Volvo s’intéresse à la recharge électrique sans fil

Volvo s’intéresse à la recharge électrique sans fil

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 25 octobre 2013

Si l’autonomie est régulièrement citée comme étant le principal défaut des véhicules, le deuxième défaut qui en découle est le fait de devoir brancher fréquemment son véhicule pour le recharger. A ce sujet, Volvo vient d’achever une première phase d’un projet-recherche visant à recharger un véhicule électrique sans l’aide de câble.

La recharge par induction pourrait être une avancée considérable pour les véhicules électriques. Au lieu de brancher le câble électrique, le conducteur n’aurait plus qu’à stationner son véhicule à son emplacement habituel sans aucune intervention supplémentaire pour que les batteries se rechargent.

Volvo C30 electric - recharge par induction

Volvo s’est associé à un projet de recherche mené par Flanders DRIVE. Il s’agit d’une association à but non lucratif basée à Lommel (Belgique), non loin du centre d’essais de Ford. Elle se veut un centre de connaissances de l’industrie automobile en Flandre, partie de la Belgique qui rassemble de nombreuses usines (Volvo à Gand, Ford à Genk, Opel à Anvers,…).

Le projet a été mené en collaboration avec 9 entreprises et 2 universités. Volvo a fourni une C30 électrique pour la mise en oeuvre du projet. Selon les derniers tests, il a été possible de recharger complètement les batteries d’une capacité de 24 kWh en 2 heures et demie dans le cadre d’une charge rapide.

La recharge par induction consiste en une bobine placée dans l’émetteur (la borne de recharge) qui crée un champ électromagnétique. Une seconde bobine à induction, placée sous le véhicule, convertit ce champ en énergie électrique apte à recharger la batterie du véhicule.

Volvo C30 electric - principe de la recharge par induction

Les différents essais menés dans le cadre de ce projet semblent démontrer que les champs électromagnétiques n’ont qu’un impact très limité sur l’environnement et les personnes à proximité du véhicule. A ce jour, il n’a pas été établi quel était le rendement de ce type de recharge dans le cadre d’un véhicule électrique (le rendement d’une recharge par induction étant intrinsèquement plus faible qu’une recharge par câble).

S’il n’est pas encore question de commercialisation, Volvo continuera durant les prochaines années à faire des recherches sur ce type de solution afin d’évaluer la faisabilité et la viabilité dans le cadre d’une production en série.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 9 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales