Mini compte-t-elle trop de modèles dans sa gamme?

Mini compte-t-elle trop de modèles dans sa gamme?

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 09 avril 2013

La gamme Mini compte actuellement sept modèles différents dans sa gamme. Si la marque ambitionne de compter jusqu’à 10 modèles d’ici à 2020, Mini pourrait toutefois revoir ses projets à la baisse.

La prochaine Mini est attendue pour le début de l’année prochaine. Les autres modèles de la gamme devraient être renouvelés à la suite. Toutefois, Jim McDowell, vice-président de Mini USA, estime que la marque anglaise pourrait choisir de ne pas reconduire certains modèles à la fin de leur cycle de production. Il cite notamment le fait qu’aux Etats-Unis, la Mini classique et le Countryman représentent 75% des ventes à eux deux sur un total de sept modèles.

D’autre part, de nouveaux concepts, comme la Rocketman, pourraient bien ne jamais voir le jour (la production de ce concept ayant déjà été remisée). D’après le responsable américain, ce concept nécessiterait un nombre trop important de composants nouveaux pour atteindre le stade de la production.

Mini pourrait confirmer la tendance initiée par d’autres constructeurs haut de gamme tels qu’Audi. Le constructeur bavarois a renoncé à certains de ses projets (touchant notamment aux véhicules électriques) alors que ce dernier a largement enrichi sa gamme ces dernières années.

Multiplier les nouveaux modèles, tout en maximisant le nombre de composants en commun, est un moyen efficace pour obtenir une bonne dynamique de vente: le constructeur peut communiquer fréquemment sur ses nouveautés.

L’exercice devient plus compliqué lorsqu’il s’agit de renouveler les modèles. Il faut rapidement faire évoluer toute la gamme sous peine de multiplier alors le nombre de références sur les lignes de production, ce qui aurait pour effet d’augmenter les coûts de production (logistique plus complexe, une capacité de stockage plus importante est nécessaire).

Il apparaît nécessaire alors de ne pas renouveler certains modèles afin de laisser place à de nouveaux concepts et/ou se concentrer sur son coeur de gamme. C’est certainement cette transition que Mini va devoir opérer au cours des prochaines années.

Source: Edmunds

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 10 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales