Pneus hiver : en été aussi?

Pneus hiver : en été aussi?

Guillaume Darding - 20 février 2014

En matière d'efficacité à basse température et sur sol enneigé, les pneus hiver n'ont pas leur égal. Il pourrait être tentant pour le conducteur de conserver ses pneus hiver, même quand les conditions climatiques ne l'exigent pas. Est-ce pour autant une bonne idée?

Si les bienfaits d'un pneu hiver sont connus lorsque la température extérieure est inférieure à 7 °C, qu'en est-il des performances de ces derniers si la température est supérieure à 7 °C?

Différents tests ont été menés par des organismes indépendants (dont le TCS - club automobile suisse). Ces tests arrivent à la conclusion que les distances de freinage sont environ 20% plus élevées avec un pneu hiver sur chaussée sèche et une température extérieure de 20 °C. D'autre part, les pneus hivers peuvent induire une sensation de flottement dans la direction en virage de par leur conception.

Etant donné leur structure en lamelles et leur gomme plus souple, les pneus hiver s'usent aussi plus vite en été. De plus, si la réglementation européenne impose que la hauteur de la bande de roulement soit d'au minimum 1,6mm (témoin d'usure), un pneu hiver n'est plus efficace pendant la saison hivernale lorsque l'épaisseur de la bande de roulement est inférieure à 4mm. Dans ces conditions, il apparait difficile de pouvoir utiliser ses pneus hiver d'une saison hivernale à l'autre tout en les utilisant l'été.

D'autre part, les pneus hiver ont une influence néfaste sur la consommation : alors que la plupart des pneus été ont un indice de A à C considérant le label européen, la plupart des pneus hiver ont la note E ou F, ce qui représente une surconsommation d'environ 0,3 l/100km.

Mis à part en cas de très faibles kilométrages annuels (de l'ordre de 5.000 km/an), il n'est pas viable de rouler en pneus hiver toute l'année, outre une usure plus rapide en été et une surconsommation, les pneus hiver présentent surtout des distances de freinages plus longues et des qualités de guidages moindres par rapport à un pneu été lorsque la température est estivale.

Crédit photos: Michelin

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Philippe_D à propos de l'article «Présentation moteur: Peugeot 1.2l Puretech turbo»

Hier

Bonjour, Dans le dossier de l'Argus concernantles problèmes de fiabilité des moteurs PSA, il est indiqué que pour le problème de consommation d'huile, sous certaines conditions le remède consiste à remplacer le boitier de sortie d'eau. Auriez vous des informations sur le lien entre ce boitier et la consommation d'huile ? Merci pour votre réponse Philippe PS: vos dossiers techniques sont trés interressants.

pjmdur à propos de l'article «Dossier: systèmes de dépollution des moteurs essence»

Hier

Bonjour, FORD avec son Kuga flexfuel fait pas mal de publicité. A propos de ma précédente interrogation concernant le FAP pour moteur essence, avez vous des informations sur la solution adoptée par FORD? FAP? Merci Cldt

Guillaume Darding à propos de l'article «Emissions de CO2 en 2030: quels objectifs pour les constructeurs?»

Il y a 3 jours

Bonjour Richard, je ne suis pas pas spécialement "pessimiste" concernant la fiabilité des véhicules hybrides. On peut bien sûr citer le cas de la Prius qui a fait ses preuves depuis plus de 20 ans. Toutefois, il est vrai que les technologies des hybrides rechargeables est bien différente aujourd'hui. La Prius a une puissance modeste, ou plutôt adaptée à son gabarit et à son utilisation avec un moteur essence atmosphérique éprouvé tandis que les hybrides actuelles débordent de puissance avec des moteurs essence évolués (suralimentation, etc.). Néanmoins, un véhicule hybride ne "reste" qu'un véhicule thermique auquel on a greffé un moteur électrique, ce qui ne représente pas tant de pièces en plus que ça. Et puis, on peut aussi se dire que le moteur électrique va venir soulager le moteur thermique dans les phases critiques de son fonctionnement (notamment sur des courts trajets, en utilisation urbaine), ce qui va alors plutôt dans le bon sens au niveau de la fiabilité. Bref, à mon avis, en matière de fiabilité, un véhicule hybride reste équivalent à un véhicule thermique. En matière de coût à l'achat, c'est une autre histoire: les publicités automobiles, par exemple, s'intéressent de moins en moins au prix d'achat, mais plutôt à un loyer. D'autre part, les véhicules hybrides rechargeables sont dotés de puissances élevées, ce qui permet de justifier un coût d'achat (ou de location) plus important (dû principalement au coût des batteries et non à l'augmentation de puissance).

© Guillaume Darding

Mentions légales