Google Car : sans volant, sans pédalier

Google Car : sans volant, sans pédalier

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 30 mai 2014

Google teste depuis quelques temps déjà les voitures autonomes sur route ouverte. L’entreprise teste notamment sur route ouverte un tel véhicule dans le Nevada. La firme de Mountain View voit encore plus loin avec la Google Car, une citadine capable d’embarquer 2 personnes sans aucune intervention aucune des occupants : à ce titre, elle n’est équipée d’aucune commande. Exit volant, levier de vitesses et pédalier!

La Google Car se présente sous la forme d’une voiture 2 places. Partie d’une feuille blanche, elle repose sur un châssis tubulaire et est mue par un moteur électrique. La firme californienne prévoit de  construire d’ici à 2 ans une centaine de prototypes. Dès cet été, certaines de ces voitures seront testées en interne, elles seront alors pourvues de commandes manuelles. Dans cette première mouture, la vitesse des voitures Google sera limitée à 40 km/h.

La Google Car pourrait être assimilée à un transport en commun « individuel ». Elle transporte des personnes d’un point A à un point B sans contrainte de lieu (contrairement à une gare ou un arrêt de bus) ou d’horaire. A ce titre, l’équipement est dépouillé et se limite au strict minimum au service de la légèreté. Il se limite à une banquette, deux ceintures de sécurité et un écran affichant la carte et la navigation vers la destination finale.

L’immatriculation de voitures sans conducteur ne se fait qu’au compte-gouttes actuellement, du fait du statut expérimental des dispositifs de détection (radars, lasers, etc) et des logiciels embarqués, mais surtout, il reste aux autorités à statuer sur la responsabilité des occupants ou du constructeur en cas d’accident. Néanmoins, les véhicules autonomes devraient être en mesure, selon toute vraisemblance, d’arpenter les routes à l’horizon 2020. Certains instituts prévoient d’ailleurs qu’en 2050, les voitures sans conducteur domineront le marché automobile.

Sur le papier, les Google car peuvent devenir un outil très utile pour améliorer la mobilité et l’autonomie de nombre de personnes tout en augmentant la sécurité de tout à chacun. Toutefois, la Google Car amène aussi de nombreuses questions. Outre la responsabilité en cas d’accident, une telle voiture pourrait menacer la profession de taxi par exemple.

Plus généralement, une telle voiture proposée par le géant de l’industrie est aussi de nature à remettre en question la surveillance des déplacements de chacun par l’entreprise américaine. Il en est déjà question avec les Google Glass sans qu’aucune réglementation ne soit claire à ce sujet actuellement.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Pires à propos de l'article «Présentation moteur: Audi 2.0l TFSI»

Il y a 12 heures

Bonjour, Je dois remplacer les pistons/segmentation/bielle sur mon audi Q5 TFSI 211cv de 2009. ( problème de surconsommation d'huile ). Mon véhicule étant de 2009 (66000 kms) , je n'espere pas de prise en charge d'Audi. J'ai peut être une solution en récupérant le bloc contenant les pièces défaillantes sur un moteur 211cv TFSI de 2019. Pensez- vous que le bloc de 2019 est compatible avec celui de 2009? D'avance merci pour votre aide

Fabalx à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Avant-hier

Bonjour, J'utilise plusieurs véhicules reprogrammés à l'ethanol, une clio et un sportvan. J'ai plus de recul avec la clio (3 ans) et considère que c'est un succes relatif : J'entends que ça fonctionne bien mais il y a un point étrange, je ne surconsomme pas mais je passe un jeu de bougies d'allumage tous les 25000KM. Est ce que le mélange est trop pauvre? Je ne pense pas vu qu'elle démarre même en hiver en e85 tant que je suis dans l'intervalle de 25000km. Si vous avez une opinion sur ce phénomène, je suis preneur de votre science. J'ai maintenant un Sportvan DACA 130CV que j'ai converti il y a de ça presque un an. Je constate toutefois un bruit métallique très discret lorsque la désactivation des cylindres opère depuis la conversion. Il est parfaitement cyclique mais je ne parviens pas à localiser s'il provient des cyclindres ou du turbo car on ne peut pas tester à l'arrêt... Est-ce que vous sauriez si le fait d'avoir modifier l'avance allumage et/ou les temps d'ouverture fermeture d'injecteurs lors de la reprogrammation ethanol peut avoir un impact néfaste sur le fonctionnement de la désactivation des cylindres? Qu'en est-il des reprogrammation incluant une montée en puissance/couple? Un passage au banc indique un passage de 130CH à 175CH identique à celle proposée pour le bloc DADA alors qu'il n'ont pas le même turbo, ni le même ratio de compression, ni les mêmes soupapes, etc... Ne sachant pas toutes ses disparités moteur avant reprogrammation, j'ai peut être fait preuve de candeur en pensant optimiser le réglage en passant au banc. Au final, je ne suis pas capable d'isoler la cause de ce changement de comportement en mode désactivation de cylindres. Est ce que ce bruit serait d'avantage imputable à un excès de gonflette ou bien les lois d'injection pour le E85??? Est-il possible pour un moteur de passer d'un cycle de Miller à un cycle Beau de Rochas par reprogrammation? Pure spéculation de néophite mais je soupsonne l'application d'une cartographie commune pour deux moteurs qui partagent finalement bien peu de chose...

pjmdur à propos de l'article «Technique : batterie Li-ion»

Avant-hier

Merci Guillaume. C'était un peu ma conclusion. Il est difficile de comprendre pourquoi sur mon véhicule, il y a une telle différence d'autonomie réelle sur ces faibles delta de température. Surtout qu'en plus il n'y en a pas trop par construction.

© Guillaume Darding

Mentions légales