Présentation: BMW i8

Présentation: BMW i8

Guillaume Darding - 12 septembre 2013

Deuxième voiture de la gamme i et premier véhicule hybride rechargeable de BMW, l'i8 prend la forme d'un coupé haut de gamme (depuis 2014) et d’un roadster (depuis 2018). Elle véhicule une valeur chère à la marque munichoise, le plaisir de conduite, tout en mettant un accent fort sur le développement durable, fer de lance des véhicules estampillés "i".

Conception

La BMW i8 est, à l’origine, un coupé 2+2 places présent sur les routes depuis 2014. En 2018, le coupé a fait l’objet d’une légère mise à jour stylistique et technique et s’est vu adjoindre une variante roadster.

BMW i8 Coupe et Roadster

A l'image de l'i3, l'i8 se repose sur une architecture LifeDrive décomposée en 2 modules: l'habitacle (Life) recourt à du PRFC (matériau plastique renforcé par des fibres de carbone) tandis que le châssis (Drive) est en aluminium.

Le coupé mesure 4,69m de long, 1,94m de large. Sa hauteur se limite à 1,29m et son empattement est de 2,8m. La voie avant atteint 1,64m contre 1,72m à l'arrière. Le roadster conserve les mêmes dimensions.

La BMW i8 atteint une masse de l'ordre de 1.550 kg avec une répartition idéale (50/50) entre les essieux. Le coefficient de pénétration dans l'air (Cx) atteint 0,26 et un , une valeur qui n'est certes pas un record, mais qui reste très faible. De plus, l'i8 bénéficie d'un centre de gravité bas (460mm du sol).

BMW i8 - vue de face

Dans le cas du roadster, le Cx est légèrement dégradé à 0.28. Pour les deux variantes, la surface frontale est identique (2.15 m2).

Les feux de l’i8 sont entièrement à LED. En option, BMW propose des phares à technologie laser. Ils sont censés diffuser une lumière plus agréable à l'oeil car monochromatique. De plus, la consommation des phares laser serait réduite de l'ordre d’un tiers par rapport aux phares à LED. Enfin, la portée des feux laser atteint près de 600 mètres (le double de la portée des feux à LED) sans que les autres conducteurs soient éblouis.

BMW i8 - comparaison éclairage LED et laser

Réduction des masses

Le PRFC est 50% plus léger que l'acier et 30% plus léger que l'aluminium à résistance égale. Les portes, alliant PRFC et aluminium sont 50% plus légères par rapport à des portières classiques. Le tableau de bord, dont la structure est en magnésium, est allégé d'environ 30% par rapport à celui d'une Série 6.

Les conduits d'air utilisés pour ventiler l'habitacle (module de climatisation) sont en mousse rigide. Ils représentent un gain en masse de 60% par rapport à des conduits classiques. Cette technologie a par ailleurs un effet bénéfique sur l'acoustique: elle réduit le bruit généré par l'air circulant dans ces conduites.

BMW i8 - vue de dessus

La vitre de séparation entre l'habitacle et le coffre à bagages de la version coupé est constituée de deux couches de verre trempé par voie chimique de 0,7mm d'épaisseur chacune. Ces deux couches sont séparées par un intercalaire acoustique. Cette technique de trempage est similaire aux processus utilisés pour réaliser les verres des smartphones. Cette solution représente un allègement de l'ordre de 50% par rapport à une vitre classique.

Par rapport au coupé, le roadster pèse environ 60 kg de plus. L’embonpoint se justifie par des portières renforcées sans cadre de vitre, des renforts dans les montants de pare-brise tout comme dans les bas de caisse, ceci afin de compenser l’absence de toit dur et de conserver une bonne rigidité du châssis.

BMW i8 Roadster - vue de 3/4 arrière

Liaisons au sol

A l'avant, les roues sont guidées via des doubles triangles tandis que l'essieu arrière est à cinq bras. Les bras de suspension sont réalisés, tant à l'avant qu'à l'arrière, en aluminium. La direction est à assistance électromécanique et l'amortissement est piloté.

La BMW i8 est équipé de pneus de grande taille à profil haut et étroit en regard de sa puissance:

  • 195/50 R20 à l'avant
  • 215/45 R20 à l'arrière

En option, les jantes peuvent être en PRFC pour un gain en masse de 3kg par roue.

Style extérieur

L'i8 reprend les deux éléments caractéristiques de la gamme i (voir la présentation de l'i3): le Black Belt et le Stream Flow. BMW utilise une autre particularité pour souligner l'exclusivité du modèle: les portières s'ouvrent en élytre.

BMW i8 - ouverture des portières en élytre

La ceinture noire (Black Belt) s'initie au niveau du long capot. Cerné par les nervures de ce dernier, elle commence au-dessus de l'insigne BMW pour s'élargir jusqu'aux montants du pare-brise. Elle s'étend sur le toit avant de se fondre dans le fondre dans la partie arrière au niveau des optiques.

