Audi fête ses 20 ans en Hongrie

Audi fête ses 20 ans en Hongrie

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 26 février 2013

Depuis 1993, le site de Győr (nord-ouest de la Hongrie), site de production (moteurs et véhicules) et centre technique, joue  un rôle important dans la stratégie de développement de la marque aux  quatre anneaux.

Dès la fin de l’année 1993, les premiers moteurs 4 cylindres 1.8l 20 soupapes sont sortis de l’usine hongroise (en phase de pré-production). Le site comptait alors 800 employés et occupait une surface de 240.000 mètres carrés. L’usine ne produisait que des moteurs.

La production de moteurs s’est progressivement développée pour couvrir désormais la quasi-totalité de la gamme de moteurs Audi: de 4 à 12 cylindres, essence ou diesel. Le site de Győr produit aussi des blocs moteur pour Lamborghini et fournit plus largement des moteurs à l’ensemble du groupe Volkswagen.

En 1998, l’usine commence la fabrication de véhicules complets avec la production du TT coupé et cabriolet. Entre 2001 et 2003, le site de Győr a produit 36.000 Audi A3 et S3. Depuis 2007, l’usine hongroise assure la fabrication de l’A3 cabriolet avant de fabriquer depuis 2011 la RS3 Sportback. En 2013, l’usine aura la capacité de produire la nouvelle A3.

En 2001, Audi a étendu les capacités du site hongrois avec l’implementation d’un centre technique de développement comprenant des bancs moteurs. Aujourd’hui, près de 200 ingénieurs y sont employés autour d’une quinzaine de bancs de test. Les équipes présentes s’attachent plus particulièrement à la réduction des frictions, à l’optimisation des liaisons entre les composants moteur ainsi qu’à l’acoustique moteur.

En 20 ans, Audi a produit plus de 23 millions de moteurs et près de 600.000 véhicules.  Le site de Győr accueille pour l’heure 9.000 employés et représente un total de 15.000 emplois directs et indirects. Le site s’étend sur une surface de 4 millions de mètres carrés.

Profitant de cette occasion, Audi et le gouvernement hongrois ont signé un nouveau partenariat visant à promouvoir l’innovation, la recherche et le développement, la collaboration avec des universités hongroises. Il comprend aussi un engagement de la part du constructeur à préserver et développer les emplois.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 1 heure

Bonjour à tous, @Purmok oui, c'est possible en théorie de monter un boîtier éthanol sur un véhicule bicarburation essence/GPL. D'ailleurs, un fabricant de boîtier le fait des véhicules (quasi-)neufs : Borel. A titre personnel, je ne suis pas favorable à ce type de configuration car cela à un coût qu'il va être difficile d'amortir (le véhicule fonctionnant déjà au GPL, cela ne sera pas beaucoup plus économique de rouler avec l'E85, d'où un amortissement bien plus long que si on compare par rapport à un véhicule essence). D'autre part, si on roule régulièrement au GPL, on utilisera moins le carburant contenu dans le réservoir d'essence et, dans un cas extrême, on pourrait se retrouver en plein hiver avec de l'E85 en spécification été, ce qui peut compliquer le démarrage du véhicule dans ces conditions. @Medhi Il n'y a pas vraiment de risque de fiabilité. Le plus gros risque, c'est que, si vous avez affaire à un boîtier de mauvaise qualité, le fonctionnement avec de l'E85 pourrait ne pas être optimal (démarrages difficiles, broutages lors des accélérations). Concernant le contrôle technique, il est recommandé, lorsque la carte grise n'est pas modifiée, de passer le contrôle avec un plein d'essence. Parfois, les valeurs de sonde lambda peuvent être faussées, ce qui peut amener à un refus.

Mehdi à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 2 heures

Bonsoir. Je m'apprête à faire l'acquisition d'un véhicule d'occasion avec un boîtier éthanol non homologué. C'est une très bonne affaire, mais quel est le risque? Je m'explique : si j'enlève l'étiquette du boîtier (qui vaut 440 euros vérifié sur internet), aucune raison d'être embêté au contrôle technique? Ou faudra-t-il que je fasse un plein de sp98 avant le passage pour le contrôle pollution. C'est un Freelander V6 2.5L. Je ne sais pas quel est le risque et si je serais embêté plus tard. Je me dis qu'au pire je pourrais payer l'installation d'un kit dans 2 ans ou l'enlever pour le prochain CT. Merci d'avance pour vos conseils.

Djabou à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Hier

Bonjour, Merci pour cet article très complet. Après presque 2 ans, qu'en est-il de la fiabilité de ce tsi 150 evo ? Merci

© Guillaume Darding

Mentions légales