Un capteur de pression de pneu pour calculer la charge d’un véhicule

Un capteur de pression de pneu pour calculer la charge d’un véhicule

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 26 janvier 2013

Continental présente un capteur de pression de pneu intelligent capable d’évaluer en temps réel la masse d’un véhicule. Dans un premier temps, ce capteur permettra d’évaluer si le véhicule dépasse la charge maximale admissible. Son développement laisse entrevoir de nombreuses fonctionnalités pour les constructeurs d’automobiles.

Le capteur développé par Continental sera intégré directement dans la chape du pneu et non plus dans la valve pour les systèmes de mesure directe classiques, les systèmes de mesure indirecte (les plus répandus) déduisant la pression des pneus grâce aux informations fournies par les capteurs ABS/ESP.

Ce nouveau capteur permettra aussi d’estimer la charge du véhicule. Cette mesure est utile pour savoir si la voiture n’est pas trop chargée ou plus simplement, elle peut être à l’origine d’un message conseillant au conducteur d’adapter la pression de ses pneus (les constructeurs recommandant une pression de gonflage différente selon que le véhicule n’ait que 2 passagers ou 5 passagers avec bagages).

Cette indication de la charge pourra servir dans le futur à optimiser le fonctionnement de l’ABS et de l’ESP, ces systèmes étant calibrés par défaut en faisant l’hypothèse que le véhicule roule avec sa charge maximale.

D’autre part, les constructeurs peuvent aussi envisager d’adapter le taux d’assistance de la direction, la réponse de la pédale d’accélérateur (selon le principe DNA proposé par Alfa Romeo) selon les conditions de charge du véhicule.

La mesure de la charge du véhicule se fait de manière indirecte: les ingénieurs de Continental sont partis du principe que plus le véhicule est chargé, plus la surface de contact entre le pneu et la route augmente. A chaque tour de roue, le capteur enregistre les caractéristiques de roulement du pneu sur la route. En couplant cette information à la pression du pneumatique et aux caractéristiques du pneu, le système est capable de déduire la charge sur chaque pneu en une centaine de mètres.

Il ne manquera dès lors qu’une mesure de la profondeur des rainures pour assurer au conducteur une sécurité optimale. Le pneu est un organe trop souvent négligé dans la sécurité routière au profit de la vitesse. En voiture, il reste pourtant l’unique équipement en contact avec la route, garant de la bonne trajectoire du véhicule et d’un freinage efficace.

Toutefois, cette technologie posera le problème de l’exclusivité de monte des pneus: en montant les capteurs directement dans le pneu, le conducteur pourrait se trouver dans l’obligation de monter toujours la même référence de pneu pour profiter de toutes les fonctionnalités de son véhicule.

Commentaires sur l'article:

xav3294

22 novembre 2016 à 17h26

c'est une technique issue de l'aviation , le pneu d'un A340 pouvant supporter 20 tonnes par mesure de sécurité (Firestone et BF Goodrich) , quand ces pneus ne répondent plus au critères de sécurité de l'aviation , ils sont montés sur des remorques agricoles et donnent entière satisfaction , les remorques agricoles actuelles affichent d'ailleurs la charge transportée , il faut s'attendre à ce que freinage électrique des gros porteurs équipent un jour nos voitures !

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
JulienH à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonsoir, c'est justement à cela que je pensais avec le coffre de toit, en plus du poids des bagages, si je prend un trajet que je fais plusieurs fois par an, Lyon -> Lans en Vercors par exemple, je vais avoir de l’autoroute. De plus la température en altitude l'hiver ne doit pas aidé... Ça confirme ce que je pense des voitures du style e-208, en fait si on veut investir dans l’électrique il faut partir sur de "vrai" modèles optimisé :-)

Guillaume Darding à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonjour à tous et merci pour vos encouragements ! @JulienH Le coffre de toit (en dehors de son poids) ne va pas changer grand chose dans la consommation globale sur une route de montagne, c'est surtout au-dessus de 90 km/h qu'il devient franchement pénalisant. Par contre, il est certain que la consommation, pour accéder aux stations, va s'envoler. Il est donc important d'avoir des stations de charge rapide en vallée et des points de charge lent à l'arrivée. Il est tout à fait envisageable d'avoir un VE en véhicule principal (et même en unique véhicule) : je pense que c'est désormais le cas dans un certain nombre de foyer qui ont opté pour un véhicule électrique. Les longs trajets demandent certes un peu plus de préparation pour programmer les arrêts, mais c'est largement faisable. Par contre, dans le cas de l'e-208 que vous évoquez, j'aurais du mal à la conseiller pour faire des longs trajets entre un consommation pas optimale et la batterie de taille modeste ! @Purmoka Effectivement, il faut que le réseau soit bien dimensionné pour éviter les files d'attente lors des fortes affluences. Aujourd'hui, c'est plutôt le cas (il y a eu quelques cas où les conduteurs ont dû patienter une vingtaine de minutes cet été avant de pouvoir commencer à recharger en France), mais il faut absolument que le réseau de charge rapide continue de grandir à la même cadence que les ventes de VE. D'autre part, il est aussi important de savoir la fréquentation des bornes (si toutes sont occupées et si oui, quel est le temps d'attente) afin d'éviter certaines déconvenues.

Purmoka à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonjour, Et merci pour vos article toujours très objectif ! Un autre paramètre va poser problème c'est en plus du temps de recharge des véhicules électrique mais aussi le nombre de véhicule à recharger en même temps(lors de fort affluence) en opposition avec les véhicules thermique ! Pour ma part j'attends le développement de l’hydrogène...

© Guillaume Darding

Mentions légales