Alliance Renault/Nissan : toujours plus en commun

Alliance Renault/Nissan : toujours plus en commun

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 31 janvier 2014

L’Alliance Renault/Nissan va accélerer les efforts de coopération entre les deux constructeurs. Ces efforts s’articuleront autour de 4 axes : les achats, l’ingénierie, la production et enfin les ressources humaines.

Pour assurer la bonne mise en place de ces coopérations, un directeur est nommé à la tête de chaque pôle. Leur premier objectif est d’identifier d’ici à la fin du premier trimestre les moyens nécessaires à la réalisation des synergies. Ces dernières ont pour objectif de réduire les coûts (les synergies devraient atteindre un montant minimum de 4,3 milliards d’euros) sans pour autant sacrifier l’identité propre à chaque marque.

En matière d’achat, l’objectif sera d’avoir une centrale d’achat commune entre Renault et Nissan pour chaque  région. Cette étape permettra de diminuer le coût d’achat des composants grâce à un volume plus important de pièces répondant à un cahier des charges commun.

Concernant la recherche et le développement, les thématiques d’innovation seront partagées entre les deux constructeurs. Ils devront par ailleurs intensifier leurs efforts pour développer et utiliser des plateformes communes. Il en sera de même pour le développement des motorisations. Enfin, les bancs d’essais pourraient être mutualisés.

Pour la fabrication et la logistique, il est prévu de standardiser les processus de fabrication entre les deux marques, ce qui permettra de produire des Nissan dans les usines Renault et vice-et-versa. La coopération, à ce chapitre, a déjà été amorcée dans le cadre des accords de compétitivité : Renault pourrait produire jusqu’à 132.000 Micra (au lieu de 82.000 initialement prévues) sur le site de Flins à partir de 2016. Renault et Nissan ont décidé d’étendre les volumes de production avec la fabrication de Nissan à conduite à droite (projet initial) et à conduite à gauche.

Enfin, en matière de ressources humaines, les deux entités chercheront à élaborer des stratégies communes de recrutement et de gestion des talents. Les RH chercheront par ailleurs à favoriser l’échange de personnel entre les deux marques.

Commentaires sur l'article:

xav3294

16 mai 2016 à 20h14

et que pense tu de l'arrivée récente de Mitsu , Nissan peut-il prendre le dessus sur Renault ? la véritable alliance pour Renault ne serait-elle pas avec Mercedes ?
Guillaume Darding [administrateur]

16 mai 2016 à 22h24

Je ne pense pas que Nissan prenne le dessus sur Renault. Renault a procédé de même avec Avtovaz il y a quelques temps sans que quiconque n'ait évoqué le risque que Renault puisse prendre le dessus dans l'Alliance.

Concernant Mitsubishi, le constructeur est à la fois concurrent de Nissan (marché local) et complémentaire à l'international. Surtout, avec Mitsubishi, l'Alliance se rapproche des trois premiers constructeurs mondiaux et se donne donc plus de poids dans le secteur. A court terme, je ne suis pas sûr que des synergies puissent se mettre en place avec le constructeur français qui a déjà une gamme bien complète, tant en matière de VE que de SUV.

Renault/Nissan a autant besoin de Mercedes (amélioration de la qualité perçue, point faible de la marque française, ce n'est pas un hasard si l'Infiniti Q30 est basée sur la plateforme de la Classe A plutôt que sur celle de la nouvelle Mégane) que Mercedes a besoin de Renault (pour les petits moteurs diesel et les petits utilitaires).

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Peugeot 1.2l Puretech turbo»

Hier

Bonjour Damien, merci pour votre retour d'expérience et vos encouragements. En matière de consommation, elle devrait baisser progressivement jusqu'à atteindre 8 à 10.000 km. Effectivement, il serait surprenant d'arriver en dessous de 6l/100km (quoique, avec une bonne dose d'éco-conduite, il faut voir), mais 6-6,5 l/100km pour une compacte essence, c'est plutôt pas mal. Concernant le Start/Stop, la fonction est utile sur le cycle d'homologation (elle permet de gagner environ 5 grammes de CO2 / km). Dans la vie réelle, cela permet d'économiser aussi un peu d'essence (lorsque le moteur fonctionne au ralenti, il consomme entre 0,8 et 1,5 litres par heure, parfois plus dans des conditions extrêmes) et apporte un certain confort pendant l'arrêt (absence de vibrations) tout en étant parfois désagréable au redémarrage (... vibrations). Néanmoins, dans le cas d'un moteur essence, les vibrations sont parfois à peine perceptibles à bas régime.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Hier

Bonjour Laguna22, merci pour votre retour d'expérience. Dans le cas de votre précédente Laguna, la cylindrée joue en sa faveur pour proposer plus de couple et potentiellement plus de souplesse... mais je doute, en revanche, que le moteur soit aussi agréable en matière de sonorité et de vibrations.

Guillaume Darding à propos de l'article «Emissions de CO2 en 2030: quels objectifs pour les constructeurs?»

Hier

Bonjour pjmdur, vous avez certainement raison si on parle de véhicules d'entreprise où les premiers retours semblent montrer que les conducteurs de ces véhicules ne se donnent pas la peine de recharger les batteries de leur véhicule hybride rechargeable. Enfin, je pense que c'est plus compliqué que cela : il n'ont pas nécessairement les moyens de recharger sur leur lieu de travail et si c'est un véhicule qui est stationné à domicile, il faudrait un compteur séparé pour que ce ne soit pas le conducteur qui soit facturé du coût de la recharge (ou l'entreprise devrait prévoir une prime pour compenser cela). Si on parle d'un achat particulier, je pense que le moteur électrique sera bien plus utilisé, en revanche.

© Guillaume Darding

Mentions légales