Toyota fâché avec l’électricité en Europe

Toyota fâché avec l’électricité en Europe

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 13 juin 2013

Toyota aborde le marché du véhicule électrique avec précaution en Europe. Selon Didier Stevens, responsable pour Toyota Europe des relations avec les gouvernements et en charge des questions environnementales, il ne fait que peu de sens d’introduire un véhicule électrique sur le marché si la production d’électricité est, elle aussi, à l’origine de nombreux rejets de gaz polluants.

M. Stevens est notamment préoccupé par les récents objectifs de l’Allemagne, objectifs qui consisteraient à avoir un million de véhicules électriques sur les routes à l’horizon 2020. Toyota Europe s’inquiète du fait que, suite à la mise à l’arrêt de ses centrales nucléaires, l’Allemagne produit de plus en plus d’électricité à partir de centrales à charbon. A ce titre, Didier Stevens estime que le véhicule électrique ne ferait alors que déplacer le problème. Là n’est pas la solution selon ce dernier.

centrale électrique Westphalia

L’Union Européenne discute à l’heure actuelle de sa politique en terme climat et énergie pour 2030. Les discussions sont pour le moment freinées par l’Angleterre qui a certes proposé un objectif de 50% de réduction des émissions polluantes, mais qui se montre réticente quant aux objectifs relatifs aux énergies renouvelables. M. Stevens pense que ce dernier objectif est absolument nécessaire si l’Europe veut se donner une chance de produire des énergies vertes en quantité suffisante.

éoliennes dans un champs

Le responsable de Toyota fait aussi part des craintes des fournisseurs d’électricité. D’un côté, ces derniers voient la voiture électrique comme une aubaine pour mieux équilibrer la production d’électricité selon la période de la journée, estimant que la majorité des véhicules électriques sera rechargée durant la nuit (période où la demande en électricité est faible). D’un autre côté, les producteurs d’électricité craignent que certains gouvernements soient tentés de taxer l’électricité utilisée pour la recharge des véhicules électriques afin de compenser les pertes de revenus des taxes sur les produits pétroliers. Cette décision serait de nature à remettre en cause la viabilité commerciale des voitures électriques en particulier et du secteur de l’industrie électrique en général.

M. Stevens conçoit que Toyota doit travailler conjointement avec les fournisseurs d’électricité. Ceci dans le but d’assurer au grand public que les solutions que le constructeur propose sont des solutions « propres » en matière de rejets de gaz polluants. Il se dit prêt à retarder la commercialisation de ce type de véhicules si tel n’était pas le cas. La marque propose actuellement en Europe des véhicules hybrides et hybrides rechargeables. Le constructeur japonais devrait ajouter un véhicule électrique à sa gamme européenne en 2015.

Source: RTCC.org 
Crédits images: Toyota / RWE (centrale électrique Westphalia) / General Electric (éoliennes)

Commentaires sur l'article:

xav3294

23 décembre 2018 à 14h29

le gars dans son gros JD 4WD au déchaumage s'en fiche bien des véhicules électriques ? non , parce qu'aux USA des fermiers à la pointe avec panneaux solaires , bio-méthanisation roulent en Prius ! sinon dans l'Aisne de gros fermiers préfèrent labourer avec de gros tracteurs standards(Fendt 1000 ) qu'avec les gros 4WD qui patinent au labour ! sinon , je donnerais gros pour sentir l'odeur de fumée de ce gros JD 4WD et de la terre fraichement travaillée , chaque tracteur a son odeur mécanique spécifique !

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Pascal29 à propos de l'article «Présentation moteur: Ford 1.0l Ecoboost»

Hier

6 mois mini en ce moment sur les Puma non optionné, et 8 si on prend des options ...

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Ford 1.5l et 1.6l Ecoboost»

Avant-hier

Bonjour Aaghalar, il n'y a pas vraiment de recette miracle concernant la fiabilité. Le mieux reste encore de faire appel à un expert pour vous accompagner dans l'achat d'un véhicule d'occasion. Il sera le mieux placé pour retracer l'historique du véhicule et les réparations éventuelles qu'il a subies. Bien sûr, on peut toujours le faire par soi-même, mais c'est fastidieux et cela prend du temps et il y a plus de risques de passer à côté de quelquechose. Après, comme vous le mentionnez, les défauts du 1.6 sont connus. Si vous arrivez à accéder au carnet d'entretien complet (pas le carnet ne mentionnant que les révisions, mais celui, centralisé auprès du constructeur, comportant l'ensemble des opérations telles que les rappels, par exemple), c'est déjà un grand pas.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Ford 1.0l Ecoboost»

Avant-hier

Bonjour Ledoux, les différences sont minimes entre les versions flexifuel et les versions standard. Il s'agit essentiellement du matériau du siège des soupapes qui a été changé et d'une reprogrammation du calculateur. Techniquement, il n'y a pas vraiment de contre-indication à partir sur une occasion pour la convertir en flexfuel. Toutefois, le marché de l'occasion est assez nerveux actuellement et le Puma est, me semble-t-il, recherché, ce qui pourrait conduire à des prix assez peu intéressants par rapport à un véhicule neuf bien remisé. Par ailleurs, le délai de livraison doit entrer en ligne de compte concernant les véhicules neufs.

© Guillaume Darding

Mentions légales