Étude IIHS 2014 – Les citadines, une réalité alarmante

Étude IIHS 2014 – Les citadines, une réalité alarmante

par David C., chroniqueur automobile chez Kanetix - 06 février 2014

Si les étoiles du crash test Euro NCAP font office de référence sur le vieux continent, il existe aussi des alternatives comme celle du IIHS nord-américain. Ce dernier organisme a mis en évidence des faiblesses dans la conception des citadines.

Une alternative aux crash tests européens

2014 pourrait être une année importante dans le petit monde des crash tests. L'institut américain IIHS (Insurance Institute for Highway Safety), qui regroupe différents assureurs du pays, propose une nouvelle torture pour évaluer la sécurité de nos véhicules.

Si la norme est actuellement de mener un test frontal sur 40 % de la largeur d'une voiture, l'IIHS propose de le faire évoluer, en ne prenant en compte qu’un quart de la surface frontale. Les premiers résultats pour les citadines ont été diffusés ces derniers jours et font état d'une réalité plutôt alarmante. Aucun véhicule testé n'a obtenu la note maximale au test.

Un crash test plus « réel »

Avant d'aller plus loin, il est nécessaire de décrypter la méthodologie que l'IIHS utilise depuis 2012. Si l'Euro NCAP pratique un choc frontal à 64 km/h sur 40 % de la largeur du véhicule, le test cité ne s'applique que sur 25 % de la surface frontale, située également côté conducteur. Il correspond ainsi davantage à la réalité du terrain, lors des collisions frontales contre des objets ou, pire, d'autres véhicules.

crash test frontal IIHS 25% surface

La partie impliquée dans la collision se trouve généralement à l'extérieur du longeron principal de la voiture. L'aile, la suspension et le renfort de baie de pare-brise sont donc les éléments qui supportent la plupart des contraintes. Enfin, précisons que le test ne prend en compte que les véhicules les plus diffusés sur le marché nord-américain. Leurs résultats sont notés de la façon suivante : pauvre, mauvais, acceptable, bon.

Les crash tests pratiqués couramment

L’organisme indépendant NCAP étant aujourd’hui présent sur plusieurs continents, sa méthodologie est souvent reprise, en totalité ou en partie, par les autres institutions. Ses tests tentent de recréer les conditions réelles des chocs. En dehors du choc frontal, les véhicules sont soumis à un choc latéral contre une barrière lancée à 50 km/h. Celui simule l’accident le plus courant entre deux véhicules à un carrefour.

crash test choc latéral

Le mobilier urbain est aussi pris en compte avec le test dit « du poteau », qui se réalise à 29 km/h contre un poteau de 25,4 cm au niveau de la portière du conducteur. Enfin, l’un des derniers tests à avoir été mis en place est celui du choc contre un piéton. L’organisme évalue alors les blessures du piéton (adulte ou enfant) et des occupants du véhicule. L’ensemble des résultats obtenus est ensuite combiné pour donner la notation sous forme d’étoiles.

Les citadines, le segment le plus dangereux selon l’IIHS

Seule la Spark de Chevrolet reçoit une mention acceptable, alors que la Fiat 500 (5 étoiles au NCAP), la Toyota Prius C ou la Hyundai Accent (modèle réservé au marché nord-américain et étrangement classé dans les citadines), offrent des résultats carrément pauvres. Les Ford Fiesta, Toyota Yaris, Mazda 2 ou Kia Rio obtiennent quant à elles un (presque honorable) mauvais. A noter que la Rio fait mieux que l'Accent, alors même que les deux modèles partagent la même plateforme.

Fiat 500 crash test 25% surface frontale

Que faire ressortir de ces résultats ? En premier lieu, que les constructeurs ont travaillé dur ces dernières années pour améliorer la sécurité de leurs véhicules, mais que des tests différents permettent de mettre en lumière de nouveaux axes de travail.

La logique physique respectée

La presse nord-américaine a rapproché ces résultats, aux chiffres publiés en 2004 par l'agence américaine en charge de la sécurité routière, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA). Selon ces derniers, les citadines avaient un taux de 17,76 morts pour 100 000 véhicules appartenant à ce segment, alors que les SUV compacts et les compacts présentaient des taux respectifs de 16,87 et 16,85.

Si les chiffres sont anciens, il semblerait que les petits véhicules restent encore les plus mortels du parc routier états-unien. Ceci, malgré la multiplication des airbags et les progrès apportés à leur structure. Si l'on en croit la polémique qui avait accompagné la sortie de la Smart, ces affirmations sont un lieu commun, lorsque l'on s'intéresse aux lois de la physique.

De la même manière qu'aucun véhicule n'est en mesure de résister à l'inertie d'un train, même lancé à vitesse modérée, la différence de poids joue souvent en la défaveur du modèle le plus petit. Dans un pays comme les Etats-Unis, où les SUV d'ancienne génération sont fréquents, la hauteur de leurs pare-chocs implique aussi que le choc soit porté à une hauteur de caisse plus vulnérable.

