Renault NEXT TWO : en route vers le véhicule autonome

Renault NEXT TWO : en route vers le véhicule autonome

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 09 février 2014

Dans le cadre des initiatives liées à la « Nouvelle France Industrielle », Renault va développer d’ici à 2020 des technologies propres à rendre la conduite autonome. Ce concept se veut accessible au plus grand nombre grâce à un coût modéré.

Si la conduite totalement autonome n’est pas encore à l’ordre du jour pour le constructeur français, le projet Renault Next Two prévoit de proposer d’ici à 2020 une voiture qui proposerait deux services où le véhicule évoluerait de façon autonome : la délégation de conduite dans les zones d’embouteillage et un service voiturier.

Dans les situations d’embouteillage où le véhicule se trouve sur une voie rapide (pas de piétons ni de cyclistes) et la vitesse ne dépasse pas 30 km/h, le véhicule pourra proposer au conducteur le mode autonome. Le véhicule évoluera dans le trafic sans intervention du conducteur. Toutefois, le véhicule ne sera pas capable de changer de file.

Si ce dispositif existe déjà en série, Mercedes le proposant sur la Classe S, le constructeur au losange entend le rendre accessible à tout type de véhicule, à commencer par les citadines.

Renault Next Two Zoé - extérieur

Le service voiturier est une fonction qui permet au véhicule de se garer sans nécessiter la présence d’un conducteur à l’intérieur du véhicule. Cette technologie n’est pas sans rappeler l’ancienne série télevisée K2000 où Michael Knight commandait son bolide de venir le chercher via sa montre. Ici, la montre est remplacée par le smartphone.

Equipée de technologies existantes telles qu’un radar (utilisé pour les régulateurs de vitesse adaptatifs), une caméra (système de freinage automatique en ville, détection des piétons) et capteurs à ultrasons (radar de recul), la voiture permet la conduite autonome grâce à un calculateur électronique évolué qui est chargé d’analyser toutes les informations envoyés par les différents capteurs pour contrôler ensuite la direction, l’accélérateur et le freinage.

Renault Next two Zoe - capteurs radar cameras

Dans un premier temps, d’ici à la fin du premier trimestre, l’équipe en charge du projet devra identifier quelles sont les réglementations qui devront évoluer (en France comme à l’étranger) pour autoriser les véhicules à se déplacer de façon autonome (il se pose notamment la question de la responsabilité lors des phases de conduite autonome en cas d’accident).

Selon Renault, les besoins en matière de véhicule autonome ont des motivations différentes selon les régions. Au Japon, les autorités y voient un moyen d’améliorer les capacités de déplacement des personnes âgées qui ne serait plus en état de conduire. Les Pays-Bas y voient un moyen de fluidifier le trafic. En France, la motivation serait plus de nature à améliorer la sécurité routière.

Renault Next Two Zoe - interieur

Dans le cas du système autonome développé par Renault, il ne contribuera certainement pas à réduire la mortalité sur les routes car le système n’est actif qu’en dessous de 30 km/h. Tout du moins de manière directe : en réduisant le besoin de concentration du conducteur lors des phases d’embouteillage, il pourrait améliorer la concentration du conducteur lorsque ce dernier reprend le contrôle (moins de fatigue). De plus, il pourrait contribuer à réduire les accidents graves entre automobilistes et motards puis à réduire le nombre d’accrochages (baisse potentielle de la prime d’assurance).

En parallèle, Renault developpe un système de navigation avec un affichage tête haute à réalité augmentée. En superposant directement les instructions de guidage à la réalité, cette technologie devrait s'avérer plus précise qu'un GPS classique dans certaines situations (notamment dans les rond-points).

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Oooooops à propos de l'article «Technique : recharger un véhicule électrique»

Hier

Bonjour Guillaume, merci pour cette article, et ses commentaires, qui m'ont évité de faire une erreur, car je comptais installer un socle P17 pour brancher un CRO permettant de charger jusqu'à 16A. Je vais donc m'orienter vers une prise renforcée Witty ou GreenUp, mais à ce sujet il subsiste quand même un problème, c'est qu'apparemment il est impossible de trouver dans le commerce la fiche mâle correspondante (càd permettant de passer 16A pendant plusieurs heures)? Par ailleurs, une question à propos de cette note écrite dans l'article: "Note : il est couramment admis qu'une prise de courant peut supporter une intensité de 16 A sur un court laps de temps (de l'ordre de quelques minutes) et 10 A en continu (1 à 2 heures). Dans le cas des véhicules électriques dont la charge est amenée à durer plusieurs heures, le législateur a fixé la limite à 8 A." => quand le législateur a-t-il promulgué cette mesure? Car si certains constructeurs livrent leurs CRO en version 8A, celui livré avec les Mercedes PHEV de la famille "*A250e" est un modèle 10A, sans mention de devoir utiliser une prise renforcée pour cette intensité (pour information, mon GLA250e a été livré en décembre 2020).

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Audi 2.0l TFSI»

Il y a 3 jours

TAZ21, j'avoue ne pas comprendre le mépris et l'agressivité de votre commentaire, surtout pour rapporter des propos erronnés. D'une part, il est précisé à plusieurs reprises que le concept de rightsizing concerne la dernière évolution du 2.0 l TFSI, soit la génération 3B. Or, vous citez l'exemple de la Golf GTI dont le moteur n'appartient pas à la génération 3B, mais à la génération 3 (dans le cas de la Golf 7 GTI). Sauf oubli de ma part, la puissance maximale des moteurs de la génération 3B est de 200 chevaux. Et pour être tout à fait complet et précis, le moteur de la Golf 8 GTI appartient à la génération 4 (non présentée dans cet article). Toutefois, cette évolution 4 ne s'appuie pas sur la génération 3B, mais sur la génération 3. D'autre part, je ne sais pas comment vous avez décidé que le downsizing ne serait lié qu'à un critère de puissance rapporté au litre ? Si je suis votre raisonnement, j'en déduis qu'une Honda S2000 (2.0l atmosphérique de 240 ch, soit 120 ch/l), qu'une Porsche 911 GT3 (4.0l atmo de 510 ch, soit 127.5 ch/l) et qu'une Bugatti Chiron (8.0l turbo de 1500 chevaux, soit 187.5 ch/l) ont des moteurs downsizés ?!?

TAZ21 à propos de l'article «Présentation moteur: Audi 2.0l TFSI»

Il y a 3 jours

Bonjour Article assez intéressant mais néanmoins orienté et partiellement faux . Ce moteur ne prend en rien le contrepied du downsizing si on est bien dans le downspeeding dans certaine version cela reste du dowsizing dans beaucoup de versions. prenons une version intermediare comme la golf GTI nous avons 240 ch a 6000 tr/mn ce qui fait 120 ch/l et cela reste belle et bien du dowsizing et plus qu'un moteur 130 cv sur du 1.2 de chez PSA qui lui sort du 105 ch/l a 5500 tr/mn le downsizing n'est défini que par la puissance par rapport a la cylindrée donc il faut a un moment donné arrêté de dire n'importe quoi. Ce moteur est très bien conçu c'est un fait mais sa version 180ch et ses autres déclinaison sont totalement différentes et le rightsizing downsizing ne sont que des concept lié au marketing en aucun cas définissent des technos de plus les deux mots ont exactement la même signification un veut dire réduire l'autre dégraisser.

© Guillaume Darding

Mentions légales