PSA et Dongfeng: une prise de participation à l’étude

PSA et Dongfeng: une prise de participation à l’étude

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 18 septembre 2013

Le groupe PSA Peugeot Citroën a mandaté deux banques internationale afin d’étudier un potentiel rapprochement avec son partenaire chinois Dongfeng. Plusieurs pistes sont à l’étude pour accélérer le développement du groupe à l’international.

Si l’alliance avec General Motors a permis de redonner un peu de souffle au groupe français, les retombées de cette collaboration tardent à se matérialiser et PSA reste à la recherche d’argent frais.

Initialement annoncée comme étant une alliance mondiale, l’accord entre GM et PSA reste cantonnée au continent européen. SAIC, partenaire du constructeur américain en Chine, s’est d’ailleurs opposé à ce que GM partage sa plateforme haut de gamme avec le constructeur français, de peur que ce dernier ne représente une concurrence trop forte sur le sol chinois.

Conscient qu’il faut aller chercher la croissance hors de l’Europe, PSA cherche donc un autre investisseur pour l’aider dans cette démarche. Dongfeng est la piste privilégiée: le constructeur chinois est le partenaire historique de PSA en Chine via deux joint-ventures, Dongfeng-Peugeot et Dongfeng-Citroën.

Implantations PSA en Chine

Plusieurs pistes sont envisagées: une prise de participation de l’investisseur chinois via une augmentation de capital ou la création d’une nouvelle joint-venture entre les deux entités dont le champ d’action se limiterait au développement de nouveaux véhicules et de technologie pour les pays émergents.

Dans les deux cas, PSA devra ménager son allier américain et ne pas froisser les susceptibilités comme ce fût le cas avec BMW lors de la signature des accords avec General Motors. D’autre part, il n’est pas encore acquis que Dongfeng soit motivé par un tel accord.

Le constructeur chinois a une position confortable en son pays grâce à de nombreuses joint-ventures. Outre PSA, Dongfeng a des alliances avec Nissan, Kia, Honda et bientôt Renault. Le fabricant songe aussi à s’internationaliser avec notamment une implantation prévue en Russie.

Source: lesEchos.fr
Crédit images: PSA

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 9 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales