Toyota fâché avec l’électricité en Europe

Toyota fâché avec l’électricité en Europe

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 13 juin 2013

Toyota aborde le marché du véhicule électrique avec précaution en Europe. Selon Didier Stevens, responsable pour Toyota Europe des relations avec les gouvernements et en charge des questions environnementales, il ne fait que peu de sens d’introduire un véhicule électrique sur le marché si la production d’électricité est, elle aussi, à l’origine de nombreux rejets de gaz polluants.

M. Stevens est notamment préoccupé par les récents objectifs de l’Allemagne, objectifs qui consisteraient à avoir un million de véhicules électriques sur les routes à l’horizon 2020. Toyota Europe s’inquiète du fait que, suite à la mise à l’arrêt de ses centrales nucléaires, l’Allemagne produit de plus en plus d’électricité à partir de centrales à charbon. A ce titre, Didier Stevens estime que le véhicule électrique ne ferait alors que déplacer le problème. Là n’est pas la solution selon ce dernier.

centrale électrique Westphalia

L’Union Européenne discute à l’heure actuelle de sa politique en terme climat et énergie pour 2030. Les discussions sont pour le moment freinées par l’Angleterre qui a certes proposé un objectif de 50% de réduction des émissions polluantes, mais qui se montre réticente quant aux objectifs relatifs aux énergies renouvelables. M. Stevens pense que ce dernier objectif est absolument nécessaire si l’Europe veut se donner une chance de produire des énergies vertes en quantité suffisante.

éoliennes dans un champs

Le responsable de Toyota fait aussi part des craintes des fournisseurs d’électricité. D’un côté, ces derniers voient la voiture électrique comme une aubaine pour mieux équilibrer la production d’électricité selon la période de la journée, estimant que la majorité des véhicules électriques sera rechargée durant la nuit (période où la demande en électricité est faible). D’un autre côté, les producteurs d’électricité craignent que certains gouvernements soient tentés de taxer l’électricité utilisée pour la recharge des véhicules électriques afin de compenser les pertes de revenus des taxes sur les produits pétroliers. Cette décision serait de nature à remettre en cause la viabilité commerciale des voitures électriques en particulier et du secteur de l’industrie électrique en général.

M. Stevens conçoit que Toyota doit travailler conjointement avec les fournisseurs d’électricité. Ceci dans le but d’assurer au grand public que les solutions que le constructeur propose sont des solutions « propres » en matière de rejets de gaz polluants. Il se dit prêt à retarder la commercialisation de ce type de véhicules si tel n’était pas le cas. La marque propose actuellement en Europe des véhicules hybrides et hybrides rechargeables. Le constructeur japonais devrait ajouter un véhicule électrique à sa gamme européenne en 2015.

Source: RTCC.org 
Crédits images: Toyota / RWE (centrale électrique Westphalia) / General Electric (éoliennes)

Commentaires sur l'article:

xav3294

23 décembre 2018 à 14h29

le gars dans son gros JD 4WD au déchaumage s'en fiche bien des véhicules électriques ? non , parce qu'aux USA des fermiers à la pointe avec panneaux solaires , bio-méthanisation roulent en Prius ! sinon dans l'Aisne de gros fermiers préfèrent labourer avec de gros tracteurs standards(Fendt 1000 ) qu'avec les gros 4WD qui patinent au labour ! sinon , je donnerais gros pour sentir l'odeur de fumée de ce gros JD 4WD et de la terre fraichement travaillée , chaque tracteur a son odeur mécanique spécifique !

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Technique: suspensions à butées hydrauliques progressives Citroën»

Hier

Bonjour Jean-Michel, même si c'était possible, je ne le recommande pas du tout car il faut voir la suspension dans sa globalité (ressort, barre anti-roulis, etc) et changer un organe de la suspension va nécessairement impacter le comportement global de votre véhicule... peut-être en mieux sur certains aspects, mais peut-être en moins bien sur d'autres!

Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Bonjour Vincent, la désactivation des cylindres peut être un frein pour certains fabricants et cela peut se comprendre pour plusieurs raisons. En premier lieu, les démarrages moteurs. C'est une inquiétude si on ne connait pas bien le système car le moteur démarre toujours sur 4 cylindres. En deuxième lieu, le boitier pourrait interférer avec la stratégie du calculateur, ce qui pourrait empêcher de rencontrer les conditions pour passer en mode 2 cylindres, en particulier lors de l'utilisation avec l'E85: à voir... Enfin, car les propriétés de combustion sont un peu différentes entre l'E85 et l'essence, la transition entre le fonctionnement sur 4 cylindres vers un fonctionnement sur 2 cylindres (et vice-versa) pourrait être ressentie par le conducteur. A ma connaissance, certaines personnes ont fait des adaptations à l'E85 avec un moteur similaire au votre en passant par une reprogrammation, mais je ne sais pas si d'autres personnes ont converti le 1.4 tfsi COD (désactivation des cylindres) avec un dispositif de conversion externe.

Jean-Michel GRISON à propos de l'article «Technique: suspensions à butées hydrauliques progressives Citroën»

Avant-hier

Bonjour peut-on équiper une DS5 avec les amortisseurs à double butée du C5 aircross ?

© Guillaume Darding

Mentions légales