Fiat 500 crash test 25% surface frontale - après test

L'IIHS publie donc une étude dont l'extrapolation des résultats peut sembler discutable ou attendue. Néanmoins, la nouvelle méthodologie employée permettra aux constructeurs de travailler dans de nouvelles directions, pour proposer des véhicules toujours plus sûrs. Pour éviter tout effet d’annonce alarmiste, rappelons que la Fiat 500 était considérée, en 2011, comme un des meilleurs véhicules du marché nord-américain en matière de sécurité. Ceci démontre tout le chemin parcouru ces dernières années sur ce plan.

crédit photos: IIHS

Commentaires sur l'article:

xav3294

16 mai 2016 à 20h31

la Mégane 3 en 2008 a été élue voiture la plus sure aux crash-test toutes catégories confondues , mais quelle est la plus sure en 2016 ? il est sur que les caisses à déformations programmées et les acier THLE ont fait beaucoup de bien pour la sécurité passive ainsi que le positionnement transversal des groupes moteurs . le développement des unités de puissance Hybride(+rechargeable) ou éléctrique ne vont-ils pas compliquer l'équation aussi pour les unités de secours ? l'Honda Jazz a aussi échoué au IIHS me semble t-il , en tout cas il ne faut pas tricher avec les ingénieurs américains !
xav3294

16 décembre 2016 à 21h14

c'est jamais bon quand il y a déformation du pavillon et on a déjà vu des camions pulvérisés par un TGV ! sinon Volvo s'en tire bien aux tests IIHS .
xav3294

16 décembre 2016 à 21h16

à voir absolument choc Chevrolet Malibu année 60 contre Malibu actuelle !
xav3294

23 décembre 2018 à 14h36

les crash-tests basler de nos amis suisses effectués en plein air sont très instructifs ! je verrais bien ce "petit pays " à la très haute technologie exceller dans le domaine automobile !
Guillaume Darding [administrateur]

27 décembre 2018 à 22h50

Bonjour xav3294, l'approche des tests Basler (simulant une charge typique pour les véhicules utilitaires légers de type Renault Kangoo ou camionnette) est intéressante et l'EuroNcap pourrait effectivement s'en inspirer sur certains aspects.

Il serait intéressant aussi, parlant de sécurité routière, de montrer les conséquences d'un bon ou d'un mauvais chargement (et pas seulement pour les utilitaires, mais aussi pour les voitures) d'une part sur la tenue de route et d'autre part les conséquences en cas d'accident. Ce peut être le cas pour le coffre tout simplement, mais on peut aussi imaginer des tests plus poussés prenant en compte les remorques, les caravanes, les vélos, les coffres de toit, etc.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Peugeot 1.2l Puretech turbo»

Hier

Bonjour Damien, merci pour votre retour d'expérience et vos encouragements. En matière de consommation, elle devrait baisser progressivement jusqu'à atteindre 8 à 10.000 km. Effectivement, il serait surprenant d'arriver en dessous de 6l/100km (quoique, avec une bonne dose d'éco-conduite, il faut voir), mais 6-6,5 l/100km pour une compacte essence, c'est plutôt pas mal. Concernant le Start/Stop, la fonction est utile sur le cycle d'homologation (elle permet de gagner environ 5 grammes de CO2 / km). Dans la vie réelle, cela permet d'économiser aussi un peu d'essence (lorsque le moteur fonctionne au ralenti, il consomme entre 0,8 et 1,5 litres par heure, parfois plus dans des conditions extrêmes) et apporte un certain confort pendant l'arrêt (absence de vibrations) tout en étant parfois désagréable au redémarrage (... vibrations). Néanmoins, dans le cas d'un moteur essence, les vibrations sont parfois à peine perceptibles à bas régime.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Hier

Bonjour Laguna22, merci pour votre retour d'expérience. Dans le cas de votre précédente Laguna, la cylindrée joue en sa faveur pour proposer plus de couple et potentiellement plus de souplesse... mais je doute, en revanche, que le moteur soit aussi agréable en matière de sonorité et de vibrations.

Guillaume Darding à propos de l'article «Emissions de CO2 en 2030: quels objectifs pour les constructeurs?»

Hier

Bonjour pjmdur, vous avez certainement raison si on parle de véhicules d'entreprise où les premiers retours semblent montrer que les conducteurs de ces véhicules ne se donnent pas la peine de recharger les batteries de leur véhicule hybride rechargeable. Enfin, je pense que c'est plus compliqué que cela : il n'ont pas nécessairement les moyens de recharger sur leur lieu de travail et si c'est un véhicule qui est stationné à domicile, il faudrait un compteur séparé pour que ce ne soit pas le conducteur qui soit facturé du coût de la recharge (ou l'entreprise devrait prévoir une prime pour compenser cela). Si on parle d'un achat particulier, je pense que le moteur électrique sera bien plus utilisé, en revanche.

© Guillaume Darding

Mentions légales