Volvo présente un système de détection des cyclistes

Volvo présente un système de détection des cyclistes

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 08 mars 2013

A l’occasion du salon de Genève, Volvo a présenté la dernière évolution de son système anti-collision capable désormais de détecter non seulement les piétons, mais aussi les cyclistes.

Jusqu’à présent, le système de freinage d’urgence proposé par Volvo était capable de détecter les piétons à distance et d’effectuer un freinage à pleine puissance jusqu’à l’arrêt complet du véhicule, ceci dans le but d’éviter une collision avec un piéton (enfants inclus, le système détectant les individus de plus de 80cm) ou d’en limiter les conséquences.

Grâce à un nouvel algorithme permettant une interprétation plus rapide des images envoyées par la caméra, le système peut désormais prendre en compte les déplacements des cyclistes. Selon Volvo, 50% des cyclistes tués sur les routes européennes l’ont été après avoir subi une collision avec une voiture.

Le système de détection se compose d’un radar logé dans la grille de la calandre, d’une caméra montée près du rétroviseur central et d’une centrale électronique chargée d’interpréter les données envoyées par le radar et la caméra.

Le radar détecte les objets qui se trouvent devant la voiture jusqu’à une distance d’environ 150m. Il évalue aussi leur distance par rapport au véhicule. Grâce à son fonctionnement bi-mode (longue portée / faible angle de détection ou courte portée / large angle de détection), il permet de détecter aussi bien les objets loin devant lui sur la même voie (vélos) que les piétons circulant sur un trottoir. La caméra permet d’interpréter quel type d’objet se trouve dans son champ de vision.

Lorsque le radar détecte un danger potentiel et que la caméra identifie ce danger comme étant un piéton ou un cycliste, la centrale électronique peut alors commander un freinage automatique pour écarter le danger.

Plus généralement, le système est capable d’intervenir sur les freins lorsqu’il détecte un véhicule circulant sur la même voie.

Ce système, aussi bénéfique et efficace soit-il, a les mêmes limites que l’oeil humain: la détection des piétons et des cyclistes est réduite en cas de mauvais temps ou dans l’obscurité. En ce sens, il reste donc une aide à la conduite et ne se subsitue pas complètement à la vigilance du conducteur.

Source: Volvo
Crédit photo: Volvo sauf illustration radar bi-mode (Delphi)

Commentaires sur l'article:

Olivier Z

11 avril 2018 à 19h14

Bonjour, je suis enseignant en maintenance automobile pour des BTS MV dans un lycée, j'aime beaucoup les articles très pédagogiques de votre site et j'invite mes étudiants à le consulter.
Je cherche des infos sur le mode d'action de ce système de freinage d'urgence : utilisation d'un actionneur à la place de la pédale de frein ? utilisation du groupe hydraulique de l'ESP .
Merci de me donner des infos si vous en avez
Guillaume Darding [administrateur]

12 avril 2018 à 21h56

Bonjour Olivier,

le système de détection des piétons/cyclistes s'appuie sur le calculateur ESP lorsqu'un freinage d'urgence est déclenché. Ainsi, cela permet de bénéficier de la répartition du freinage à chaque roue (stabilisation du véhicule) et de l'anti-blocage des roues (ABS).

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Technique: moteurs électriques»

Hier

Bonjour Mutantape, merci pour votre complément d'information. Je me permets de vous indiquer que l'expression moteur à induction est effectivement d'origine anglaise. Elle n'est peut-être pas la plus appropriée, mais elle ne me semble, en aucun cas, inappropriée. Cette expression est, en effet, reprise dans des documents scientifiques et des thèses, par exemple. De plus, cette expression est utilisée par Tesla dans sa documentation. Tesla étant le principal utilisateur de ce type de moteur, il est naturel d'utiliser ce terme plutôt que celui de moteur asynchrone (tout en sachant que cette expression est aussi usitée dans l'article).

Mutantape à propos de l'article «Technique: moteurs électriques»

Hier

Le terme "moteur à induction" me parait une traduction directe de l'anglais, inappropriée en français, où l'on parle plutôt de moteur asynchrone. Concernant le moteur synchrone à rotor bobiné cette fois, autres avantages non cités : possibilité de piloter le cosinus phi à volonté en agisssant sur le courant rotor et de maintenir un bon rendement sur une plus large plage. Possibilté de couper l'aimantation rotor pour se servir des bobinages du stator comme filtres à la recharge. Probablement une des raisons pour laquelle la Zoe est quasiment la seule à pouvoir tirer 22 kW sur les bornes accélérées. Moins dangereux en maintenance que des aimants permanents puissants. Pas besoin de de défluxage pour la récupération à haut régime, pas de risque de désaimantation. A noter que les balais travaillent sur des bagues lisses, n'ont pas à rompre de circuit inductif (l'alimentation du rotor est constante en fonctionnement), et la puissance du moteur ne passe pas par eux, elle est au stator. Leur usure est donc très faible par rapport à ceux d'un moteur à courant continu.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: 2.0l diesel Mercedes OM 654»

Hier

Bonjour Fabrice, concernant le 300d, il compte normalement 2 turbocompresseurs : 1 "gros" à géométrie variable et un "petit" à géométrie fixe (ce dernier étant là pour apporter du couple dès les plus bas régimes). Au niveau des systèmes de dépollution, il y a bien 2 EGR (1 haute pression et 1 basse pression). En revanche, sauf erreur de ma part, il n'y a qu'un filtre à particules. Le système de dépollution est ainsi décomposé en partant du turbo : - 1 DOC - 1 injecteur d'AdBlue + mixeur - 1 filtre à particules (intégrant un revêtement pour les réactions SCR pour réduire les NOx) - 1 SCR (pour réduire les émissions de NOx) En tant que taxi, je peux estimer que vous avez certes beaucoup de petits trajets, mais votre véhicule étant beaucoup en fonction, le moteur a suffisamment de temps pour lancer des régénérations actives du filtre. Quant à l'encrassement de l'EGR, il est principalement dû à l'accumulation des démarrages à froid et de courts trajets (le moteur n'a jamais le temps de monter en température), ce qui ne devrait pas être votre cas, en tout cas, pas systématiquement. Si tel était tout de même votre cas, je vous recommande de faire régulièrement (1 fois par semaine environ), un trajet type autoroutier / voies rapides pendant 30 minutes. Enfin, on peut aussi penser à effectuer un décalaminage (tous les 6 mois à un an) du moteur : il semblerait que cette technique offre de bons résultats pour préserver son moteur (à ma connaissance, quelques flottes de véhicules testent le bien-fondé / l'efficacité de cette technologie). Je parle au conditionnel car je manque de recul sur ce type de prestation.

© Guillaume Darding

Mentions légales