Future Toyota GT86: toujours avec Subaru?

Future Toyota GT86: toujours avec Subaru?

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 29 juin 2014

La GT86 (et sa soeur jumelle, la Subaru BRZ) a acquis une forte cote auprès des amateurs de sportives. En se concentrant sur les sensations et le plaisir de conduire, les deux constructeurs ont su trouver la bonne alchimie. Le restylage de mi-carrière et son lot de modifications mineures sont attendues en 2015. Plus tard, pour le renouvellement du modèle, Toyota pourrait opérer de profonds changements.

Aussi performante soit la GT86, beaucoup regrettent l’absence d’une version plus musclée, une variante qui ferait appel à un moteur turbocompressé. C’est ce type d’architecture que Subaru aurait apprécié de proposer à ses clients. Néanmoins, le constructeur a, jusqu’à présent, essuyé un refus catégorique de la part de Toyota.

L’attente d’une telle motorisation a jeté un froid entre les deux constructeurs qui ont pourtant des intérêts communs (Toyota détient plus de 15% des parts de Subaru). Cette tension serait de nature à remettre en cause la collaboration entre les deux constructeurs pour la future génération du coupé.

Toyota et BMW ont signé un accord de collaboration fin 2013, cet accord aboutira au développement d’une plateforme commune pour ce qui devrait être la future Toyota Supra (positionné, dans la gamme, au-dessus de la GT86) et la future Z4. Toyota pourrait alors étendre cet accord pour le développement de la future GT86.

Dernière option : la marque japonaise pourrait aussi décider de développer son coupé de manière autonome, sans l’aide d’un autre constructeur.

L’architecture du 4 cylindres boxer pourrait laisser à un plus classique 4 cylindres en ligne. La future GT-86 pourrait par ailleurs faire appel à des supercondensateurs en vue d’une hybridation, un dispositif qui s’appuierait alors sur l’expérience des prototypes TS040 pour Le Mans.

Toutes ces interrogations paraissent surtout être un moyen pour Toyota d’imposer ses solutions techniques à Subaru. Pratiquement, en tant que n°1 mondial, Toyota dispose de suffisamment de ressources pour développer en interne la remplaçante de la GT86. Continuer l’aventure avec Subaru permettrait en revanche d’accroître la rentabilité du modèle.

Source: Drive.com.au

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 11 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales