Renault: des véhicules hybrides en perspective

Renault: des véhicules hybrides en perspective

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 06 octobre 2013

Jusqu’ici focalisé sur la développement et la commercialisation des véhicules électriques, le groupe français développe, dans le cadre de la « Nouvelle France Industrielle », des solutions hybrides à bas coût destinées à équiper progressivement  sa gamme.

Si Renault n’avait pas spécialement prévu de passer par l’étape des véhicules hybrides lorsqu’il s’est lancé dans le développement des véhicules électriques, les actions menées par le gouvernement lui permettront de le faire en contenant les coûts de Recherche & Développement.

A l’image du programme Hybrid Air présenté par PSA en début d’année, le développement du véhicule hybride rechargeable par Renault se fera à travers le projet du véhicule 2l/100km à l’horizon 2020.

Ce programme est géré par la PFA (Plateforme de la Filière Automobile). Elle rassemble l’ensemble des acteurs de l’industrie automobile française (constructeurs, équipementiers et fournisseurs). La mission a été attribuée à la PFA l’an passé par le ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, dans le cadre d’un plan de soutien à la filière automobile.

Le développement des technologies hybrides se fera selon deux axes pour Renault: la batterie modulaire à convertisseur intelligent 400V-12V (BAMOCO) et la machine électrique compacte et modulaire (MELCOMO). Ces projets se feront en collaboration avec un ou plusieurs équipementiers, des universités et des PME.

moteur électrique Renault Zoé

Le programme MELCOMO consiste à développer un moteur électrique compact (250mm de diamètre pour 100mm de profondeur) atteignant une puissance de 50 kW pour un couple maximal de 220 Nm. La réduction des coûts, ainsi que la modularité (adapter le moteur facilement à différents châssis) seront les axes majeur de développement. Enfin, le moteur sera conçu pour s’adapter à des plateformes prévues initialement pour des véhicules à moteur thermique.

Le projet BAMOCO a pour but de supprimer la batterie 12V traditionnelle, de concevoir une connectique sécuritaire à faible coût et de développer un module de batterie pour moteur électrique standard avec son électronique de commande et sa connectique.

batterie lithium-ion Renault

Ce projet devrait faire l’objet de subventions  de l’Etat à terme, ce qui permettra à Renault de développer en limitant ses coûts une technologie alternative aux véhicules 100% électrique. Ce projet vient en complément du programme HYDIVU (HYbride DIesel Véhicule Utilitaire pour les Renault Master et Trafic). Ce dernier vient de se voir confirmer par l’UE l’attribution de subventions sous formes diverses pour un montant de 20,5 millions d’euros.

Crédit images: Renault

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
JulienH à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonsoir, c'est justement à cela que je pensais avec le coffre de toit, en plus du poids des bagages, si je prend un trajet que je fais plusieurs fois par an, Lyon -> Lans en Vercors par exemple, je vais avoir de l’autoroute. De plus la température en altitude l'hiver ne doit pas aidé... Ça confirme ce que je pense des voitures du style e-208, en fait si on veut investir dans l’électrique il faut partir sur de "vrai" modèles optimisé :-)

Guillaume Darding à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonjour à tous et merci pour vos encouragements ! @JulienH Le coffre de toit (en dehors de son poids) ne va pas changer grand chose dans la consommation globale sur une route de montagne, c'est surtout au-dessus de 90 km/h qu'il devient franchement pénalisant. Par contre, il est certain que la consommation, pour accéder aux stations, va s'envoler. Il est donc important d'avoir des stations de charge rapide en vallée et des points de charge lent à l'arrivée. Il est tout à fait envisageable d'avoir un VE en véhicule principal (et même en unique véhicule) : je pense que c'est désormais le cas dans un certain nombre de foyer qui ont opté pour un véhicule électrique. Les longs trajets demandent certes un peu plus de préparation pour programmer les arrêts, mais c'est largement faisable. Par contre, dans le cas de l'e-208 que vous évoquez, j'aurais du mal à la conseiller pour faire des longs trajets entre un consommation pas optimale et la batterie de taille modeste ! @Purmoka Effectivement, il faut que le réseau soit bien dimensionné pour éviter les files d'attente lors des fortes affluences. Aujourd'hui, c'est plutôt le cas (il y a eu quelques cas où les conduteurs ont dû patienter une vingtaine de minutes cet été avant de pouvoir commencer à recharger en France), mais il faut absolument que le réseau de charge rapide continue de grandir à la même cadence que les ventes de VE. D'autre part, il est aussi important de savoir la fréquentation des bornes (si toutes sont occupées et si oui, quel est le temps d'attente) afin d'éviter certaines déconvenues.

Purmoka à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonjour, Et merci pour vos article toujours très objectif ! Un autre paramètre va poser problème c'est en plus du temps de recharge des véhicules électrique mais aussi le nombre de véhicule à recharger en même temps(lors de fort affluence) en opposition avec les véhicules thermique ! Pour ma part j'attends le développement de l’hydrogène...

© Guillaume Darding

Mentions légales