Ferrari: 20% de consommation en moins d’ici 2020

Ferrari: 20% de consommation en moins d’ici 2020

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 01 juillet 2014

Bien que le constructeur de Modène soit intégré au sein du groupe Fiat, ce dernier a choisi de se placer en tant que petit constructeur (moins de 10.000 véhicules fabriqués par an) et négocier ses propres objectifs avec l’Union Européenne et les Etats-Unis.

Ferrari a donc négocié, comme une vingtaine d’autres constructeurs (dont Aston Martin, Caterham, Lotus, McLaren,…), un objectif spécifique en matière de CO2. Cet objectif tient compte notamment des émissions de la gamme actuelle du constructeur et du son volume de vente. Pour 2013, Ferrari devait être sous la barre des 303 g de CO2/km (le constructeur a finalement atteint une moyenne de 270 g) tandis que Caterham, par exemple, devait respecter un objectif plus strict de 210 g.

Même en étant indépendant, Ferrari sera astreint à baisser ses émissions de CO2 à raison d’une moyenne de 3% par an, ce qui correspond globalement à l’effort demandé à tous les autres constructeurs en 2020 avec un objectif de 95 g de CO2 par km.

Pour diminuer ces émissions de 20% d’ici 2021, Ferrari empruntera majoritairement trois voies:

  • la réduction de la cylindrée
  • la suralimentation
  • l’hybridation

La suralimentation sera présente sur l’entrée de gamme de Ferrari, les V8, à l’instar de la California. A l’occasion du restylage du modèle, la décapotable a troqué son V8 atmosphérique de 4,3l de cylindrée pour un V8 3,9l turbo gagnant au passage 70 chevaux, avec, à la clé, une réduction des émissions de CO2 de l’ordre de 15%.

L’hybridation aura cours sur les V12 (FF et F12) comme cela a été initié avec LaFerrari. Le nombre de turbocompresseurs nécessaires sur ce type de moteur (quatre turbos) est jugé rédhibitoire en matière d’encombrement sous le capot et de chaleur émise dans le compartiment moteur.

Aussi, en tant qu’indépendant, les ventes de Ferrari n’impacteront pas le calcul des émissions de CO2 du groupe Fiat. De cette manière, FCA pourrait revendiquer le titre de groupe aux émissions de CO2 les plus faibles en Europe.

Source : Automotive News Europe, Agence Européenne pour l’Environnement
Crédit photo : Ferrari

Commentaires sur l'article:

01 juillet 2014 à 12h08

C'est une très bonne chose que Ferrari réduise ses émissions de CO2, pas forcément parce que le nombre de Ferrari dans le monde change vraiment le taux de CO2 dans l'air mais surtout parce que cela montre que même les plus grands constructeurs automobiles s'y mettent et que la protection de la planète se fait à tous les niveaux sociaux... même si les limites imposées à Ferrari sont plus large que celles des constructeurs "lambda".
En tout cas, LaFerrari montre avec son moteur hybride qu'il ne gâche en rien ses performances: jusqu'à 350 km/h

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Pascal29 à propos de l'article «Présentation moteur: Ford 1.0l Ecoboost»

Avant-hier

D'après le site ci après, il fait 240 nm : https://www.moteurnature.com/actu/2020/ford-puma-ecoboost-hybrid-essai-detaille.php

Berkut à propos de l'article «Présentation moteur: Ford 1.0l Ecoboost»

Avant-hier

Bonjour Guillaume, très intéressant ce site ! J'aimerais avoir ton avis : Je suis intéressé par le PUMA pour un usage "gros rouleur", et donc jusqu'ici diéséliste, mais le MHEV-essence m'intrigue. Ce que je trouve "inconsistant", c'est que le configurateur Ford fait état de 93kW-210nm pour le 125 (c'est à dire puissance inchangée, mais couple augmenté de 40 N.m grâce à la micro-hybridation, comme on peut lire un peu partout), par contre le 155PS verrait bien sa puissance augmentée (turbo plus gros ai-je cru lire, et injection en conséquence), mais le couple serait inférieur, donné pour 190 N.m "seulement"). On n'aurait donc que 20 N.m de plus que le 125 "stock", que j'attribuerais (?) d'ailleurs plutôt au fonctionnement à plus haute pression (culasse renforcée je crois), aucun bénef d'hybridation donc ? Ou alors serait-ce que le turbo a trop d'inertie à bas régime sur le 155 pour vraiment gaver là où celui du 125 travaille déjà (et donc la MH fait ce qu'elle peut pour compenser ?). D'ailleurs les conso et émissions de CO2 en cycle mixte sont les mêmes. En tout état de cause, le Diesel 4cylindres non hybridé à 120cv explose tout ça avec 285 N.m, et comme le réservoir est petit en plus (43l contre 55 pour 50 donnés sur mon Duster-déjà pas gras), ça fait revenir moins souvent à la pompe....Consomme moins, émet moins de CO2, sinon S&S pareil. Juste Crit'air 2 contre 1 pour tous les modèles essence, mais j'habite une petite ville où ce n'est pas facteur, et je me rends rarement dans la grande ville à 20km où ça pourrait devenir un problème....un jour...peut-être...

Juju à propos de l'article «Essai: pneus Michelin CrossClimate»

Il y a 3 jours

J'ai testé les crossclimate sur une C5 tourner sur le train AR à l'année. C'est un excellent complement des 2 jantes en pneus neiges que je montais l'hiver à l'avant. Le grip est très bon quel que soit les conditions et il y a bien qu'en conduite ultra sportive par très forte chaleur que j'ai réussi à prendre en défaut ces pneus. Le gros avantage des ce pneu est d'avoir le flocon et donc d'être accepté lorsqu'on roule comme moi souvent en Suisse l'hiver. J'envisage d'ailleurs de monter les CC2 sur ma 308sw quand le train d'origine sera fini. Attention, il faut rester conscient des limites, ça ne remplace pas un train de vrai pneu neige quand on est dans la tourmente mais il fait très bien le job pour celui qui roule très occasionnellement sur route enneigée.

© Guillaume Darding

Mentions légales