Rouler bien assuré: une vitalité!

Rouler bien assuré: une vitalité!

Publié le 29 octobre 2013
Publi-reportage rédigé par Guillaume Darding

Face aux difficultés économiques, nombres de personnes, jeunes conducteurs en premier lieu, sont tentées de rouler sans assurance auto. Une pratique qui n'est pas sans risque, loin de là.

Assurer son véhicule est une obligation depuis 1958 et ce pour chaque véhicule circulant sur la voie publique. S'il n'est pas nécessaire que l'assurance couvre tous les risques, l'assurance RC (Responsabilité Civile) est exigée. Elle couvre tous les dégâts (corporels ou matériels) potentiels résultant d'une faute de conduite.

L'offre est pléthorique sur le marché et il est important de comparer pour trouver l’assurance auto la moins chère. Une telle démarche permettra de trouver l'offre qui correspond réellement à ses besoins et bénéficier très certainement d'une réduction substantielle de sa prime d'assurance.

En cas d'accident

Pour le conducteur sans assurance responsable d'un accident, le Fond de Garantie Automobile (FGA) indemnisera les victimes. Par la suite, le FGA se retournera contre le conducteur responsable pour que ce dernier lui rembourse les sommes versées. En cas de sinistre corporel, les sommes peuvent rapidement atteindre des dizaines de milliers d'euros.

Lorsque le conducteur non assuré est victime d'un accident (jugé non responsable), il peut prétendre à l'indemnisation de la part de l'assurance du conducteur responsable. Toutefois, il n'est pas à l'abri de poursuites pour défaut d'assurance.

En cas de contrôle policier

Rouler sans assurance constitue un délit aux yeux de la loi. Le défaut d'assurance est sanctionné d'une contravention de cinquième classe (le degré le plus élevé) conformément à l'article R 324-2 du code de la route. Le conducteur fautif s'expose à une contravention de 1.500€ (3.000€ en cas de récidive) et un passage automatique devant le tribunal. Le juge peut alors appliquer un ensemble de mesures répressives parmi les peines suivantes:

  • travail d'intérêt général
  • suspension du permis de conduire jusqu'à 3 ans
  • interdiction de conduire tout type de véhicule à moteur (même ceux ne nécessitant pas de permis) pour une durée allant jusqu'à 5 ans
  • obligation d'accomplir un stage de sensibilisation routière à ses frais
  • confiscation du véhicule si le conducteur fautif en est le propriétaire

Conclusion

Il est important de comparer attentivement les assurances avant de signer son contrat. Notamment, les jeunes conducteurs ne doivent pas se résigner face à certaines compagnies qui ne les voient pas d'un bon œil, considérant le court terme et non la fidélité du client sur le long terme.

Enfin, quelques centaines d'euros d'économies annuelles ne remplaceront jamais les amendes (et les privations qui en découlent) et encore moins le règlement d'un sinistre.

Crédit photo : Thibaut Chaffotte pour larep.fr

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux

© Guillaume Darding

Mentions légales