GM démocratise les systèmes actifs de suppression du bruit

GM démocratise les systèmes actifs de suppression du bruit

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 05 décembre 2012

Développé en collaboration avec le fabricant de systèmes audios Bose, General Motors équipe de série le Buick Encore (cousin de l'Opel Mokka) d'un système actif de suppression de bruit (Active Noise Cancellation), une proposition inédite sur ce segment.

Pour ce faire, le plafond de l'Encore est équipé de 3 micros, chargés de recueillir les sons de basse fréquence émis par le moteur. Une centrale électronique analyse les sons transmis par les micros et commande le woofer (occupant la place de la roue de secours) ainsi que les autres haut-parleurs pour contrer les sons en provenance du moteur jugés dérangeants. Les sons émis par les haut-parleurs sont en opposition de phase par rapport aux sons émis par le moteur, ce qui permet de réduire substantiellement le niveau acoustique.

La technologie utilisée dans le cas de la Buick n'est pas nouvelle: elle est déjà couramment utilisée par les Buick de catégories supérieures ainsi que par la marque cousine Cadillac. Honda est aussi coutumier de cette techonologie (Honda Accord notamment).

Il ne faudra toutefois pas s'attendre à des miracles de la part cet ANC. La Cadillac ATS, récemment essayée par leblogauto et équipé du même système, ne s'est pas montrée à son avantage en terme de sonorité moteur, surtout en ce qui concerne la version 4 roues motrices. Et pour cause: la variante intégrale dispose de moins de volume acoustique pour traiter les bruits en provenance de l'échappement à cause du passage de la transmission vers les roues arrière. Dans ce cas, l'ANC n'a pas été pas capable de compenser ce manque. Dès lors, la version à 4 roues motrices a un niveau sonore légèrement plus élevé par rapport à la version  2 roues motrices, sans compter une sonorité plus quelconque.

Il existe des solutions actives de suppression du bruit plus efficaces, elles sont aussi beaucoup plus onéreuses, telles que l'ANC utilisé par le V6 biturbo de l'A6 TDI de 313 ch. Pour cette dernière, Eberspächer, l'équipementier qui a développé la ligne d'échappement pour la berline allemande, a placé deux haut-parleurs juste à côté des silencieux arrière. Un système bluffant d'efficacité selon l'essai réalisé précedemment par leblogauto.

Il ne faut toutefois pas en conclure que le système utilisé par le Buick Encore est un gadget: il a surtout des limitations. De fait, le système est surtout actif par l'action du woofer situé à l'arrière du véhicule. Or, le woofer est un haut-parleur qui se concentre sur les basses fréquences. Le système s'avère donc efficace à bas régimes. Il permet ainsi de lutter contre certaines résonances typiques qui se produisent aux alentours de 2.000 tr/min ou encore certaines résonances produites au ralenti sous charge (mise en route de la climatision, des phares, sièges chauffants, etc.).

L'Opel Mokka ne devrait pas bénéficier de cet équipement.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 10 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales