Audi et BMW s'engagent pour un aluminium durable

Audi et BMW s'engagent pour un aluminium durable

Guillaume Darding - 01 mars 2013

Nouvellement créée fin 2012, l'ASI (Aluminium Stewardship Initiative) est une initiative ayant pour objectif de définir et promouvoir une utilisation responsable de l'aluminium. Audi et BMW viennent de rejoindre cette organisation.

L'ASI vise à regrouper les principaux acteurs de la filière aluminium (extraction du minerai, transformation, recyclage) pour éditer dès 2014 un standard. En concertations avec ces acteurs, l'ASI formulera une norme d'utilisation de l'aluminium prenant en compte des critères éthiques, environnementaux et sociaux.

L'aluminium est un métal utilisé intensivement dans de nombreuses industries. Son succès vient de ses nombreuses qualités, l'aluminium étant réputé pour être un matériau léger, résistant, durable, imperméable, non corrosif ainsi qu'un bon conducteur thermique et électrique. Dans l'industrie automobile, l'aluminium est principalement utilisé pour fabriquer des blocs moteurs, des châssis, des élements de suspension ou encore des panneaux de carrosserie.

D'autre part, l'aluminium est infiniment recyclable: l'exemple des canettes de boisson en est l'exemple le plus frappant: seules 6 semaines sont nécessaires à une canette après sa première fabrication pour être consommée, recyclée et prête à être consommée de nouveau. Dans l'industrie automobile, 95% de l'aluminium peut être recyclé sur une voiture en fin de vie.

De nombreuses entreprises telles Nespresso (fabricant de capsules de café), Tetra Pak (emballage de produits alimentaires), Rexam (fabricant de canettes pour boissons), pour les plus connus ont rejoint l'ASI.

En rejoignant l'ASI, Audi et BMW veulent se positionner en entreprises responsables: il ne s'agit pas seulement de réduire la masse de leur véhicule par l'utilisation de l'aluminium, il s'agit aussi de s'assurer que l'impact écologique reste limité tout au long du processus de fabrication et de la durée de vie du véhicule, de l'extraction des matières premières à leur recyclage.

Crédit photo: Audi AG

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Pascal29 à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Il y a 29 minutes

... Et qui coutent entre 50000 et 150000 €, à la portée de n'importe quel péquin en somme !

JulienH à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonsoir, c'est justement à cela que je pensais avec le coffre de toit, en plus du poids des bagages, si je prend un trajet que je fais plusieurs fois par an, Lyon -> Lans en Vercors par exemple, je vais avoir de l’autoroute. De plus la température en altitude l'hiver ne doit pas aidé... Ça confirme ce que je pense des voitures du style e-208, en fait si on veut investir dans l’électrique il faut partir sur de "vrai" modèles optimisé :-)

Guillaume Darding à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonjour à tous et merci pour vos encouragements ! @JulienH Le coffre de toit (en dehors de son poids) ne va pas changer grand chose dans la consommation globale sur une route de montagne, c'est surtout au-dessus de 90 km/h qu'il devient franchement pénalisant. Par contre, il est certain que la consommation, pour accéder aux stations, va s'envoler. Il est donc important d'avoir des stations de charge rapide en vallée et des points de charge lent à l'arrivée. Il est tout à fait envisageable d'avoir un VE en véhicule principal (et même en unique véhicule) : je pense que c'est désormais le cas dans un certain nombre de foyer qui ont opté pour un véhicule électrique. Les longs trajets demandent certes un peu plus de préparation pour programmer les arrêts, mais c'est largement faisable. Par contre, dans le cas de l'e-208 que vous évoquez, j'aurais du mal à la conseiller pour faire des longs trajets entre un consommation pas optimale et la batterie de taille modeste ! @Purmoka Effectivement, il faut que le réseau soit bien dimensionné pour éviter les files d'attente lors des fortes affluences. Aujourd'hui, c'est plutôt le cas (il y a eu quelques cas où les conduteurs ont dû patienter une vingtaine de minutes cet été avant de pouvoir commencer à recharger en France), mais il faut absolument que le réseau de charge rapide continue de grandir à la même cadence que les ventes de VE. D'autre part, il est aussi important de savoir la fréquentation des bornes (si toutes sont occupées et si oui, quel est le temps d'attente) afin d'éviter certaines déconvenues.

© Guillaume Darding

Mentions légales