Opel utilise l'impression 3D en production

Opel utilise l'impression 3D en production

Guillaume Darding - 27 août 2014

S'il n'est pas question d'utiliser des imprimantes 3D pour produire des pièces en série (essentiellement pour des questions de temps d'impression très longs par rapport aux processus existants), ces dernières peuvent toutefois être un atout pour réaliser des outillages de production. Opel utilise ce procédé de plus en plus fréquemment au sein de ses usines.

Les outillages réalisés à partir d'une imprimantes 3D sont en effet déjà utilisés sur les lignes d'assemblage de l'Adam, la Cascada et l'Insignia. Dans le cas de l'Adam Rocks (version dérivée de la citadine du même nom, elle consiste en l'ajout d'un toit en toile et d'éléments esthétiques visant à lui donner une allure de baroudeur), ce ne sont pas moins de 40 guides d'assemblage imprimés en 3D qui sont utilisés au sein de l'usine d'Eisenach (Allemagne).

Cela concerne notamment le gabarit d'assemblage pour apposer le logo Adam sur la vitre arrière du véhicule, tout comme les guides pour ajuster avec précision la position du parebrise. D'autre part, l'application des éléments chromés sur le côté de l'Adam est facilitée grâce à des guides d'insertion imprimés en 3D.

Opel Adam Rocks - guide d'assemblage imprimé en 3D pour le logo

Les gabarits d'assemblage sont réalisés en plastique. Au passage dans l'imprimante, le plastique est chauffé pour être fondu et les formes sont réalisées par l'empilement de couches successives de plastique de 0,25mm d'épaisseur. Un matériau de remplissage vient combler les espaces creux et étayer les parties en saillie. Lorsque le plastique durcit, la pièce est passée dans une sorte de lave-vaisselle pour enlever le matériau de support.

Ce type de technologie permet une grande liberté dans la forme des pièces, la limitation principale étant l'encombrement de ces dernières. Toutefois, les pièces imprimées en 3D peuvent être assemblées en utilisant diverses techniques (perçage, vissage, collage, etc). Cela permet donc de réaliser des grandes pièces à partir de plusieurs petites pièces.

Auparavant, ce type de gabarit était construit à la main à partir de fonte usinée et de résine. Ce processus nécessitait plusieurs semaines, contre une journée avec une imprimante 3D. Enfin, les gabarits imprimés en 3D s'avèrent beaucoup plus légers (jusqu'à 70%), ce qui est un avantage considérable pour les opérateurs qui manipulent ces éléments à longueur de journée.

Opel Adam Rocks - impression 3D CAO

Actuellement, Opel dispose d'une imprimante 3D au sein du centre de Recherche et Développement de Rüsselsheim, où les gabarits sont dessinés en CAO (virtuellement sur un ordinateur) avant d'être imprimés. Les gabarits ainsi réalisés sont ensuite envoyés dans les différentes usines à travers l'Europe.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 57 minutes

Bonjour à tous, @Purmok oui, c'est possible en théorie de monter un boîtier éthanol sur un véhicule bicarburation essence/GPL. D'ailleurs, un fabricant de boîtier le fait des véhicules (quasi-)neufs : Borel. A titre personnel, je ne suis pas favorable à ce type de configuration car cela à un coût qu'il va être difficile d'amortir (le véhicule fonctionnant déjà au GPL, cela ne sera pas beaucoup plus économique de rouler avec l'E85, d'où un amortissement bien plus long que si on compare par rapport à un véhicule essence). D'autre part, si on roule régulièrement au GPL, on utilisera moins le carburant contenu dans le réservoir d'essence et, dans un cas extrême, on pourrait se retrouver en plein hiver avec de l'E85 en spécification été, ce qui peut compliquer le démarrage du véhicule dans ces conditions. @Medhi Il n'y a pas vraiment de risque de fiabilité. Le plus gros risque, c'est que, si vous avez affaire à un boîtier de mauvaise qualité, le fonctionnement avec de l'E85 pourrait ne pas être optimal (démarrages difficiles, broutages lors des accélérations). Concernant le contrôle technique, il est recommandé, lorsque la carte grise n'est pas modifiée, de passer le contrôle avec un plein d'essence. Parfois, les valeurs de sonde lambda peuvent être faussées, ce qui peut amener à un refus.

Mehdi à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 1 heure

Bonsoir. Je m'apprête à faire l'acquisition d'un véhicule d'occasion avec un boîtier éthanol non homologué. C'est une très bonne affaire, mais quel est le risque? Je m'explique : si j'enlève l'étiquette du boîtier (qui vaut 440 euros vérifié sur internet), aucune raison d'être embêté au contrôle technique? Ou faudra-t-il que je fasse un plein de sp98 avant le passage pour le contrôle pollution. C'est un Freelander V6 2.5L. Je ne sais pas quel est le risque et si je serais embêté plus tard. Je me dis qu'au pire je pourrais payer l'installation d'un kit dans 2 ans ou l'enlever pour le prochain CT. Merci d'avance pour vos conseils.

Djabou à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Hier

Bonjour, Merci pour cet article très complet. Après presque 2 ans, qu'en est-il de la fiabilité de ce tsi 150 evo ? Merci

© Guillaume Darding

Mentions légales