Essuie-glace arrière: utile ou indispensable ?

Essuie-glace arrière: utile ou indispensable ?

Guillaume Darding - 21 décembre 2016

Si l’essuie-glace arrière a commencé à se démocratiser dans les années 70, bon nombre de véhicules n’en sont pas toujours équipés et il est parfois en option sur certains modèles. Dès lors, l’essuie-glace arrière est-il utile ou indispensable ?

Utile pour certains véhicules…

La plupart des berlines routières à coffre ou à hayon ainsi que les grands coupés ne sont pas équipés d’essuie-glace à l’arrière. Dans certains cas (notamment chez Porsche), le constructeur peut proposer cet essuie-glace en option. Le choix est donc laissé au conducteur entre le côté esthétique ou le côté pratique.

Audi R8 sur la neige

Pour une berline, la malle de coffre évite aux éclaboussures drainées par les pneus arrière d’atteindre la lunette arrière. Lorsque le véhicule est en mouvement, l’aérodynamique du véhicule fait que la lunette est naturellement balayée par flux d’air et que la vision vers l’arrière est donc dégagée.

Mercedes AMG GT R en soufflerie

Toutefois, à basse vitesse, les gouttes d’eau s’accumulent sur la lunette, au détriment de la rétrovision en ville, notamment pour manœuvrer lors d’un créneau. A cet effet, l’essuie-glace peut se révéler utile, à moins que les aides au stationnement, comme les radars de recul et/ou la caméra de recul (à condition que la caméra ne soit pas elle-même encrassée), ne pallient ce défaut.

Enfin, le dégivrage de la lunette arrière permet aussi d’éliminer les gouttes de pluie stagnantes lorsque le véhicule circule à faible allure.

… Indispensable pour d’autres !

Une très large part des berlines compactes, les breaks, SUV et autres monospaces sont équipés d’un essuie-glace à l’arrière. Cette configuration vient du fait de la lunette arrière est quasiment à l’aplomb de l’arrière du véhicule. Que cette dernière soit verticale ou non, elle est grandement exposée aux salissures (dont la boue et la neige le cas échéant) soulevées par les roues arrière.

Volvo V60 Plug In Hybrid sur la neige

La lunette arrière devient donc assez rapidement opaque et la vision vers l’arrière est beaucoup moins nette. D’autre part, de nuit, les feux des véhicules suiveurs ont tendance à devenir plus éblouissants à cause de cette couche de saleté.

Mercedes GLC en soufflerie

Enfin, sur ces catégories de véhicules, la lunette arrière est relativement verticale et même lorsqu’elle est plutôt horizontale, la lunette est souvent surmontée d’un becquet qui casse le flux aérodynamique. Ainsi, la surface de la lunette n’est pas balayée par un quelconque flux d’air et la lunette reste donc encombrée de gouttes de pluie. Pour ces véhicules, l’essuie-glace arrière s’avère donc quasi-indispensable.

Crédits photos: Audi, BMW, Mercedes, Volvo

Commentaires sur l'article:

03 janvier 2017 à 16h34

Fortement indispensable même pour les modèles qui se vendent en Afrique car on arrive le plus souvent à tacher les par-brises d'arrière et ce qui nous oblige d'aller se procurer d'un étui sur place pour le nettoyer, sinon c'est la galère surtout avec les amendement des procès!

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Nicolas G à propos de l'article «Normes Euro 6 : vue d'ensemble»

Il y a 50 minutes

Bonjour Guillaume, Merci pour cet article sur Euro 6. J'aimerais revenir sur la partie "mesure de puissance" et en particulier celle relative aux moteurs électriques. Pour avoir eu l'occasion de visualiser plusieurs COC de véhicules électriques (sur ce COC est indiqué la max net power, la max 30min power et la hourly output), j'ai pu constater des disparités très fortes entre la puissance net maxi et la maxi à 30min. Des facteurs de X2 à presque X5 selon le modèle (ex: max 30min power= 79kw et max net power= 386kw). Pourriez-vous m'expliquer de tels écarts comme elle ne tient pas compte comme vous l'indiquez d"’une éventuelle limitation de puissance due à l’échauffement des batteries" ? Pourquoi retenir l'homologation retient la valeur à 30min et non la maxi? Une évolution est-elle prévue sur ce dernier point à l'avenir (dans les prochaines normes)? D'avance, merci pour votre retour.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Peugeot 1.2l Puretech turbo»

Avant-hier

Bonjour Damien, merci pour votre retour d'expérience et vos encouragements. En matière de consommation, elle devrait baisser progressivement jusqu'à atteindre 8 à 10.000 km. Effectivement, il serait surprenant d'arriver en dessous de 6l/100km (quoique, avec une bonne dose d'éco-conduite, il faut voir), mais 6-6,5 l/100km pour une compacte essence, c'est plutôt pas mal. Concernant le Start/Stop, la fonction est utile sur le cycle d'homologation (elle permet de gagner environ 5 grammes de CO2 / km). Dans la vie réelle, cela permet d'économiser aussi un peu d'essence (lorsque le moteur fonctionne au ralenti, il consomme entre 0,8 et 1,5 litres par heure, parfois plus dans des conditions extrêmes) et apporte un certain confort pendant l'arrêt (absence de vibrations) tout en étant parfois désagréable au redémarrage (... vibrations). Néanmoins, dans le cas d'un moteur essence, les vibrations sont parfois à peine perceptibles à bas régime.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Avant-hier

Bonjour Laguna22, merci pour votre retour d'expérience. Dans le cas de votre précédente Laguna, la cylindrée joue en sa faveur pour proposer plus de couple et potentiellement plus de souplesse... mais je doute, en revanche, que le moteur soit aussi agréable en matière de sonorité et de vibrations.

© Guillaume Darding

Mentions légales