L’Opel Corsa a 30 ans

L’Opel Corsa a 30 ans

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 30 août 2012

Le 30 août 1982, Opel produisait la toute première Corsa. Trois décennies et quatre génération plus tard, la citadine est toujours d’actualité et fait partie des meilleures ventes européennes. Retour sur 30 ans d’histoire.

Jusqu’en 1982, l’entrée de gamme chez Opel était représentée par la Kadett, longue de 3,98m. Fin août, Opel inaugure sa nouvelle citadine ainsi que sa nouvelle usine dédiée aux petites voitures à Saragosse. D’une longueur de 3,62m, la première génération de Corsa (dénommée Corsa A) officiera dans un premier temps uniquement avec des motorisations essence d’origine Opel. Viendra ensuite un petit 1.5l diesel d’origine Isuzu (appartenant, tout comme Opel, à General Motors).

La Corsa B connaîtra un nouveau lieu de production. En plus de Saragosse, la petite Opel est désormais aussi produite à Eisenach (Allemagne). Allongée de 11cm à 3,73m, la Corsa B change radicalement de style en adoptant des rondeurs. Elle est notamment motorisée par un diesel 1.7l, toujours d’origine Isuzu. En essence, la Corsa est l’une des premières citadines à adopter un moteur 3 cylindres à 4 soupapes par cylindre cubant 1.0l, ce en 1997.

La troisième génération d’Opel Corsa arbore un style plus fade. La Corsa C perd en originalité ce qu’elle gagne en qualité de fabrication. Lancée en 2000, la citadine profite de la toute nouvelle alliance conclue entre Fiat et General Motors pour adopter en motorisation diesel le 1.3l présentant à la fois de très bonnes performances et une consommation contenue.

Il s’était écoulé 11 ans entre la première et la deuxième génération de Corsa. Il n’aura fallu attendre que 6 ans entre la Corsa C et la Corsa D. L’alliance entre Fiat et General Motors a été stoppée quelque mois plus tôt. Pourtant, la Corsa D, produite dès 2006, partage son châssis avec la Fiat Grande Punto ainsi que certaines motorisations. Le développement de la citadine était trop avancé pour faire marche arrière. La quatrième génération de Corsa est coiffée par la version OPC, une traction motorisée par un 4 cylindres 1.6l turbo développant 192ch. Longue de 4.0m, elle dépasse désormais la longueur de l’Opel Kadett de 1982, représentant alors le segment supérieur.

En 30 ans de carrière, 12.5 millions de Corsa ont été produites et vendues en Europe. 9.3 millions d’exemplaires ont été produits à Saragosse, le reste en Allemagne. A l’échelle mondiale, ce sont près de 20 millions de véhicules basés sur la Corsa qui ont été vendus majoritairement en Amérique Latine (Chevrolet), Australie (Holden), Afrique du Sud (Opel) et en Chine (Buick).

A l’heure actuelle, la Corsa représente 28% des ventes d’Opel, juste derrière l’Astra (30%). Elle se classe 3ème en terme de ventes en Europe de l’Ouest dans sa catégorie (segment B) derrière la Volkswagen Polo et la Ford Fiesta (1er semestre 2012). La Corsa E est attendue en 2014 et devrait faire la part belle, à l’image de ses concurrentes à la réduction de cylindrée, aux moteurs turbo et un poids contenu.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 11 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales