ArcelorMittal dévoile ses aciers pour réduire le poids des portières

ArcelorMittal dévoile ses aciers pour réduire le poids des portières

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 27 juin 2013

Le groupe, leader dans l’industrie de l’acier, a présenté ses solutions pour participer à la réduction du poids des voitures particulières. ArcelorMittal promet que la masse des portières peut être réduite de plus de 6 kg à moyen terme pour un véhicule du segment C (véhicule compact).

Dans l’immédiat, l’aciériste peut déjà accomplir une réduction de 5kg par portière sur une berline compacte (type Renault Mégane) grâce aux aciers existants. Les solutions proposées aujourd’hui en grande série sont le fruit d’un programme de R&D initié il y a près de 4 ans par ArcelorMittal.

Les pièces structurelles (renforts de portières) sont fabriquées à partir d’aciers UHLE (à Ultra Haute Limite Elastique) emboutis à chaud. Pour les panneaux de portes, l’aciériste propose un acier dit à double phase, comprenant une phase dure (type martensitique) dispersée dans une matrice ferritique.

Pas plus épaisse que 0,6mm (contre 0,75mm habituellement), cette tôle conserve une excellente résistance au choc et au marquage. Les différentes parties sont soudées au laser. L’acieriste affirme que cette solution reste 30% moins chère qu’une portière équivalente construite à partir d’aluminium.

A moyen terme (disponibilité prévue pour 2017), ArcelorMittal serait en mesure de proposer un acier dont la limite élastique atteindrait 2.000 MPa pour les pièces structurelles. Le groupe pourrait limiter l’épaisseur de tôle à 0,5mm pour les panneaux de portes. Ces améliorations permettrait alors de réduire encore le poids de l’ordre de 1,3 kg par portière par rapport à la solution évoquée ci-avant.

A titre de référence, il est couramment estimé qu’à chaque fois que la masse d’un véhicule est réduite de 15 kg, cela équivaut à réduire de 1 g/km les émissions de CO2.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 9 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales