Continental crée la polémique sur l'étiquetage des pneus

Continental crée la polémique sur l'étiquetage des pneus

Publié le 03 février 2013

Depuis le 1er novembre 2012, l'Union Européenne a instauré un système commun à tous les manufacturiers de pneus permettant au consommateur, en théorie, d'évaluer les qualités d'un pneu (voir la présentation détaillée). Quelques mois plus tard, Continental addresse une vive critique à l'encontre de cette nouvelle réglementation.

En premier lieu, la marque estime que la date de mise en application n'a pas été choisie de manière appropriée. Novembre est en effet une période où de nombreux consommateurs chaussent des pneus hiver. Or ces derniers se retrouvent pénalisés par l'étiquettage car leur notation est généralement plus faible que celle des pneus été, notamment pour les critères relatifs au bruit et à la consommation de carburant. En ne s'appuyant que sur 3 critères, le système d'étiquette ne prend pas en compte les caractéristiques propres aux pneus hiver.

Continental juge par ailleurs que le système d'étiquettage oublie des critères au moins aussi importants que les 3 critères actuels comme la maniabilité ou la résistance à l'usure. En somme, les étiquettes, par leur simplicité, pourraient induire le client en erreur, au même titre que les étiquettes mises en place pour estimer le niveau d'émissions des voitures.

En ne se basant que sur le CO2, le système d'évaluation s'appliquant aux voitures avantage clairement les véhicules fonctionnant au diesel. Or, le diesel n'est certainement pas le carburant approprié en milieu urbain par exemple, de par ses émissions nocives (NOx qui seront pris en compte dès 2014 avec les normes Euro 6) ou de ses systèmes de dépollution nécessitant une température relativement élevée (filtres à particules, SCR).

Continental estime dès lors que la règlementation imposée par l'Europe ne devrait pas constituer un critère de choix pour le consommateur. Le manufacturier conseille plutôt de se référer aux test réalisés par les organismes indépendants (ADAC, presse automobile,...). A ce sujet, il est d'ailleurs regrettable que la presse française ne se livre pas plus régulièrement à des tests aussi détaillés que ceux réalisés outre-Rhin.

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Rose à propos de l'article «Dossier: systèmes de dépollution des moteurs diesel»

Il y a 3 jours

Bonjour, Je suis actuellement à la recherche d'informations concernant ce fameux FAP, car j'envisage d'acheter une v50 Volvo dont le FAF à priori devra être changer au alantour des 120000km (elle est à 112000km aujourd'hui). Savez vous si le système installé sur moteur pour rouler à l'eau est il vraiment sérieux ? Et si cela est compatible avec le FAP ? Merci

Guillaume Darding à propos de l'article «Normes Euro 6c: filtre à particules et casse-tête hybride»

Il y a 3 jours

Bonjour Mike, merci pour vos encouragements! Concernant les émissions de NOx, Emissions Analytics (EQUA index) détient une base de données conséquente de véhicules mesurées en conditions de conduite réelle. Vous ne retrouverez pas les valeurs exactes mesurées, mais l'index de qualité de l'air permet déjà de se faire une bonne idée. https://equaindex.com/ Concernant les émissions de particules fines, c'est un sujet plus délicat car cette composante est plus difficile à évaluer. Néanmoins, certains organismes comme l'ADAC communiquent ces valeurs (mais pas en conditions de conduite réelles, il s'agit de valeurs mesurées par leurs propres soins en laboratoire similaires aux tests d'homologation). D'autre part, le nombre de véhicules testées reste assez faible (environ une centaine depuis septembre 2016). https://www.adac.de/infotestrat/tests/eco-test/ (en allemand - les véhicules concernées sont ceux répondant aux normes "Schadstoffklasse" Euro 6c ou Euro 6d temp)

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Il y a 3 jours

Bonjour Fefe31, il n'est pas normal d'avoir ce défaut récurrent, surtout à cette fréquence, même si vos habitudes de conduite favorisent les petits trajet. Il est surtout surprenant que vous ayez à remplacer ce composant très régulièrement. Soit la conception de la sonde est défaillante, ce qui serait somme toute assez surprenant (mais ça peut toujours arriver), soit la calibration moteur favorise l'encrassement de la sonde, la rendant très rapidement inopérante. Il peut y avoir de multiples causes provoquant la contamination de la sonde lambda. En considérant que vous faites beaucoup de petits trajets, on peut présumer une accumulation de suies ou une contamination à l'huile moteur. Il peut y avoir beaucoup d'autres causes par ailleurs, des plus bénignes (qualité du carburant, utilisations d'additif dans le carburant) aux plus graves (joint de culasse défectueux). De toute façon, il n'est pas normal de devoir changer de sonde lambda aussi fréquemment (on peut estimer que les sondes doivent être changées une à deux fois tout au long de la durée de vie du moteur). Un tel problème devrait être remonté par votre garage à Nissan (vous n'êtes peut-être pas le seul dans cette situation et un correctif, s'il n'existe pas déjà (mise à jour du calculateur, nouvelle référence de sonde), devrait être apporté.

© Guillaume Darding

Mentions légales