Continental crée la polémique sur l'étiquetage des pneus

Continental crée la polémique sur l'étiquetage des pneus

Guillaume Darding - 03 février 2013

Depuis le 1er novembre 2012, l'Union Européenne a instauré un système commun à tous les manufacturiers de pneus permettant au consommateur, en théorie, d'évaluer les qualités d'un pneu (voir la présentation détaillée). Quelques mois plus tard, Continental addresse une vive critique à l'encontre de cette nouvelle réglementation.

En premier lieu, la marque estime que la date de mise en application n'a pas été choisie de manière appropriée. Novembre est en effet une période où de nombreux consommateurs chaussent des pneus hiver. Or ces derniers se retrouvent pénalisés par l'étiquettage car leur notation est généralement plus faible que celle des pneus été, notamment pour les critères relatifs au bruit et à la consommation de carburant. En ne s'appuyant que sur 3 critères, le système d'étiquette ne prend pas en compte les caractéristiques propres aux pneus hiver.

Continental juge par ailleurs que le système d'étiquettage oublie des critères au moins aussi importants que les 3 critères actuels comme la maniabilité ou la résistance à l'usure. En somme, les étiquettes, par leur simplicité, pourraient induire le client en erreur, au même titre que les étiquettes mises en place pour estimer le niveau d'émissions des voitures.

En ne se basant que sur le CO2, le système d'évaluation s'appliquant aux voitures avantage clairement les véhicules fonctionnant au diesel. Or, le diesel n'est certainement pas le carburant approprié en milieu urbain par exemple, de par ses émissions nocives (NOx qui seront pris en compte dès 2014 avec les normes Euro 6) ou de ses systèmes de dépollution nécessitant une température relativement élevée (filtres à particules, SCR).

Continental estime dès lors que la règlementation imposée par l'Europe ne devrait pas constituer un critère de choix pour le consommateur. Le manufacturier conseille plutôt de se référer aux test réalisés par les organismes indépendants (ADAC, presse automobile,...). A ce sujet, il est d'ailleurs regrettable que la presse française ne se livre pas plus régulièrement à des tests aussi détaillés que ceux réalisés outre-Rhin.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 58 minutes

Bonjour à tous, @Purmok oui, c'est possible en théorie de monter un boîtier éthanol sur un véhicule bicarburation essence/GPL. D'ailleurs, un fabricant de boîtier le fait des véhicules (quasi-)neufs : Borel. A titre personnel, je ne suis pas favorable à ce type de configuration car cela à un coût qu'il va être difficile d'amortir (le véhicule fonctionnant déjà au GPL, cela ne sera pas beaucoup plus économique de rouler avec l'E85, d'où un amortissement bien plus long que si on compare par rapport à un véhicule essence). D'autre part, si on roule régulièrement au GPL, on utilisera moins le carburant contenu dans le réservoir d'essence et, dans un cas extrême, on pourrait se retrouver en plein hiver avec de l'E85 en spécification été, ce qui peut compliquer le démarrage du véhicule dans ces conditions. @Medhi Il n'y a pas vraiment de risque de fiabilité. Le plus gros risque, c'est que, si vous avez affaire à un boîtier de mauvaise qualité, le fonctionnement avec de l'E85 pourrait ne pas être optimal (démarrages difficiles, broutages lors des accélérations). Concernant le contrôle technique, il est recommandé, lorsque la carte grise n'est pas modifiée, de passer le contrôle avec un plein d'essence. Parfois, les valeurs de sonde lambda peuvent être faussées, ce qui peut amener à un refus.

Mehdi à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 1 heure

Bonsoir. Je m'apprête à faire l'acquisition d'un véhicule d'occasion avec un boîtier éthanol non homologué. C'est une très bonne affaire, mais quel est le risque? Je m'explique : si j'enlève l'étiquette du boîtier (qui vaut 440 euros vérifié sur internet), aucune raison d'être embêté au contrôle technique? Ou faudra-t-il que je fasse un plein de sp98 avant le passage pour le contrôle pollution. C'est un Freelander V6 2.5L. Je ne sais pas quel est le risque et si je serais embêté plus tard. Je me dis qu'au pire je pourrais payer l'installation d'un kit dans 2 ans ou l'enlever pour le prochain CT. Merci d'avance pour vos conseils.

Djabou à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Hier

Bonjour, Merci pour cet article très complet. Après presque 2 ans, qu'en est-il de la fiabilité de ce tsi 150 evo ? Merci

© Guillaume Darding

Mentions légales