L’Opel Corsa a 30 ans

L’Opel Corsa a 30 ans

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 30 août 2012

Le 30 août 1982, Opel produisait la toute première Corsa. Trois décennies et quatre génération plus tard, la citadine est toujours d’actualité et fait partie des meilleures ventes européennes. Retour sur 30 ans d’histoire.

Jusqu’en 1982, l’entrée de gamme chez Opel était représentée par la Kadett, longue de 3,98m. Fin août, Opel inaugure sa nouvelle citadine ainsi que sa nouvelle usine dédiée aux petites voitures à Saragosse. D’une longueur de 3,62m, la première génération de Corsa (dénommée Corsa A) officiera dans un premier temps uniquement avec des motorisations essence d’origine Opel. Viendra ensuite un petit 1.5l diesel d’origine Isuzu (appartenant, tout comme Opel, à General Motors).

La Corsa B connaîtra un nouveau lieu de production. En plus de Saragosse, la petite Opel est désormais aussi produite à Eisenach (Allemagne). Allongée de 11cm à 3,73m, la Corsa B change radicalement de style en adoptant des rondeurs. Elle est notamment motorisée par un diesel 1.7l, toujours d’origine Isuzu. En essence, la Corsa est l’une des premières citadines à adopter un moteur 3 cylindres à 4 soupapes par cylindre cubant 1.0l, ce en 1997.

La troisième génération d’Opel Corsa arbore un style plus fade. La Corsa C perd en originalité ce qu’elle gagne en qualité de fabrication. Lancée en 2000, la citadine profite de la toute nouvelle alliance conclue entre Fiat et General Motors pour adopter en motorisation diesel le 1.3l présentant à la fois de très bonnes performances et une consommation contenue.

Il s’était écoulé 11 ans entre la première et la deuxième génération de Corsa. Il n’aura fallu attendre que 6 ans entre la Corsa C et la Corsa D. L’alliance entre Fiat et General Motors a été stoppée quelque mois plus tôt. Pourtant, la Corsa D, produite dès 2006, partage son châssis avec la Fiat Grande Punto ainsi que certaines motorisations. Le développement de la citadine était trop avancé pour faire marche arrière. La quatrième génération de Corsa est coiffée par la version OPC, une traction motorisée par un 4 cylindres 1.6l turbo développant 192ch. Longue de 4.0m, elle dépasse désormais la longueur de l’Opel Kadett de 1982, représentant alors le segment supérieur.

En 30 ans de carrière, 12.5 millions de Corsa ont été produites et vendues en Europe. 9.3 millions d’exemplaires ont été produits à Saragosse, le reste en Allemagne. A l’échelle mondiale, ce sont près de 20 millions de véhicules basés sur la Corsa qui ont été vendus majoritairement en Amérique Latine (Chevrolet), Australie (Holden), Afrique du Sud (Opel) et en Chine (Buick).

A l’heure actuelle, la Corsa représente 28% des ventes d’Opel, juste derrière l’Astra (30%). Elle se classe 3ème en terme de ventes en Europe de l’Ouest dans sa catégorie (segment B) derrière la Volkswagen Polo et la Ford Fiesta (1er semestre 2012). La Corsa E est attendue en 2014 et devrait faire la part belle, à l’image de ses concurrentes à la réduction de cylindrée, aux moteurs turbo et un poids contenu.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Peugeot 1.2l Puretech turbo»

Hier

Bonjour Damien, merci pour votre retour d'expérience et vos encouragements. En matière de consommation, elle devrait baisser progressivement jusqu'à atteindre 8 à 10.000 km. Effectivement, il serait surprenant d'arriver en dessous de 6l/100km (quoique, avec une bonne dose d'éco-conduite, il faut voir), mais 6-6,5 l/100km pour une compacte essence, c'est plutôt pas mal. Concernant le Start/Stop, la fonction est utile sur le cycle d'homologation (elle permet de gagner environ 5 grammes de CO2 / km). Dans la vie réelle, cela permet d'économiser aussi un peu d'essence (lorsque le moteur fonctionne au ralenti, il consomme entre 0,8 et 1,5 litres par heure, parfois plus dans des conditions extrêmes) et apporte un certain confort pendant l'arrêt (absence de vibrations) tout en étant parfois désagréable au redémarrage (... vibrations). Néanmoins, dans le cas d'un moteur essence, les vibrations sont parfois à peine perceptibles à bas régime.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Hier

Bonjour Laguna22, merci pour votre retour d'expérience. Dans le cas de votre précédente Laguna, la cylindrée joue en sa faveur pour proposer plus de couple et potentiellement plus de souplesse... mais je doute, en revanche, que le moteur soit aussi agréable en matière de sonorité et de vibrations.

Guillaume Darding à propos de l'article «Emissions de CO2 en 2030: quels objectifs pour les constructeurs?»

Hier

Bonjour pjmdur, vous avez certainement raison si on parle de véhicules d'entreprise où les premiers retours semblent montrer que les conducteurs de ces véhicules ne se donnent pas la peine de recharger les batteries de leur véhicule hybride rechargeable. Enfin, je pense que c'est plus compliqué que cela : il n'ont pas nécessairement les moyens de recharger sur leur lieu de travail et si c'est un véhicule qui est stationné à domicile, il faudrait un compteur séparé pour que ce ne soit pas le conducteur qui soit facturé du coût de la recharge (ou l'entreprise devrait prévoir une prime pour compenser cela). Si on parle d'un achat particulier, je pense que le moteur électrique sera bien plus utilisé, en revanche.

© Guillaume Darding

Mentions légales