My car is famous: un ouvrage participatif

My car is famous: un ouvrage participatif

Guillaume Darding - 06 juin 2014

Jean-Luc Planche est auteur, photographe et graphiste. Concepteur dans une agence de publicité pendant 15 ans, il s'est tourné depuis une dizaine d'années vers le monde de la photographie. Il a déjà 7 ouvrages à son actif consacrés notamment à la découverte de métropoles (Londres, Tokyo, New-York) par la photographie.

Comme beaucoup, sa passion pour l'automobile est née avec les petites voitures de son enfance. Il s'intéresse particulièrement aux voitures des années 70 et 80. Outre cette passion, l'homme est féru de voyage et de cinéma.

Jean-Luc Planche - My car is famous - Chevrolet Camaro 1972

La génèse de son dernier ouvrage "My car is famous" a commencé dans les rues de Paris, alors que se tournait le diptyque autour de la vie de Jacques Mesrine. Symbiose de ses trois passions, son dernier ouvrage témoigne de son itinéraire à travers une trentaine de pays, au hasard des rencontres avec l'automobile.

Jean-Luc Planche replace les voitures croisées au détour d'une rue dans un contexte cinématographique, âprement friand d'automobile. L'ouvrage couvre une vaste étendue du patrimoine cinématographique en débutant avec le cinéma des années 60 et une Cadillac cabriolet vue dans le Corniaud pour s'achever avec une filmographie actuelle et le troisième volet de Transformers (2011) exhibant une Chevrolet Chevelle SS.

Jean-Luc Planche - My car is famous - Porsche 911 Carrera Targa 1977

Au total, plus de 200 photographies de voitures se retrouvent associées à près de 120 films. Si la maquette de l'ouvrage est prête, il ne reste "plus" que l'impression à réaliser. Pour ce faire, Jean-Luc Planche s'est lancé dans une démarche de financement participatif. Il est donc possible pour tout un chacun de contribuer à la finalisation de l'ouvrage sur la plateforme KissKissBankBank.

Crédit photos: Jean-Luc Planche

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 10 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales