Usure des pneumatiques: un contrôle régulier indispensable

Usure des pneumatiques: un contrôle régulier indispensable

Guillaume Darding - 14 avril 2014

Les pneumatiques sont des organes fondamentaux concernant la tenue de route d'une automobile. Parce qu'ils sont les seuls composants du véhicule en contact avec la route, il convient de vérifier régulièrement leur état pour s'assurer d'un fonctionnement optimal.

Le premier facteur à vérifier concerne bien évidemment l'usure du pneumatique. Il convient de vérifier régulièrement la hauteur de la bande de roulement sur les quatre pneumatiques. Si la législation impose une hauteur minimale de 1,6mm (matérialisée par le témoin d'usure), il est couramment admis qu'en-dessous de 3mm, les caractéristiques du pneumatique se dégradent sensiblement.

Concrètement, l'adhérence se dégrade et la motricité est amoindrie. S'il est parfois difficile de constater une différence en conduite normale (chaussée sèche), la conduite peut s'avérer vite délicate sur chaussée mouillée et en situation d'urgence. Enfin, les distances de freinage s'allongent avec un pneumatique usé. Si 5 mètres supplémentaires ne semblent pas représenter une grand écart, c'est ce qui peut faire la différence entre s'arrêter avant un passage à piétons et renverser un piéton engagé sur ce passage.

Pour vérifier l'usure d'un pneu, un simple contrôle visuel par rapport aux témoins d'usure est généralement suffisant lors de l'examen de la pression des pneus: idéalement, ce dernier devrait être effectué au minimum une fois par mois.

Pour une vérification plus approfondie, il peut être utile d'utiliser un pied à coulisse pour quantifier avec précision la hauteur de la bande de roulement. Les 4 pneus doivent être contrôlés dans la mesure où l'un deux pourrait souffrir d'une usure prématurée. D'autre part, une usure inégale entre 2 pneumatiques d'un même essieu ou sur la largeur d'un pneumatique est un signe qu'un réglage de la géométrie est nécessaire. 

Au moindre doute, il ne faut pas hésiter à faire vérifier ses pneus par un spécialiste et envisager un remplacement des pneus: les 2 pneus d'un même essieu doivent impérativement être changés en même temps.

Crédit photo: Michelin

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 1 heure

Bonjour à tous, @Purmok oui, c'est possible en théorie de monter un boîtier éthanol sur un véhicule bicarburation essence/GPL. D'ailleurs, un fabricant de boîtier le fait des véhicules (quasi-)neufs : Borel. A titre personnel, je ne suis pas favorable à ce type de configuration car cela à un coût qu'il va être difficile d'amortir (le véhicule fonctionnant déjà au GPL, cela ne sera pas beaucoup plus économique de rouler avec l'E85, d'où un amortissement bien plus long que si on compare par rapport à un véhicule essence). D'autre part, si on roule régulièrement au GPL, on utilisera moins le carburant contenu dans le réservoir d'essence et, dans un cas extrême, on pourrait se retrouver en plein hiver avec de l'E85 en spécification été, ce qui peut compliquer le démarrage du véhicule dans ces conditions. @Medhi Il n'y a pas vraiment de risque de fiabilité. Le plus gros risque, c'est que, si vous avez affaire à un boîtier de mauvaise qualité, le fonctionnement avec de l'E85 pourrait ne pas être optimal (démarrages difficiles, broutages lors des accélérations). Concernant le contrôle technique, il est recommandé, lorsque la carte grise n'est pas modifiée, de passer le contrôle avec un plein d'essence. Parfois, les valeurs de sonde lambda peuvent être faussées, ce qui peut amener à un refus.

Mehdi à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 2 heures

Bonsoir. Je m'apprête à faire l'acquisition d'un véhicule d'occasion avec un boîtier éthanol non homologué. C'est une très bonne affaire, mais quel est le risque? Je m'explique : si j'enlève l'étiquette du boîtier (qui vaut 440 euros vérifié sur internet), aucune raison d'être embêté au contrôle technique? Ou faudra-t-il que je fasse un plein de sp98 avant le passage pour le contrôle pollution. C'est un Freelander V6 2.5L. Je ne sais pas quel est le risque et si je serais embêté plus tard. Je me dis qu'au pire je pourrais payer l'installation d'un kit dans 2 ans ou l'enlever pour le prochain CT. Merci d'avance pour vos conseils.

Djabou à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Hier

Bonjour, Merci pour cet article très complet. Après presque 2 ans, qu'en est-il de la fiabilité de ce tsi 150 evo ? Merci

© Guillaume Darding

Mentions légales