Ce qu’il faut savoir sur les pneus hiver

Ce qu’il faut savoir sur les pneus hiver

Publié le 09 septembre 2013
Publi-reportage rédigé par tirendo.fr

Adapter ses pneus aux saisons, une nécessité

Quel est l’unique point de contact entre votre véhicule et la route ? Les pneus. Des études scientifiques prouvent qu’à partir d’une température inférieure à  7°C les pneus été ne sont plus efficaces: les performances des pneus en matière d’adhérence, de tenue de route ou de capacité de freinage chutent sensiblement.

Les points forts des pneus hiver 

Si la profondeur du profil des pneus été et des pneus d’hiver est quasi-identique (entre 7,8 mm et 7,9 mm pour les premiers et 8,1 mm pour les seconds; pour certains marchés alpins ou à enneigement permanent durant l’hiver, les manufacturiers proposent aussi des pneus dotés d’une profondeur de rainure allant jusqu'à 11mm dans certains pays scandinaves), ce qui distingue vraiment les pneus hiver de leurs homologues estivaux, ce sont tout d’abord les multiples lamelles réparties sur la bande de roulement.

La densité de lamelles est en effet 5 fois plus élevée que sur un pneu été. Ces lamelles – différentes de celles que l’on trouve sur les pneus 4x4 – apportent un meilleur grip sur les surfaces enneigées, humides ou glacées, en cela qu’elles se cramponnent dans la neige et l’évacuent plus facilement.  Les risques d’aquaplaning et de dérapage sont amoindris et apporte un net regain de confiance dans la conduite du véhicule. Il tient la route dans les virages ou lors des accélérations et la distance de freinage est considérablement raccourcie. Des tests ont montré qu’à une vitesse de 60 km/h, les distances de freinage peuvent être jusqu’à 20 % plus courtes avec des pneus d’hiver pour une température de  -10° C.

Ces performances sont également assurées par une gomme à base de silice spécialement conçue pour résister à température basse. Elle ne durcie pas avec le froid, ce qui permet de maximiser la traction du véhicule, notamment sur chaussée humide. Michelin a même breveté le mélange « Helio Compound » constitué de silice et d’huile de tournesol, qui optimise l’adhérence en conditions hivernales. 

Les pneus hiver sont remarquables à leur marquage « M+S »  sculpté dans leur flanc. Ces insignes signifient qu’ils sont aptes à rouler dans la neige « snow » et dans la boue « mud », un autre indice est la présence du pictogramme représentant une montagne et un flocon de neige.

marquage pneus hiver (Michelin): flocon, M+S

Différentes réglementations en Europe

En France le montage de pneus neige n’est pas encore obligatoire mais est sujet à de nombreux débats tant l'hexagone présente des climats disparates. L’obligation du pneu hiver a pour objectif l’amélioration de la sécurité des usagers et un recours au salage plus responsable (réduction de la pollution).

En effet, entre 200 000 et 2 millions de tonnes de sel par an seraient déversées sur les routes françaises. Cette quantité de sel se répand dans la nature et a tendance à bouleverser la biodiversité en asséchant la végétation. De plus, ce fondant routier contient des métaux lourds qui constituent une menace pour certaines espèces animales. 

A l'image de la France, la diversité des climats ne permet pas une législation européenne. C’est pourquoi dès octobre et jusqu’à la fin du mois d’avril, il convient de se renseigner sur la règlementation du pays dans lequel vous souhaitez vous rendre. En Allemagne, par exemple, les automobilistes ont pour obligation de se munir de pneus hiver en cas de « neige, neige fondue, verglas et givre » sous peine d’une amende pouvant s’élever jusqu’à 80 €. Le Luxembourg, l’Autriche, la Suède ou encore la République Tchèque disposent de réglementions similaires.

Crédit images: Dunlop, Michelin

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Bonjour Pulsar-76, merci beaucoup pour vos encouragements! Pour rebondir sur votre commentaire (et la fin de l'article n'est peut-être pas assez claire sur le sujet...), je précise que cet article n'est pas sponsorisé (il y a quelques articles sur le site qui ont été effectivement sponsorisés et ils sont dûment signalés le cas échéant). Au cours de la rédaction de cet article, j'ai contacté plusieurs entreprises commercialisant des dispositifs de conversion. L'une d'entre elles m'a consacré un peu de temps et m'a fourni plusieurs visuels, comme peuvent le faire les services presse des constructeurs: c'est à ce titre que je l'ai remerciée à la fin de mon article.

Pulsar-76 à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Excellent travail, en bon français, bien tourné, neutre; de plus le suivit des commentaire est remarquable! Pour une fois que cela ne sent pas le sponsoring à plein nez, "il faut bien gagner sa vie"! Ni le vite fait sans trop de documentation, "histoire de devenir célèbre". Vraiment chapeau bas, bonne continuation, je me ferais un plaisir de vous suivre régulièrement!

Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Bonjour Didier et pjmdur, merci pour vos encouragements! Concernant le fait de ne pas pouvoir passer en homologation un véhicule équipé d'un GPF, il s'agit essentiellement du fait que le filtre à particules essence est une technologie récente et qu'il n'y a pas beaucoup de recul sur cette technologie, notamment en ce qui concerne la gestion des régénérations (l'E85 a des températures de fonctionnement assez différentes). Pour information, le GPF n'est pas obligatoire depuis septembre 2018, mais nécessaire dans une grande majorité des cas pour respecter les normes, ce qui veut dire que certains véhicules neufs (mais il y en a assez peu, c'est vrai) ne sont pas forcément équipés d'un filtre. Ce sont essentiellement des véhicules légers (citadines).

© Guillaume Darding

Mentions légales