Renault Twingo: 20 ans de carrière

Renault Twingo: 20 ans de carrière

Guillaume Darding - 03 octobre 2013

Présentée au salon de l'automobile de Paris, c'est en 1993 que la Renault Twingo fait officiellement ses débuts sur les routes de France et de Navarre. En 20 ans, seules deux générations se sont succédées. Pourtant, la petite citadine a su évoluer au fil du temps pour rester compétitive et conserver son attrait.

1993: un OVNI sur la route

La grenouille, comme elle est souvent surnommée, se distingue par son style décalé et brille par une habitabilité exceptionnelle pour son gabarit. Elle marque aussi le début des mini-citadines, un segment qui prendra toute son importance au fil des années.

Renault Twingo 1993 - première génération

En matière de style, la Twingo affiche une silhouette monocorps (la ligne de capot et la ligne de parebrise se confondent) et un dessin rondouillard, souligné par la forme des phares à l'avant. Le style tranche avec le style plus carré des Renault Clio et Peugeot 205 de l'époque. Qu'on l'aime ou qu'on le déteste, la Twingo ne laisse personne indifférent.

Renault Twingo - campagne de publicité

En matière de dimensions, la Twingo est longue de 3,43m, large de 1,63m et haute de 1,42m. Elle repose sur un empattement de 2,35m et des voies avant/arrière respectivement de 1,42m et 1,37m.

Le moteur Cléon C3G, s'il brille par sa simplicité, est déjà daté: ses origines remontent à 1962! Les 55 chevaux (à 5.300 tr/min) et 90 N.m (à 2.800 tr/min) du 1,2l sont largement suffisants pour tracter cette citadine hors des villes à l'occasion. Seule la consommation relativement élevée grève le tableau.

Grâce à une astucieuse banquette arrière coulissante, la Twingo propose un espace confortable aux passagers arrière. Toutefois, la banquette ne peut accueillir que deux occupants. Le dossier de la banquette est rabattable en deux parties et lorsque la banquette est avancée, les dossiers sont inclinables séparément. Il est aussi possible de rabattre la banquette en portefeuille au dos des sièges avant pour dégager un vaste espace de chargement.

Renault Twingo 1993 - première génération - vue de derrière

Le volume du coffre varie entre 168l (banquette reculée au maximum) et 1096l (banquette repliée). Lorsque la banquette est avancée au maximum, le volume atteint 261l.

Initialement proposée au tarif unique de 55.000 Francs (un peu moins de 8.500 euros), les options et la finition de la Twingo s'étoffent au fil des millésimes avec notamment la climatisation, le toit ouvrant en toile, la condamnation centralisée, l'ABS et les airbags.

Fin 1994, Renault propose une option inédite avec la Twingo easy: il s'agit d'une boîte de vitesse manuelle à embrayage piloté. Dans l'habitacle, la pédale d'embrayage disparaît et le levier de vitesses reste identique à un levier classique. Un capteur est chargé de détecter le moment où le conducteur actionne le levier de vitesses pour qu'un actionneur hydraulique opère automatiquement la manoeuvre de débrayage et d'embrayage.

1996: un nouveau moteur, enfin!

Progressivement, le moteur Cléon laisse place à un moteur plus récent. Si les performances restent sensiblement identiques, c'est surtout en matière de consommation et d'agrément que la motorisation D7F apporte un réel plus.

La puissance s'établit à 60 chevaux (58 chevaux pour les voitures climatisées) à 5.250 tr/min et le couple atteint 93 N.m à 2.500 tr/min.

1998: le premier restylage

Après 5 ans de bons et loyaux services, la Twingo s'offre un restylage. Plutôt discret à l'extérieur, il concerne principalement les feux avant (désormais monoblocs) et les feux arrière. Les boucliers sont subtilement redessinés.

Renault Twingo phase 2 - restylage

A l'intérieur, les changements sont plus profonds: la boîte à gants est désormais protégée des regards grâce à un couvercle et la planche de bord accueille un airbag passager. Petit détail: les ronds de la jauge à essence laissent place à des barres verticales.

Renault Twingo phase 2 - restylage - habitacle

En 1999, la gamme est chapeautée par une version Initiale équipée notamment d'une sellerie en cuir.

2000: Twingo phase 3

Trois ans après le premier restylage, un second intervient. Il concerne surtout des évolutions techniques. Visuellement, seules les vitres transparentes des phares à l'avant trahissent le changement.

Renault Twingo phase 3 - face avant

Les roues passent de 13 à 14 pouces pour accueillir des freins plus grands. Le diamètre des barres anti-roulis est revu à la hausse. L'ABS est désormais équipé d'un répartiteur électronique de freinage. 

A l'intérieur, les haut-parleurs migrent vers les portières. Un progrès salué par les mains meurtries de celles et ceux qui se sont aventurés à équiper les précédentes générations de haut-parleurs.

