mitsubishi, le constructeur est à la fois concurrent de Nissan (marché local) et complémentaire à l'international. Surtout, avec Mitsubishi, l'Alliance se rapproche des trois premiers constructeurs mondiaux et se donne donc plus de poids dans le secteur. A court terme, je ne suis pas sûr que des synergies puissent se mettre en place avec le constructeur français qui a déjà une gamme bien complète, tant en matière de VE que de SUV.

Renault/Nissan a autant besoin de Mercedes (amélioration de la qualité perçue, point faible de la marque française, ce n'est pas un hasard si l'Infiniti Q30 est basée sur la plateforme de la Classe A plutôt que sur celle de la nouvelle Mégane) que Mercedes a besoin de Renault (pour les petits moteurs diesel et les petits utilitaires).

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: les différents types de boîtes de vitesses»

Il y a 5 jours

Bonjour Jean-Jacques, la boîte TCT proposée sur les Alfa Romeo est une boîte robotisée à double embrayage. L'apparition du message d'erreur me semble quand même prématurée, mais elle peut s'expliquer par le fait que vous restez longtemps en côte avec une faible accélération. Vraisemblablement, l'un ou l'autre embrayage n'est pas complètement fermé, ce qui crée du frottement et génère donc de la chaleur. Si, de plus, lors d'un démarrage à froid, la puissance de refroidissement de la boîte est réduite (le temps que la température d'huile monte et que l'huile devienne moins visqueuse, générant ainsi moins de frictions, au bénéfice de la consommation de carburant), on se retrouve dans une situation critique où la température de la boîte devient potentiellement trop élevée. Il n'y a pas de réglage possible (autrement que par une mise à jour du constructeur ou à prendre le risque de reprogrammer la boîte par un spécialiste) et je n'ai pas le sentiment qu'un changement de boîte solutionnerait ce problème (puisqu'il s'agit vraisemenblablement d'un problème de calibration du logiciel de la boîte). Vu votre kilométrage, j'imagine que votre Giuletta est toujours sous garantie. Le cas échéant, n'hésitez donc pas à faire vérifier votre véhicule par votre concessionnaire.

Jean-Jacques Payan à propos de l'article «Dossier: les différents types de boîtes de vitesses»

Il y a 5 jours

Bonjour, Votre document est très intéressant. Je profite de votre site pour vous poser une question pratique. Je possède une Giulietta 170 TCT (dont vous ne parlez pas beaucoup .. de la boite) qui en remontant de mon 3eme sous sol avec un accès difficile cause un message d'erreur : Température élevée de la boite . Existe t il un réglage possible , changement de la boite ou tt simplement un défaut de conception ????? j'ai 15000 kms ... Avec mes remerciements.

Guillaume Darding à propos de l'article «Normes Euro 6c: filtre à particules et casse-tête hybride»

Il y a 7 jours

Bonjour Gabrielle, la Golf GTE fait partie des modèles dont l'homologation Euro 6c / Euro 6d temp est retardée en raison des faibles volumes de vente (en 2017, sur un total de 480.000 Golf construites, seules 10.000 étaient des GTE). De fait, sans cette homologation, il n'est plus possible d'immatriculer un nouveau véhicule. En théorie, quelques véhicules pourraient être encore vendus avec l'ancienne homologation (à titre d'une fin de série), à condition que le constructeur en fasse la demande. En fait, Volkswagen avait même stoppé les commandes sur ce modèle (et d'autres modèles de la gamme) en début d'année afin d'éviter de se retrouver dans la situation à laquelle vous faites désormais face. Vous concernant, votre concessionnaire aurait dû immatriculer votre Golf GTE avant le 1er septembre pour éviter les tracas (à condition que le véhicule était déjà en sa possession avant cette date). Désormais, il n'y a pas d'autre choix que de patienter jusqu'à ce que le modèle soit homologué (et cela pourrait prendre encore plusieurs semaines) pour débloquer la situation. Il faut aussi espérer, sans vouloir être (trop) pessimiste, qu'il ne s'agisse que d'une nouvelle homogation sans changement technique car si des changements techniques devaient intervenir (ajout d'un filtre à particules / calibration moteur), la livraison de votre véhicule pourrait être encore allongée.

© Guillaume Darding

Mentions légales