Les constructeurs asiatiques préparent le futur du VE

Les constructeurs asiatiques préparent le futur du VE

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 11 octobre 2012

Toyota, Nissan, Honda et Hyundai ont signé un protocole d’accord (MoU – Memorandum of Understanding) en partenariat avec les instances gouvernantes des pays nordiques (Norvège, Suède, Islande et Danemark) concernant l’introduction des véhicules à piles à combustibles (FCEV – Fuel Cell Electric Vehicle) dès 2015 ainsi que le développement des infrastructures pour la fourniture d’hydrogène.

Sur la base de fonds publics et de fonds privés, le protocole d’accord se veut le catalyseur de l’introduction des véhicules à pile à combustible. Il fait suite à l’accord de 2009 entre les constructeurs présents en Europe fixant 2015 comme objectif de commercialisation de véhicules à pile à combustible là où l’hydrogène serait disponible.

Soichiro Okudaira, chef de projet pour Toyota déclare, à propos de ce nouveau protocole: « Les pays nordiques sont déjà reconnus comme étant les leaders mondiaux dans le domaines des énergies renouvelables comme l’hydroélectricité ou l’éolien. Toyota a l’opportunité de faire des avancées notables dans le domaine de véhicules fonctionnant grâce à l’hydrogène. C’est un projet qui est perçu comme étant un point vital pour le futur de l’automobile. »

Et de poursuivre: « en tant que fabricant d’automobiles, Toyota a pour ambition de construire des véhicules toujours plus soignés afin de répondre aux attentes de ses clients. Un autre des principes fondamentaux, pour un constructeur tel que Toyota, est aussi de proposer des solutions d’éco-mobilité, afin de contribuer positivement à l’évolution de notre société. »

Les pays nordiques n’ont pas été choisis au hasard: ils sont une source riche et variée en énergie renouvelable, propice à la production d’hydrogène. Il reste encore beaucoup à faire d’ici 2015 notamment dans le développement des infrastructures. L’engagement compagnies productrices d’énergie et des investisseurs sera un point décisif dans la réussite de cet objectif. Les gouvernements en place devront garantir des conditions de marché stables et proposer des mécanismes aptes à favoriser une bonne coordination entre les différents acteurs.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
JulienH à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonsoir, c'est justement à cela que je pensais avec le coffre de toit, en plus du poids des bagages, si je prend un trajet que je fais plusieurs fois par an, Lyon -> Lans en Vercors par exemple, je vais avoir de l’autoroute. De plus la température en altitude l'hiver ne doit pas aidé... Ça confirme ce que je pense des voitures du style e-208, en fait si on veut investir dans l’électrique il faut partir sur de "vrai" modèles optimisé :-)

Guillaume Darding à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonjour à tous et merci pour vos encouragements ! @JulienH Le coffre de toit (en dehors de son poids) ne va pas changer grand chose dans la consommation globale sur une route de montagne, c'est surtout au-dessus de 90 km/h qu'il devient franchement pénalisant. Par contre, il est certain que la consommation, pour accéder aux stations, va s'envoler. Il est donc important d'avoir des stations de charge rapide en vallée et des points de charge lent à l'arrivée. Il est tout à fait envisageable d'avoir un VE en véhicule principal (et même en unique véhicule) : je pense que c'est désormais le cas dans un certain nombre de foyer qui ont opté pour un véhicule électrique. Les longs trajets demandent certes un peu plus de préparation pour programmer les arrêts, mais c'est largement faisable. Par contre, dans le cas de l'e-208 que vous évoquez, j'aurais du mal à la conseiller pour faire des longs trajets entre un consommation pas optimale et la batterie de taille modeste ! @Purmoka Effectivement, il faut que le réseau soit bien dimensionné pour éviter les files d'attente lors des fortes affluences. Aujourd'hui, c'est plutôt le cas (il y a eu quelques cas où les conduteurs ont dû patienter une vingtaine de minutes cet été avant de pouvoir commencer à recharger en France), mais il faut absolument que le réseau de charge rapide continue de grandir à la même cadence que les ventes de VE. D'autre part, il est aussi important de savoir la fréquentation des bornes (si toutes sont occupées et si oui, quel est le temps d'attente) afin d'éviter certaines déconvenues.

Purmoka à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonjour, Et merci pour vos article toujours très objectif ! Un autre paramètre va poser problème c'est en plus du temps de recharge des véhicules électrique mais aussi le nombre de véhicule à recharger en même temps(lors de fort affluence) en opposition avec les véhicules thermique ! Pour ma part j'attends le développement de l’hydrogène...

© Guillaume Darding

Mentions légales