Renault propose désormais une motorisation plus puissante avec le D4F, une évolution du D7F comportant 16 soupapes au lieu de 8. La puissance atteint 75ch à 5.500 tr/min et le couple maximal est de 105 N.m à 3.500 tr/min.

Renault Twingo phase 2 - arrière

Enfin, la version Easy est abandonnée au profit d'une boîte robotisée à simple embrayage, elle est dénommée Quickshift.

2006: deuxième génération de Twingo, la déception

La nouvelle Twingo était attendu de pied ferme. Renault le sait, la Twingo est un tel succès que la relève sera dure à assurer. Les normes de sécurité sont un premier écueil pour garantir une bonne habitabilité.

La Twingo II souffre d'un style trop banal en comparaison avec son aïeule. Elle ne conserve par ailleurs que peu de points communs avec son emblématique devancière. Dommage, car le châssis, repris de la Clio 2 est d'excellente facture et garantit un comportement routier de très bonne facture.

En terme de dimensions, la Twingo II affiche une longueur de 3,69m (+23cm, principalement au crédit du porte-à-faux avant), une largeur de 1,65m (+2cm) et une hauteur de 1,47m (+5cm). Elle repose sur un empattement de 2,37m (+2cm).

Renault Twingo 2006 - vue de face

Trois moteurs à essence sont disponibles, tous de 1,2l de cylindrée: le D7F et le D4F rempilent tandis qu'une version plus puissante fait son apparition avec le 1,2l TCe (D4Ft) de 100 chevaux.

Renault propose aussi une première motorisation 1,5l dCi diesel de 65 chevaux (K9K). Elle sera épaulée un peu plus tard par une version plus puissante proposant 85 chevaux.

Renault Twingo 2006 - vue arrière

L'arrivée de la nouvelle Twingo est ternie par le coup de maitre d'un constructeur italien: le style de la nouvelle Fiat 500 est unanimement salué et la Twingo souffre la comparaison.

Motorisée par un moteur essence atmosphérique 1,6l (K4M) de 133 chevaux, la Twingo RS apportera un peu de baume au coeur. Le châssis équilibré de la Twingo associé à un moteur atmosphérique de caractère comblent les amateurs de petites sportives.

Renault Twingo RS

A l'occasion du restylage, Renault suit la tendance initiée par les véhicule à la mode (Fiat 500, Mini, Citroën DS3) en proposant une personnalisation plus poussée. Cela se traduit notamment par un choix étendu d'autocollants, choix de teintes de carrosserie, rétroviseurs et aérateurs. 

Renault Twingo 2 - restylage - vue arrière

Production

La première génération de Twingo a été produite majoritairement à Flins (département des Yvelines) à près de 2,1 millions d'exemplaires. Trois autres sites ont produit la Twingo: Valladolid (Espagne), Montevideo (Uruguay) et Envigado (Colombie). Au total, la production de la Twingo de 1ère génération a frôlé les 2,5 millions d'exemplaires. La Twingo a définitivement terminé sa carrière en production en juin 2012 sur le site colombien.

Renault Twingo - usine de Flins

La Twingo actuelle est fabriquée sur le site de Novo Mesto en Slovénie. Fin 2012, plus de 750.000 exemplaires étaient sortis des lignes de production de l'usine slovène depuis le lancement de la Twingo II. Contrairement à son aînée, la Twingo 2 est aussi produite en version à conduite à droite (adaptée pour le marché anglais et irlandais).

Renault Twingo 2 - usine de Novo Mesto (Slovénie)

La Twingo 2 RS a été produite à un peu plus de 10.000 exemplaires avant de voir sa production stoppée à l'été 2013.

Et après?

L'histoire de la Twingo ne va pas s'arrêter là: associé avec Daimler (Mercedes, Smart,...), Renault produira en collaboration avec ce dernier la nouvelle plateforme commune aux deux groupes. Celle-ci devrait réserver son lot de surprises avec notamment un moteur placé à l'arrière transmettant son couple... aux roues arrière!

Concept Renault Twin'Run

En préambule du salon de Genève 2014, le constructeur au Losange a dévoilé les premiers clichés de sa future citadine, sans en dévoiler les détails toutefois comme les motorisations ou même l'intérieur.

Nouvelle Twingo 2014 - trois quart avant

Les clichés montrent que le style de la voiture de série reste proche des concepts précédemment dévoilés.

Nouvelle Twingo 2014 - profil

Tout comme sa grande soeur Clio IV, la Twingo 3 ne sera disponible qu'avec 5 portes et les poignées des portes arrière sont dissimulées dans les cadres de vitres.

Nouvelle Twingo 2014 - trois quart arrière

A l'image de nombre de citadines (Peugeot 107/108, Volkswagen up!,...), le hayon est complètement vitré.

Crédits photos: Renault, Wikimedia

Commentaires sur l'article:

norman

25 janvier 2020 à 11h16

la Twingo 3 montre encore le culot des gens de Renault en matière de recherche ,technologie et surtout pub/marketing : la pub avec la chanteuse Adèle va faire flamber les ventes ! et l'ergonomie du poste de conduite est remarquable !

