Les constructeurs asiatiques préparent le futur du VE

Les constructeurs asiatiques préparent le futur du VE

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 11 octobre 2012

Toyota, Nissan, Honda et Hyundai ont signé un protocole d’accord (MoU – Memorandum of Understanding) en partenariat avec les instances gouvernantes des pays nordiques (Norvège, Suède, Islande et Danemark) concernant l’introduction des véhicules à piles à combustibles (FCEV – Fuel Cell Electric Vehicle) dès 2015 ainsi que le développement des infrastructures pour la fourniture d’hydrogène.

Sur la base de fonds publics et de fonds privés, le protocole d’accord se veut le catalyseur de l’introduction des véhicules à pile à combustible. Il fait suite à l’accord de 2009 entre les constructeurs présents en Europe fixant 2015 comme objectif de commercialisation de véhicules à pile à combustible là où l’hydrogène serait disponible.

Soichiro Okudaira, chef de projet pour Toyota déclare, à propos de ce nouveau protocole: « Les pays nordiques sont déjà reconnus comme étant les leaders mondiaux dans le domaines des énergies renouvelables comme l’hydroélectricité ou l’éolien. Toyota a l’opportunité de faire des avancées notables dans le domaine de véhicules fonctionnant grâce à l’hydrogène. C’est un projet qui est perçu comme étant un point vital pour le futur de l’automobile. »

Et de poursuivre: « en tant que fabricant d’automobiles, Toyota a pour ambition de construire des véhicules toujours plus soignés afin de répondre aux attentes de ses clients. Un autre des principes fondamentaux, pour un constructeur tel que Toyota, est aussi de proposer des solutions d’éco-mobilité, afin de contribuer positivement à l’évolution de notre société. »

Les pays nordiques n’ont pas été choisis au hasard: ils sont une source riche et variée en énergie renouvelable, propice à la production d’hydrogène. Il reste encore beaucoup à faire d’ici 2015 notamment dans le développement des infrastructures. L’engagement compagnies productrices d’énergie et des investisseurs sera un point décisif dans la réussite de cet objectif. Les gouvernements en place devront garantir des conditions de marché stables et proposer des mécanismes aptes à favoriser une bonne coordination entre les différents acteurs.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Bonjour à tous, @Purmok oui, c'est possible en théorie de monter un boîtier éthanol sur un véhicule bicarburation essence/GPL. D'ailleurs, un fabricant de boîtier le fait des véhicules (quasi-)neufs : Borel. A titre personnel, je ne suis pas favorable à ce type de configuration car cela à un coût qu'il va être difficile d'amortir (le véhicule fonctionnant déjà au GPL, cela ne sera pas beaucoup plus économique de rouler avec l'E85, d'où un amortissement bien plus long que si on compare par rapport à un véhicule essence). D'autre part, si on roule régulièrement au GPL, on utilisera moins le carburant contenu dans le réservoir d'essence et, dans un cas extrême, on pourrait se retrouver en plein hiver avec de l'E85 en spécification été, ce qui peut compliquer le démarrage du véhicule dans ces conditions. @Medhi Il n'y a pas vraiment de risque de fiabilité. Le plus gros risque, c'est que, si vous avez affaire à un boîtier de mauvaise qualité, le fonctionnement avec de l'E85 pourrait ne pas être optimal (démarrages difficiles, broutages lors des accélérations). Concernant le contrôle technique, il est recommandé, lorsque la carte grise n'est pas modifiée, de passer le contrôle avec un plein d'essence. Parfois, les valeurs de sonde lambda peuvent être faussées, ce qui peut amener à un refus.

Mehdi à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Bonsoir. Je m'apprête à faire l'acquisition d'un véhicule d'occasion avec un boîtier éthanol non homologué. C'est une très bonne affaire, mais quel est le risque? Je m'explique : si j'enlève l'étiquette du boîtier (qui vaut 440 euros vérifié sur internet), aucune raison d'être embêté au contrôle technique? Ou faudra-t-il que je fasse un plein de sp98 avant le passage pour le contrôle pollution. C'est un Freelander V6 2.5L. Je ne sais pas quel est le risque et si je serais embêté plus tard. Je me dis qu'au pire je pourrais payer l'installation d'un kit dans 2 ans ou l'enlever pour le prochain CT. Merci d'avance pour vos conseils.

Djabou à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Avant-hier

Bonjour, Merci pour cet article très complet. Après presque 2 ans, qu'en est-il de la fiabilité de ce tsi 150 evo ? Merci

© Guillaume Darding

Mentions légales