Carlos Tavares quitte Renault

Carlos Tavares quitte Renault

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 29 août 2013

Le constructeur français annonce que Carlos Tavares, directeur général délégué aux opérations de Renault (n°2 du groupe), quitte ses fonctions pour poursuivre ses projets personnels. Carlos Ghosn, PDG de l’Alliance Renault-Nissan et de Renault, reprend ses fonctions à titre temporaire.

Nommé n°2 du constructeur (succédant à Patrick Pelata) en juillet 2011 suite à la vraie-fausse affaire d’espionnage qui avait éclaboussé Renault, Carlos Tavares avait pour mission de redorer le blason de la marque française. Diplômé de l’Ecole Centrale, il est entré en 1981 chez Renault en tant qu’ingénieur essais sur le centre technique d’Aubevoye.

Il évolue au sein du constructeur au losange jusqu’à être en charge du développement de la Mégane II en 1998. En 2004, il quitte le monde de l’ingénierie pour évoluer au sein de Nissan en tant que Vice-Président en charge de la stratégie produit. Il siège au sein du conseil d’Administration du constructeur japonais depuis 2005.

Passionné de sport automobile, ses efforts n’auront pas été vains en deux ans au poste de Directeur Général : il a été à l’origine de la renaissance d’Alpine avec la mise en place d’un partenariat avec Caterham et il a assuré le lancement commercial de la gamme électrique de Renault avec notamment le Kangoo ZE, le Twizy et la Zoé, sans oublier la signature des accords de compétitivité.

Carlos Tavares avait récemment exprimé son désir d’évoluer à la tête d’un autre groupe, songeant notamment à prendre la direction de GM. Nul doute que ce départ soudain n’est pas un hasard (une telle déclaration n’étant certainement pas du goût de Carlos Ghosn) et qu’une annonce concernant l’avenir de M. Tavarès devrait rapidement intervenir.

Crédit photo: Renault

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Pires à propos de l'article «Présentation moteur: Audi 2.0l TFSI»

Il y a 12 heures

Bonjour, Je dois remplacer les pistons/segmentation/bielle sur mon audi Q5 TFSI 211cv de 2009. ( problème de surconsommation d'huile ). Mon véhicule étant de 2009 (66000 kms) , je n'espere pas de prise en charge d'Audi. J'ai peut être une solution en récupérant le bloc contenant les pièces défaillantes sur un moteur 211cv TFSI de 2019. Pensez- vous que le bloc de 2019 est compatible avec celui de 2009? D'avance merci pour votre aide

Fabalx à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Avant-hier

Bonjour, J'utilise plusieurs véhicules reprogrammés à l'ethanol, une clio et un sportvan. J'ai plus de recul avec la clio (3 ans) et considère que c'est un succes relatif : J'entends que ça fonctionne bien mais il y a un point étrange, je ne surconsomme pas mais je passe un jeu de bougies d'allumage tous les 25000KM. Est ce que le mélange est trop pauvre? Je ne pense pas vu qu'elle démarre même en hiver en e85 tant que je suis dans l'intervalle de 25000km. Si vous avez une opinion sur ce phénomène, je suis preneur de votre science. J'ai maintenant un Sportvan DACA 130CV que j'ai converti il y a de ça presque un an. Je constate toutefois un bruit métallique très discret lorsque la désactivation des cylindres opère depuis la conversion. Il est parfaitement cyclique mais je ne parviens pas à localiser s'il provient des cyclindres ou du turbo car on ne peut pas tester à l'arrêt... Est-ce que vous sauriez si le fait d'avoir modifier l'avance allumage et/ou les temps d'ouverture fermeture d'injecteurs lors de la reprogrammation ethanol peut avoir un impact néfaste sur le fonctionnement de la désactivation des cylindres? Qu'en est-il des reprogrammation incluant une montée en puissance/couple? Un passage au banc indique un passage de 130CH à 175CH identique à celle proposée pour le bloc DADA alors qu'il n'ont pas le même turbo, ni le même ratio de compression, ni les mêmes soupapes, etc... Ne sachant pas toutes ses disparités moteur avant reprogrammation, j'ai peut être fait preuve de candeur en pensant optimiser le réglage en passant au banc. Au final, je ne suis pas capable d'isoler la cause de ce changement de comportement en mode désactivation de cylindres. Est ce que ce bruit serait d'avantage imputable à un excès de gonflette ou bien les lois d'injection pour le E85??? Est-il possible pour un moteur de passer d'un cycle de Miller à un cycle Beau de Rochas par reprogrammation? Pure spéculation de néophite mais je soupsonne l'application d'une cartographie commune pour deux moteurs qui partagent finalement bien peu de chose...

pjmdur à propos de l'article «Technique : batterie Li-ion»

Avant-hier

Merci Guillaume. C'était un peu ma conclusion. Il est difficile de comprendre pourquoi sur mon véhicule, il y a une telle différence d'autonomie réelle sur ces faibles delta de température. Surtout qu'en plus il n'y en a pas trop par construction.

© Guillaume Darding

Mentions légales