Le réglage automatique des sièges pour améliorer confort et sécurité

Le réglage automatique des sièges pour améliorer confort et sécurité

Guillaume Darding - 18 janvier 2014

Les sièges peuvent jouer un rôle prédominant pour le conducteur tant en terme de sécurité active (apparition de la fatigue, maniement du volant,...) qu'en terme de sécurité passive (protection en cas de choc). Johnson Controls, équipementier, propose d'automatiser et de simplifier le réglage de la position de conduite pour optimiser ces deux élements.

Si les nombreux réglages d'un siège permettent en théorie de trouver la position de conduite idéale, la manoeuve s'avère plus complexe en réalité. Il est courant que le conducteur n'ait pas les bons réglages par méconnaissance de ce qu'est une bonne position de conduite ou du fonctionnement des ajustements du sièges.

Or, un mauvais réglage peut avoir deux conséquences notables. La première résulte en l'inconfort du conducteur avec des douleurs dans le dos et/ou les épaules, une raideur dans les jambes,... Le conducteur vient à se fatiguer plus vite, causant un manque de concentration sur la route.

La deuxième conséquence concerne la sécurité en cas d'accident. Une mauvaise position de conduite peut entraîner des lésions supplémentaires causées par un mauvais réglage de l'appuie-tête (coup du lapin), une mauvaise intéraction avec les airbags et la ceinture de sécurité ou encore une distance inappropriée entre le conducteur et les autres éléments de l'habitacle (distance trop faible entre les genoux et le volant par exemple).

Johnson Controls pré-réglage des sièges 161cm

Pour réduire ces risques, Johnson Controls a développé un algorithme permettant d'ajuster les réglages du siège en fonction de la taille du conducteur. Il s'agit d'un réglage simple, partant d'une seule donnée. Le calculateur ne prend donc pas en compte d'éventuelles variations de la longueur des jambes ou des bras.

L'équipementier juge qu'un système qui prendrait en compte plus qu'un paramètre perdrait inévitablement de sa simplicité et de son intérêt. Un principe qui se justifie aussi par la complexité du corps humain et des réglages d'un siège automobile. Par exemple, pour ajuster le siège à la longueur des jambes, il ne s'agit pas d'ajuster uniquement la glissière du siège: le réglage en hauteur ainsi que l'inclinaison du dossier influenceront eux-aussi sur le bon ajustement du siège.

Johnson Controls pré-réglage des sièges 161cm

Nonobstant le coût de cette technologie (qui suppose que le véhicule soit déjà équipé de sièges à réglages électriques), ce système pourrait représenter un atout appréciable pour les véhicules d'entreprise partagés par plusieurs collaborateurs ou les voitures de locations.

A l'avenir, ce système pourrait faire l'objet de développements supplémentaires: il serait alors envisageable de coupler cette technologie avec un réglage automatique de la position du volant, de la hauteur de la ceinture de sécurité ainsi que du pédalier.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Antoine29 à propos de l'article «Technique : éclairage automobile avant»

Il y a 6 heures

Bonjour, dans le schéma montrant les zones d'éclairage des feux de croisement/de route, un ovale représente la limite de visibilité du faisceau des feux de route. Savez-vous s'il existe une réglementation concernant l'angle horizontal et l'angle vertical de ce faisceau? Si oui est-ce une norme qui s'applique à tous types de véhicules? Je recherche pour des besoins techniques les valeurs de ces angles pour un fourgon utilitaire Citroën Jumper. Pas facile à trouver comme info! Merci d'avance pour votre réponse.

Guillaume Darding à propos de l'article «Ford 1.0l Ecoboost: sur deux ou trois cylindres»

Hier

Bonjour Adrien, les évolutions restent mineures dans l'ensemble entre un moteur flexifuel et un moteur non flexifuel, le principal étant le changement de matière des sièges de soupapes. Je n'en ai pas la confirmation, mais il semblerait que les injecteurs aient aussi évolué pour permettre des débits supérieurs (ce qui est utile dans le cas de l'E85 puisqu'il faut injecter plus de carburant). Une reprogrammation peut être source de problème... si elle est mal faite : par exemple, si le reprogrammateur "s'amuse" à vouloir augmenter le débit des injecteurs plutôt que d'allonger le temps d'injection pour injecter du carburant lorsque le réservoir est rempli de superéthanol. Si les injecteurs ne sont pas capables de fonctionner avec le débit demandé, alors le mélange à l'intérieur du cylindre sera trop pauvre et néfaste pour la fiabilité du moteur (et les émissions). Pour un reprogrammateur qui maîtrise son sujet (avec une bonne connaissance des particularités de l'E85 et du moteur qu'on souhaite convertir), il n'y a pas de crainte à avoir.

Adrien67 à propos de l'article «Ford 1.0l Ecoboost: sur deux ou trois cylindres»

Il y a 4 jours

Bonsoir Guillaume, Aurais tu des informations concernant la compatibilité E85 des derniers blocs MHEV 125/155 chevaux non badgés Flexifuel ? Est ce que les blocs sont identiques (sièges de soupapes ? Injecteurs) et une reprogrammation peut elle être source de problème pour le passage à l'éthanol ? Merci d'avance

© Guillaume Darding

Mentions légales