Le downsizing est aussi à la mode aux USA

Le downsizing est aussi à la mode aux USA

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 21 mars 2012

Chevrolet présente 2 nouveaux moteurs appelés à propulser la prochaine génération de Chevrolet Malibu. Réduction de cylindrée, suralimentation et injection directe sont au programme.

Le premier moteur est un 4 cylindres de 2.5l de cylindrée à injection directe. D’une puissance de 200 ch, il délivre un couple maximum de 259 Nm. La puissance sera transmise aux roues avant via une classique boîte de vitesses automatique à 6 rapports.

Le second moteur est aussi un 4 cylindres. La cylindrée est réduite à 2.0l, mais GM recourt à la suralimentation pour atteindre la puissance de 262 ch. Le couple culmine à 353 Nm de 1700 tr/min à 5500 tr/min. Ainsi paré, ce 2l n’a pas à rougir face aux meilleures réalisations comme le moteur de l’Audi S3 qui affiche 265 ch et 350 Nm de 2500 à 5000 tr/min.

Ces 2 motorisations ont déjà été présentées récemment à propos de la Cadillac ATS. Sur le papier, il n’y a guère qu’une différence de quelques chevaux en défaveur de la Chevrolet Malibu. Dans les faits, les 2 voitures compteront sur un système d’échappement différent.

Dans le cas de la Chevrolet Malibu, priorité a été donnée au confort avec un véhicule relativement silencieux. En ce qui concerne la Cadillac, l’échappement est plus libéré et laissera échapper une tonalité plus sportive. Avec moins de contrepression dans le cas de la Cadillac, l’ATS présente donc un peu plus de puissance.

Ces 2 motorisations viendront épauler la Malibu Eco, équipée de la technologie eAssist. Il s’agit d’une hybridation légère à partir d’un moteur atmosphérique de 2.4l à injection directe. La Malibu Eco est équipée d’un moteur électrique en renfort qui peut fournir jusque 19 ch sur une courte distance. Chose encore peu commune aux USA, ce moteur est aussi pourvu de la coupure d’injection lorsque le frein moteur est sollicité.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 11 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales