Essuie-glace arrière: utile ou indispensable ?

Essuie-glace arrière: utile ou indispensable ?

Publié le 21 décembre 2016
Par Guillaume Darding

Si l’essuie-glace arrière a commencé à se démocratiser dans les années 70, bon nombre de véhicules n’en sont pas toujours équipés et il est parfois en option sur certains modèles. Dès lors, l’essuie-glace arrière est-il utile ou indispensable ?

Utile pour certains véhicules…

La plupart des berlines routières à coffre ou à hayon ainsi que les grands coupés ne sont pas équipés d’essuie-glace à l’arrière. Dans certains cas (notamment chez Porsche), le constructeur peut proposer cet essuie-glace en option. Le choix est donc laissé au conducteur entre le côté esthétique ou le côté pratique.

Audi R8 sur la neige

Pour une berline, la malle de coffre évite aux éclaboussures drainées par les pneus arrière d’atteindre la lunette arrière. Lorsque le véhicule est en mouvement, l’aérodynamique du véhicule fait que la lunette est naturellement balayée par flux d’air et que la vision vers l’arrière est donc dégagée.

Mercedes AMG GT R en soufflerie

Toutefois, à basse vitesse, les gouttes d’eau s’accumulent sur la lunette, au détriment de la rétrovision en ville, notamment pour manœuvrer lors d’un créneau. A cet effet, l’essuie-glace peut se révéler utile, à moins que les aides au stationnement, comme les radars de recul et/ou la caméra de recul (à condition que la caméra ne soit pas elle-même encrassée), ne pallient ce défaut.

Enfin, le dégivrage de la lunette arrière permet aussi d’éliminer les gouttes de pluie stagnantes lorsque le véhicule circule à faible allure.

… Indispensable pour d’autres !

Une très large part des berlines compactes, les breaks, SUV et autres monospaces sont équipés d’un essuie-glace à l’arrière. Cette configuration vient du fait de la lunette arrière est quasiment à l’aplomb de l’arrière du véhicule. Que cette dernière soit verticale ou non, elle est grandement exposée aux salissures (dont la boue et la neige le cas échéant) soulevées par les roues arrière.

Volvo V60 Plug In Hybrid sur la neige

La lunette arrière devient donc assez rapidement opaque et la vision vers l’arrière est beaucoup moins nette. D’autre part, de nuit, les feux des véhicules suiveurs ont tendance à devenir plus éblouissants à cause de cette couche de saleté.

Mercedes GLC en soufflerie

Enfin, sur ces catégories de véhicules, la lunette arrière est relativement verticale et même lorsqu’elle est plutôt horizontale, la lunette est souvent surmontée d’un becquet qui casse le flux aérodynamique. Ainsi, la surface de la lunette n’est pas balayée par un quelconque flux d’air et la lunette reste donc encombrée de gouttes de pluie. Pour ces véhicules, l’essuie-glace arrière s’avère donc quasi-indispensable.

Crédits photos: Audi, BMW, Mercedes, Volvo

Commentaires sur l'article:

03 janvier 2017 à 16h34

Fortement indispensable même pour les modèles qui se vendent en Afrique car on arrive le plus souvent à tacher les par-brises d'arrière et ce qui nous oblige d'aller se procurer d'un étui sur place pour le nettoyer, sinon c'est la galère surtout avec les amendement des procès!

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux

© Guillaume Darding

Mentions légales