Eclairage adaptatif: bientôt contrôlé par le regard?

Eclairage adaptatif: bientôt contrôlé par le regard?

Guillaume Darding - 13 mars 2015

L'éclairage automobile a fait l'objet de nombreuses évolutions en quelques années. Il y a encore peu de temps, le choix se limitait, pour le conducteur, entre l'éclairage traditionnel halogène ou l'éclairage au xénon. Dans un futur proche, les éclairages, devenus adaptatifs, pourrait bénéficier d'une fonction supplémentaire: le faisceau lumineux pourrait s'adapter en fonction de l'endroit où se porte le regard du conducteur.

Depuis les phares au xénon, la technologie proposée pour améliorer la vision de nuit ne cesse d'évoluer. Les phares directionnels ont permis tout d'abord d'optimiser l'éclairage en courbe: en fonction de l'angle imprimé au volant et de la vitesse, tout ou partie du bloc optique pivote pour éclairer l'interieur du virage. Ce dispositif a été remis au goût du jour après avoir fait les beaux jours de la Citroën DS par le passé.

L'éclairage statique en virage d'intersection (allumage d'un des deux antibrouillards à l'avant) s'est lui-aussi démocratisé. Puis il y a eu l'éclairage adaptatif qui consistait en la bascule automatique entre feux de croisement et feux de route: une caméra logée devant le retroviseur intérieur scrute les sources lumineuses en amont du véhicule.

Eclairage adaptatif Opel AFL+

Puis l'éclairage LED et enfin laser ont ouvert de nombreuses possibilités en matière d'éclairage adaptatif étant donné que le faisceau est intégralement contrôlable. Cela permet, par exemple, d'éclairer avec l'intensité des feux de route le côté droit de la route tout en réduisant l'intensité lumineuse sur la partie gauche de la chaussée lorsque le véhicule en croise un autre.

Un autre exemple consiste à coupler l'éclairage aux fonctions du GPS afin d'éclairer une portion de route plus large lorsque le véhicule approche d'une intersection.

Dans un futur proche, Opel entend optimiser encore l'éclairage adaptatif en le couplant au regard du conducteur pour adaptater l'éclairage non seulement sur le plan horizontal, mais aussi sur le plan vertical. Ainsi, l'éclairage illuminerait le champ de vision réel du conducteur et non un espace défini par différents paramètres du véhicules (vitesse, angle du volant, GPS,...).

Opel - éclairage adaptatif contrôlé par le regard

Idéalement, le suivi du mouvement des yeux nécessite l'analyse en temps réel de signaux en provenance d'une dizaine de caméras. Le constructeur allemand a fait le pari qu'une seule caméra serait suffisante pour contrôler l'éclairage.

Pour ce faire, ladite caméra scrute le visage du conducteur à une fréquence de 50 fois par seconde. Elle reçoit le renfort de capteurs infrarouges et de capteurs sensibles à la lumière.

Ensuite, les équipes de développement ont pris en compte le fait que l'oeil est capable de changer de point d'intérêt extrêmement rapidement. Il était important que l'éclairage ne s'adapte pas aussi rapidement au risque de complètement déstabiliser le conducteur. De fait, il a été nécessaire d'introduire un certain délai entre le changement de focal du regard et le changement de la position de l'éclairage.

Opel - éclairage adaptatif - véhicule en face

Enfin, si le conducteur venait à détourner momentanément le regard de la route, par distraction ou par éblouissement d'un véhicule venant en face, un éclairage minimum est assuré au-devant du véhicule. Il est d'intensité identique à celle des feux de croisement classiques.

Ce type de technologie est toujours en développement et ne devrait pas être proposé sur les véhicules de production avant 2 ou 3 ans.

Commentaires sur l'article:

xav3294

22 novembre 2016 à 17h37

si je prends l'exemple de ma mégane 3 Bose 130 , l'éclairage halogène ne donne pas satisfaction meme en plein phares alors que l'éclairage Xénon de notre feu-Satis était vraiment extra , de plus un éclairage performant de type Full Led devrait etre disponible en option dès le 2 ème niveau de version sans inclure d'autres options dans un pack (Zen chez Renault par ex ), car l'éclairage n'est pas un gadget mais un élément de sécurité majeur .
Guillaume Darding [administrateur]

23 novembre 2016 à 11h45

Il faut tout de même garder à l'esprit que nouvelle technologie ne rime pas forcément avec plus d'efficacité... C'est ce qu'à montré l'IIHS avec les feux de technologie LED. Comme en cuisine, ce n'est pas forcément parce qu'on a les meilleurs ingrédients qu'on sortira les meilleurs plats!

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Nicolas G à propos de l'article «Normes Euro 6 : vue d'ensemble»

Il y a 1 heure

Bonjour Guillaume, Merci pour cet article sur Euro 6. J'aimerais revenir sur la partie "mesure de puissance" et en particulier celle relative aux moteurs électriques. Pour avoir eu l'occasion de visualiser plusieurs COC de véhicules électriques (sur ce COC est indiqué la max net power, la max 30min power et la hourly output), j'ai pu constater des disparités très fortes entre la puissance net maxi et la maxi à 30min. Des facteurs de X2 à presque X5 selon le modèle (ex: max 30min power= 79kw et max net power= 386kw). Pourriez-vous m'expliquer de tels écarts comme elle ne tient pas compte comme vous l'indiquez d"’une éventuelle limitation de puissance due à l’échauffement des batteries" ? Pourquoi retenir l'homologation retient la valeur à 30min et non la maxi? Une évolution est-elle prévue sur ce dernier point à l'avenir (dans les prochaines normes)? D'avance, merci pour votre retour.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Peugeot 1.2l Puretech turbo»

Avant-hier

Bonjour Damien, merci pour votre retour d'expérience et vos encouragements. En matière de consommation, elle devrait baisser progressivement jusqu'à atteindre 8 à 10.000 km. Effectivement, il serait surprenant d'arriver en dessous de 6l/100km (quoique, avec une bonne dose d'éco-conduite, il faut voir), mais 6-6,5 l/100km pour une compacte essence, c'est plutôt pas mal. Concernant le Start/Stop, la fonction est utile sur le cycle d'homologation (elle permet de gagner environ 5 grammes de CO2 / km). Dans la vie réelle, cela permet d'économiser aussi un peu d'essence (lorsque le moteur fonctionne au ralenti, il consomme entre 0,8 et 1,5 litres par heure, parfois plus dans des conditions extrêmes) et apporte un certain confort pendant l'arrêt (absence de vibrations) tout en étant parfois désagréable au redémarrage (... vibrations). Néanmoins, dans le cas d'un moteur essence, les vibrations sont parfois à peine perceptibles à bas régime.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Avant-hier

Bonjour Laguna22, merci pour votre retour d'expérience. Dans le cas de votre précédente Laguna, la cylindrée joue en sa faveur pour proposer plus de couple et potentiellement plus de souplesse... mais je doute, en revanche, que le moteur soit aussi agréable en matière de sonorité et de vibrations.

© Guillaume Darding

Mentions légales