Le Stream Flow souligne le dynamisme et la silhouette élancée du modèle. Il délimite les contours des vitres latérales et trace le chemin emprunté par l'air qui s'écoule entre la ligne de toit et le pli latéral ascendant de la carrosserie.

BMW i8 - face avant

A l'avant, BMW reste fidèle à ses traditions avec le double haricot, serti de bleu (jusqu'en 2018), les phares prolongent la calandre et accentuent la largeur du véhicule. La partie arrière souligne l'allure musclée du véhicule grâce notamment aux passages de roues marqués, à la forme des feux arrière et au diffuseur.

BMW i8 - vue arrière

Dans le cas du roadster, le toit souple se rétracte électriquement dans le coffre en 15 secondes jusqu’à une vitesse de 50 km/h. Il est positionné à la verticale derrière les sièges.

BMW i8 Roadster - cinématique ouverture du toit

D’autre part, la vitre arrière du roadster est complètement escamotable. Néanmoins, par défaut, la vitre remonte de 30 mm environ afin de minimiser les turbulences désagréables au sein de l’habitacle à haute vitesse (tel un filet anti-remous). Il est aussi possible de remonter complètement la vitre (même position que lorsque le toit est en place).

BMW i8 - vitre arrière escamotable

Espace intérieur

La BMW i8 coupé est un coupé 2+2 places, c'est-à-dire qu'il faut considérer les 2 places arrière comme des sièges d'appoint qui pourront transporter des enfants sur de courtes distances. Le coffre offre un volume assez contraint de 154 litres.

BMW i8 Roadster - rangement additionnel derrière les sièges avant

Dans le cas de la version roadster, il n’y a plus de sièges à l’arrière: le volume ainsi libéré est alors utilisé pour replier le toit. Il reste aussi environ 100 litres de rangement juste derrière les sièges. D’autre part, le volume du coffre est réduit à un peu moins de 90 litres.

Dans tous les cas, il n’y a aucun espace de rangement sous le capot à l’avant.

BMW i8 - tableau de bord

La console centrale est orientée vers le conducteur, selon une tradition présente dans de nombreux modèles BMW. Au contraire de l'i3, l'i8 garde un levier de vitesses traditionnel sur le tunnel central. A sa gauche se trouve la commande d'allumage moteur, la touche eDrive (forçant le roulage en mode électrique), le sélecteur de mode de conduite (influant sur la consommation et les suspension). A sa droite figure la touche agissant sur le frein à main électrique.

Sur le dessus du tableau de bord trône un écran de 8,8 pouces rassemblant les fonctions multimédias dont le GPS en version Professional. L'ensemble est piloté par la classique molette iDrive.

BMW i8 Coupe - espace habitable 2+2

Si l'accès à bord ne sera pas des plus aisé, de part la faible hauteur et l'implantation basse des sièges, BMW a dégagé de larges ouvertures pour faciliter l'accès à bord, une prouesse rendue possible grâce à l'utilisation de PRFC.

Motorisation

La BMW i8 est pourvue d'une motorisation hybride rechargeable. Le moteur thermique est un inédit 3 cylindres TwinPower de 1,5l de cylindrée. Il délivre une puissance de 231 chevaux et un couple de 320 N.m. Le couple est tranmis aux roues arrière par l'intermédiaire d'une boîte automatique à 6 rapports.

Le moteur thermique est associé à un moteur électrique de 96 kW (131 chevaux) et 250 N.m.  Depuis 2018, la puissance du moteur électrique a été portée à 105 kw (143 chevaux). La puissance est transmise aux roues avant via une boîte automatique à 2 rapports. Le moteur électrique est alimenté par une batterie d'une capacité de 5 kWh.  

BMW i8 - feu arrière

Production

La BMW i8 est assemblée, tout comme l'i3, sur le site de Leipzig. La production du PRFC suit le même parcours que sa petite soeur i3.

BMW i8 coupé - panneau latéral PRFC

L'aluminium utilisé pour la construction de l'i8 est essentiellement issu du recyclage. Lorsque ce n'est pas le cas, il est produit à l'aide d'énergie issue de sources renouvelables.

BMW i8 - assemblage final sur la ligne de production

Le cuir utilisé dans la fabrication des sièges provient de vaches originaires d'Allemagne, d'Autriche ou de Suisse. Le cuir est ensuite tanné à l'extrait de feuilles d'olivier (réduction des produits chimiques polluants) en Allemagne.

Les textiles utilisés dans l'i8 sont un mélange de matières plastiques recyclées (PET) combinées à de la laine vierge (environ 40%). 