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Il y a 3 jours

Bonjour Giacomo et merci beaucoup pour tous vos encouragements ! Concernant le choix de la boîte, c'est essentiellement une question de confort de conduite, la différence en matière de consommation étant ténue. La boîte à double embrayage est agréable, on ne sent pas beaucoup (voire pas du tout) les changements de vitesse. Petit détail : en combinaison avec le régulateur adaptatif et la DSG, le régulateur peut gérer la vitesse du véhicule jsqu'à l'arrêt et repartir (presque automatiquement : il suffit d'une pression sur la pédale d'accélération). Dans le cas de la boîte manuelle, le régulateur se désactive en-dessous de 30 km/h. La DSG DQ200 n'a pas une très bonne réputation, mais il me semble que les choses se sont amélioriées depuis 2 ans. Pour le rodage, je préconise (mais sans élément factuel, plus par habitude et bon sens), de rouler les 2.000 premiers kilomètres en conduite souple (pas de régime haut, pas de forte charge). Il faut aussi rôder les freins et les pneus sur les premières centaines de kilomètres. Personnellement, avec le nombre d'équipements électroniques (écran central, virtual cockpit, feux LED, assistance de conduite, etc.), il est préférable de prolonger la garantie. Attention toujours aux restrictions kilométriques, généralement de l'ordre de 80.000/100.000 km (vu votre kilométrage annuel, ce ne devrait pas être un souci). On ne voit désormais plus grand chose sous le capot (capitonnage moteur), ni sous le moteur (carénage). Il faudra toujours porter une attention particulière au niveau d'huile et éviter dans la mesure du possible, d'attendre l'allumage du voyant moteur, avant de refaire l'appoint d'huile. Lorsqu'il neige, bien penser à dégager le logo à l'avant (présence du radar commandant le régulateur de vitesse et le freinage d'urgence en cas d'inattention) ainsi que les capteurs pour le stationnement. Concernant le SP95-E10, je n'ai pas de contre-indication à son sujet (non plus avec le FAP). Les effets du SP98 sont assez aléatoires d'un moteur à l'autre. Si vous voulez, vous pouvez effectivement faire les premiers pleins avec du SP98-E5. Ensuite, si vous repassez au SP95-E10 et que vous constatez un changement de sonorité, c'est que le SP98 a un effet bénéfique sur votre moteur. Au cours des 5.000 premiers kilomètres, il est inutile d'essayer de comparer la consommation avec un carburant ou l'autre car elle est susceptible d'évoluer (normalement à la baisse).

Giacomo à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Il y a 3 jours

Bonjour Guillaume, article tout simplement exceptionnel. Ingé méca de formation, bien que ne faisant plus de méca depuis longtemps, votre article a été tout simplement agréable à lire et efficace dans la présentation. Un grand bravo ! Et un grand merci également à la richesse des commentaires, très éclairants. Je dois me séparer de ma Touran 2.0 TDI de 2004 (moteur AZV 136cv) qui n'a plus la fiabilité nécessaire avec ses 280 000km et une boite vieillissante. Faisant 10 max 15 000 km essentiellement routier ou autoroutier par an désormais, je m'oriente vers l'achat l'essence, une Touran III 1.5 TSI 150cv. Le dilemme reste le choix de la boite, BVM6 ou le DSG7 (HQ200), je pense privilégier le second. Compte tenu du profil couple (flat à 250Nm jusqu'à 3500t/min ) et puissance, que pensez vous de son mariage avec la DSG7 en terme de consommation, de fiabilité de la chaine cinématique en particulier l'embrayage et d'agrément de conduite ? Un conseil particulier pour le rodage sur ce moteur ? durée, profil de conduite ? J'ai noté que le SP95-E10 peut s'avérer suffisant si conduite style éco, l’œil sur la conso instantanée. Même dès les premiers pleins en rodage ? pas de contre-indication avec le FAP? Est-ce que le SP95-E10 (vs le SP98) impacte le couple et par là potentiellement l'embrayage à forte charge ? Prolonger la garantie constructeur d'une , deux ou trois ans, pensez vous que cela fasse sens ? Pour conclure, dans le cadre d'un contrôle visuel de l'ensemble moteur, que conseilleriez-vous de regarder régulièrement sous le capot et sous le moteur pour éviter des dérives et.... faire autant avec cette nouvelle touran qu'avec mon ancienne ? Merci d'avance, Giacomo

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur : Alpine A110 et Megane R.S.»

Il y a 7 jours

Bonjour cyril5R et merci pour vos encouragements ! Je n'ai pas la nature exacte des changements, mais par expérience, je peux affirmer que : - concernant les pistons et les soupapes d'échappement, il s'agit certainement d'un changement matière (matériau plus résistant aux hautes températures et/ou vibrations - concernant le volant moteur, il est certainement recalibré (masses, raideur des ressorts) - pour la pompe à huile, elle a certainement une plus grande capacité

© Guillaume Darding

Mentions légales