Nouvelle réglementation sur les pneumatiques

Nouvelle réglementation sur les pneumatiques

Publié le 01 novembre 2012
Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com

A partir du 1er novembre 2012, les fabricants et importateurs de pneus  européens devront faire figurer sur leurs produits une étiquette similaire à celles rencontrées sur les machines à laver. Sur ce label (voir image en fin d’article) seront repris trois critères fondamentaux: la consommation de carburant, les capacités de freinage et le bruit de roulement.

Chaque manufacturier ou importateur est responsable de la mise en oeuvre des tests de validation, selon des paramètres précis décidés par le parlement européen. Ce nouvel étiquetage doit être en mesure d’aiguiller le consommateur dans son choix de pneumatiques selon 3 critères:

1) Consommation de carburant

La notation s’effectue sur une échelle de A (le meilleur échelon) à G (le moins bon). La mesure s’effectue sur un banc d’essais. Le pneu est monté sur un banc à rouleau et simule une conduite à 80 km/h avec une charge représentant 80% de la charge admissible du pneu. D’après Goodyear, la différence entre un pneu noté A et un pneu noté G se chiffre à 6l tous les 1.000km.

2) Capacité de freinage

Les capacités de freinage sont évaluées sur une piste mouillée (une pellicule d’1 mm d’eau recouvre la piste). Les critères de température sont différents selon que le pneu en question soit un pneu hiver ou un pneu été (y compris les pneus M+S). Dans le cas d’un pneu hiver, la température de la piste d’essai doit être comprise entre 2 et 20 °C pour un pneu hiver et 5 et 35 °C pour un pneu été. L’écart de température entre la piste et la température ambiante ne doit pas être de plus de 10 °C. Le véhicule test est lancé à 85 km/h et l’indice représente la valeur de décélération moyenne de 80 km/h à 20 km/h.

Dans les faits, Michelin estime qu’entre un pneu noté A et un pneu noté G, cela représente une différence allant jusqu’à 18m pour un freinage effectué à partir de 80 km/h.

3) Bruits de roulement

Afin d’évaluer le bruit de roulement des pneumatiques, la mesure consiste à placer une paire de microphones placés à une distance de 7,5 mètres de part et d’autres de la route, le véhicule équipé des pneus tests passe alors devant les microphones à 80 km/h moteur coupé. La valeur maximum est mesuré en décibels.

Le critère se caractérise par 3 niveaux d’ondes:
- plus de 71 dB (3 barres): niveau sonore élevé, non autorisé après le 1er novembre 2016.
- entre 69 et 71 dB (2 barres): conforme à la future norme applicable en 2016.
- moins de 69 dB (1 barre): pneu silencieux

En pratique:

La réglementation risque au final de semer le trouble pour le consommateur notamment dans le choix des pneus hiver. Tant en terme de résistance au roulement qu’en distance de freinage, les pneus hiver semblent désavantagés par rapport à un pneu été: difficile voire impossible de trouver un pneu hiver qui se voit attribué la note A pour le critère du freinage sur sol mouillé, contrairement aux pneus été. Dès lors, comment convaincre  les conducteurs du bien-fondé des pneus hivers?

A l’heure où de plus en plus de pays imposent le montage de pneus hivers sans ou sous conditions (10 pays européens dont  l’Allemagne et le Luxembourg concernant les pays frontaliers de la France), il semble dommage que la réglementation européenne se repose sur les organismes indépendants pour établir les qualités dynamiques d’un pneu hiver.

De plus, ce critère souffre  au moins d’une autre faiblesse majeure: il ne prend en compte aucun critère d’usure. Que vaut une économie de carburant substantielle si le pneu s’use plus et doit être changé plus fréquemment?

Source: Commission Européenne, Michelin, Goodyear
Crédit photo: Commission Européenne, Goodyear

Commentaires sur l'article:

Seb

21 mars 2016 à 20h45

j'ai acheté 2 pneus neufs que je vais monter la mois prochain et je voudrais savoir comment les stocker? Debout ou couchés? je précise qu'ils ne sont pas sur jante...
Guillaume Darding [administrateur]

21 mars 2016 à 22h16

La recommandation est normalement, pour un stockage longue durée (de l'ordre de 6 mois ou plus), de stocker un pneu sans jante debout et de le tourner tous les 4 semaines. Pour un stockage de courte durée, cela n'a pas vraiment d'importance: les pneus peuvent être tout aussi bien stockés debout ou couchés. Dans le cas où les pneus sont couchés, il ne faut pas rajouter de charge dessus (ce n'est pas une table...) et ne pas les stocker à même le sol (saletés): au minimum un drap fera l'affaire.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Rose à propos de l'article «Dossier: systèmes de dépollution des moteurs diesel»

Il y a 3 jours

Bonjour, Je suis actuellement à la recherche d'informations concernant ce fameux FAP, car j'envisage d'acheter une v50 Volvo dont le FAF à priori devra être changer au alantour des 120000km (elle est à 112000km aujourd'hui). Savez vous si le système installé sur moteur pour rouler à l'eau est il vraiment sérieux ? Et si cela est compatible avec le FAP ? Merci

Guillaume Darding à propos de l'article «Normes Euro 6c: filtre à particules et casse-tête hybride»

Il y a 3 jours

Bonjour Mike, merci pour vos encouragements! Concernant les émissions de NOx, Emissions Analytics (EQUA index) détient une base de données conséquente de véhicules mesurées en conditions de conduite réelle. Vous ne retrouverez pas les valeurs exactes mesurées, mais l'index de qualité de l'air permet déjà de se faire une bonne idée. https://equaindex.com/ Concernant les émissions de particules fines, c'est un sujet plus délicat car cette composante est plus difficile à évaluer. Néanmoins, certains organismes comme l'ADAC communiquent ces valeurs (mais pas en conditions de conduite réelles, il s'agit de valeurs mesurées par leurs propres soins en laboratoire similaires aux tests d'homologation). D'autre part, le nombre de véhicules testées reste assez faible (environ une centaine depuis septembre 2016). https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/ (en allemand - les véhicules concernées sont ceux répondant aux normes "Schadstoffklasse" Euro 6c ou Euro 6d temp)

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Il y a 3 jours

Bonjour Fefe31, il n'est pas normal d'avoir ce défaut récurrent, surtout à cette fréquence, même si vos habitudes de conduite favorisent les petits trajet. Il est surtout surprenant que vous ayez à remplacer ce composant très régulièrement. Soit la conception de la sonde est défaillante, ce qui serait somme toute assez surprenant (mais ça peut toujours arriver), soit la calibration moteur favorise l'encrassement de la sonde, la rendant très rapidement inopérante. Il peut y avoir de multiples causes provoquant la contamination de la sonde lambda. En considérant que vous faites beaucoup de petits trajets, on peut présumer une accumulation de suies ou une contamination à l'huile moteur. Il peut y avoir beaucoup d'autres causes par ailleurs, des plus bénignes (qualité du carburant, utilisations d'additif dans le carburant) aux plus graves (joint de culasse défectueux). De toute façon, il n'est pas normal de devoir changer de sonde lambda aussi fréquemment (on peut estimer que les sondes doivent être changées une à deux fois tout au long de la durée de vie du moteur). Un tel problème devrait être remonté par votre garage à Nissan (vous n'êtes peut-être pas le seul dans cette situation et un correctif, s'il n'existe pas déjà (mise à jour du calculateur, nouvelle référence de sonde), devrait être apporté.

© Guillaume Darding

Mentions légales