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Il y a 3 jours

Bonjour Giacomo et merci beaucoup pour tous vos encouragements ! Concernant le choix de la boîte, c'est essentiellement une question de confort de conduite, la différence en matière de consommation étant ténue. La boîte à double embrayage est agréable, on ne sent pas beaucoup (voire pas du tout) les changements de vitesse. Petit détail : en combinaison avec le régulateur adaptatif et la DSG, le régulateur peut gérer la vitesse du véhicule jsqu'à l'arrêt et repartir (presque automatiquement : il suffit d'une pression sur la pédale d'accélération). Dans le cas de la boîte manuelle, le régulateur se désactive en-dessous de 30 km/h. La DSG DQ200 n'a pas une très bonne réputation, mais il me semble que les choses se sont amélioriées depuis 2 ans. Pour le rodage, je préconise (mais sans élément factuel, plus par habitude et bon sens), de rouler les 2.000 premiers kilomètres en conduite souple (pas de régime haut, pas de forte charge). Il faut aussi rôder les freins et les pneus sur les premières centaines de kilomètres. Personnellement, avec le nombre d'équipements électroniques (écran central, virtual cockpit, feux LED, assistance de conduite, etc.), il est préférable de prolonger la garantie. Attention toujours aux restrictions kilométriques, généralement de l'ordre de 80.000/100.000 km (vu votre kilométrage annuel, ce ne devrait pas être un souci). On ne voit désormais plus grand chose sous le capot (capitonnage moteur), ni sous le moteur (carénage). Il faudra toujours porter une attention particulière au niveau d'huile et éviter dans la mesure du possible, d'attendre l'allumage du voyant moteur, avant de refaire l'appoint d'huile. Lorsqu'il neige, bien penser à dégager le logo à l'avant (présence du radar commandant le régulateur de vitesse et le freinage d'urgence en cas d'inattention) ainsi que les capteurs pour le stationnement. Concernant le SP95-E10, je n'ai pas de contre-indication à son sujet (non plus avec le FAP). Les effets du SP98 sont assez aléatoires d'un moteur à l'autre. Si vous voulez, vous pouvez effectivement faire les premiers pleins avec du SP98-E5. Ensuite, si vous repassez au SP95-E10 et que vous constatez un changement de sonorité, c'est que le SP98 a un effet bénéfique sur votre moteur. Au cours des 5.000 premiers kilomètres, il est inutile d'essayer de comparer la consommation avec un carburant ou l'autre car elle est susceptible d'évoluer (normalement à la baisse).

Giacomo à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Il y a 3 jours

Bonjour Guillaume, article tout simplement exceptionnel. Ingé méca de formation, bien que ne faisant plus de méca depuis longtemps, votre article a été tout simplement agréable à lire et efficace dans la présentation. Un grand bravo ! Et un grand merci également à la richesse des commentaires, très éclairants. Je dois me séparer de ma Touran 2.0 TDI de 2004 (moteur AZV 136cv) qui n'a plus la fiabilité nécessaire avec ses 280 000km et une boite vieillissante. Faisant 10 max 15 000 km essentiellement routier ou autoroutier par an désormais, je m'oriente vers l'achat l'essence, une Touran III 1.5 TSI 150cv. Le dilemme reste le choix de la boite, BVM6 ou le DSG7 (HQ200), je pense privilégier le second. Compte tenu du profil couple (flat à 250Nm jusqu'à 3500t/min ) et puissance, que pensez vous de son mariage avec la DSG7 en terme de consommation, de fiabilité de la chaine cinématique en particulier l'embrayage et d'agrément de conduite ? Un conseil particulier pour le rodage sur ce moteur ? durée, profil de conduite ? J'ai noté que le SP95-E10 peut s'avérer suffisant si conduite style éco, l’œil sur la conso instantanée. Même dès les premiers pleins en rodage ? pas de contre-indication avec le FAP? Est-ce que le SP95-E10 (vs le SP98) impacte le couple et par là potentiellement l'embrayage à forte charge ? Prolonger la garantie constructeur d'une , deux ou trois ans, pensez vous que cela fasse sens ? Pour conclure, dans le cadre d'un contrôle visuel de l'ensemble moteur, que conseilleriez-vous de regarder régulièrement sous le capot et sous le moteur pour éviter des dérives et.... faire autant avec cette nouvelle touran qu'avec mon ancienne ? Merci d'avance, Giacomo

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur : Alpine A110 et Megane R.S.»

Il y a 7 jours

Bonjour cyril5R et merci pour vos encouragements ! Je n'ai pas la nature exacte des changements, mais par expérience, je peux affirmer que : - concernant les pistons et les soupapes d'échappement, il s'agit certainement d'un changement matière (matériau plus résistant aux hautes températures et/ou vibrations - concernant le volant moteur, il est certainement recalibré (masses, raideur des ressorts) - pour la pompe à huile, elle a certainement une plus grande capacité

© Guillaume Darding

Mentions légales