Carlos Tavares quitte Renault

Carlos Tavares quitte Renault

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 29 août 2013

Le constructeur français annonce que Carlos Tavares, directeur général délégué aux opérations de Renault (n°2 du groupe), quitte ses fonctions pour poursuivre ses projets personnels. Carlos Ghosn, PDG de l’Alliance Renault-Nissan et de Renault, reprend ses fonctions à titre temporaire.

Nommé n°2 du constructeur (succédant à Patrick Pelata) en juillet 2011 suite à la vraie-fausse affaire d’espionnage qui avait éclaboussé Renault, Carlos Tavares avait pour mission de redorer le blason de la marque française. Diplômé de l’Ecole Centrale, il est entré en 1981 chez Renault en tant qu’ingénieur essais sur le centre technique d’Aubevoye.

Il évolue au sein du constructeur au losange jusqu’à être en charge du développement de la Mégane II en 1998. En 2004, il quitte le monde de l’ingénierie pour évoluer au sein de Nissan en tant que Vice-Président en charge de la stratégie produit. Il siège au sein du conseil d’Administration du constructeur japonais depuis 2005.

Passionné de sport automobile, ses efforts n’auront pas été vains en deux ans au poste de Directeur Général : il a été à l’origine de la renaissance d’Alpine avec la mise en place d’un partenariat avec Caterham et il a assuré le lancement commercial de la gamme électrique de Renault avec notamment le Kangoo ZE, le Twizy et la Zoé, sans oublier la signature des accords de compétitivité.

Carlos Tavares avait récemment exprimé son désir d’évoluer à la tête d’un autre groupe, songeant notamment à prendre la direction de GM. Nul doute que ce départ soudain n’est pas un hasard (une telle déclaration n’étant certainement pas du goût de Carlos Ghosn) et qu’une annonce concernant l’avenir de M. Tavarès devrait rapidement intervenir.

Crédit photo: Renault

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
pjmdur à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Pour faire suite à mon propos, de ce que j'ai pu lire, Toyota par exemple sur ses hybrides est compatible pour tous les carburants du E5 au E85 nativement..Ce constructeur ne chercherait pas, si avéré, à fabriquer des versions moteurs spécifiques mais pour aller sans modif dans n'importe quel pays. Les chauffeurs de taxi font 250000km sans problème avec du E85 sans manip spécifique.

nickos88 à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Avant-hier

Bonjour, faire une reprogrammation avec cartographie pour rouler à l'E85 est il légal pour le garagiste? Rouler avec une voiture qui a subi une repro est il légal? Merci pour vos réponses.

pjmdur à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Avant-hier

Merci Guillaume pour ces explications toujours pertinentes. Mais je me suis mal fait comprendre, mon propos était purement technique sur la gestion des moteurs vs carburants. Je m'explique. Si les moteurs récents sont déjà compatibles pour une plus large gamme de carburant dont le futur E25 qui devrait arriver tôt ou tard en Europe, cela implique pour moi qu'il y a déjà une sorte de compatibilité flexfuel, non? Ce E25 est déjà proposé dans certains pays. Sans parler d'homologation officielle pour le E85, mis à part certains éléments étudiés pour mieux supporter le E85, qu'est ce qui empêche nativement sans que ce soit mentionné dans les specs, de paramétrer le logiciel de gestion moteur pour une plage de carburants plus large que celle garantie? Cela semble déjà le cas pour le E25 qui fonctionne parfaitement, pourquoi pas aller jusqu'au E85? Une question d'optimisation pour une plage resserrée de types de carburants? Cldt

© Guillaume Darding

Mentions légales