Renault poursuit ses investissements au Brésil

Renault poursuit ses investissements au Brésil

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 18 avril 2014

Carlos Ghosn a annoncé un nouveau plan d’investissement au Brésil afin de consolider sa position sur un marché considéré comme prioritaire par Renault avec l’Inde et la Russie.

Implanté depuis plus de 16 ans au Brésil, le marché est devenu le deuxième marché où Renault vend le plus de véhicules , derrière la France (558.000 véhicules en 2013) et juste devant la Russie  (210.000 véhicules) et l’Allemagne (162.000 véhicules). 

Le Brésil est l’un des 5 premiers marchés mondiaux en terme de ventes de véhicules et Renault compte bien y conserver sa cinquième place. Les 3 premiers constructeurs (Fiat, Chevrolet et Volkswagen) sont clairement inaccessibles à court terme, chacun représentant près de 19% de part de marché. Avec 9% de part de marché, Ford occupe la 4ème place.

Renault occupe la 5ème place avec 6,8% de part de marché et compte atteindre 8% à l’horizon 2016 pour affirmer sa position. Le constructeur doit notamment se méfier de l’ascension rapide de Hyundai sur ce marché (6,6% de part de marché en 2013 contre 4,9% en 2012).

Pour ce donner les moyens de ses ambitions, Renault a déjà investi 485 millions d’euros au Brésil pour augmenter sa capacité annuelle de production à près de 400.000 véhicules et 500.000 moteurs, développer son réseau de concessionnaires (près de 300 points de vente) et lancer 2 nouveaux modèles en 2013 (Logan et Master).

D’ici à 2019, le constructeur français prévoit d’investir 162 millions d’euros dans son usine de Curitiba pour accueillir la production de 2 modèles supplémentaires ainsi que 78 millions d’euros (sur une période de 10 ans) dans la construction d’un nouveau centre de logistique situé à une trentaine de kilomètre de l’usine actuelle. Ce site alimentera non seulement le marché local, mais aussi les pays voisins, l’Amérique Centrale, l’Afrique du Sud et enfin la France.

Outre la Logan et le Master, Renault fabrique au Brésil également la Clio (dans sa 2ème génération), la Sandero, le Duster, la Fluence et le Kangoo.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Pascal29 à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Il y a 13 minutes

... Et qui coutent entre 50000 et 150000 €, à la portée de n'importe quel péquin en somme !

JulienH à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonsoir, c'est justement à cela que je pensais avec le coffre de toit, en plus du poids des bagages, si je prend un trajet que je fais plusieurs fois par an, Lyon -> Lans en Vercors par exemple, je vais avoir de l’autoroute. De plus la température en altitude l'hiver ne doit pas aidé... Ça confirme ce que je pense des voitures du style e-208, en fait si on veut investir dans l’électrique il faut partir sur de "vrai" modèles optimisé :-)

Guillaume Darding à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonjour à tous et merci pour vos encouragements ! @JulienH Le coffre de toit (en dehors de son poids) ne va pas changer grand chose dans la consommation globale sur une route de montagne, c'est surtout au-dessus de 90 km/h qu'il devient franchement pénalisant. Par contre, il est certain que la consommation, pour accéder aux stations, va s'envoler. Il est donc important d'avoir des stations de charge rapide en vallée et des points de charge lent à l'arrivée. Il est tout à fait envisageable d'avoir un VE en véhicule principal (et même en unique véhicule) : je pense que c'est désormais le cas dans un certain nombre de foyer qui ont opté pour un véhicule électrique. Les longs trajets demandent certes un peu plus de préparation pour programmer les arrêts, mais c'est largement faisable. Par contre, dans le cas de l'e-208 que vous évoquez, j'aurais du mal à la conseiller pour faire des longs trajets entre un consommation pas optimale et la batterie de taille modeste ! @Purmoka Effectivement, il faut que le réseau soit bien dimensionné pour éviter les files d'attente lors des fortes affluences. Aujourd'hui, c'est plutôt le cas (il y a eu quelques cas où les conduteurs ont dû patienter une vingtaine de minutes cet été avant de pouvoir commencer à recharger en France), mais il faut absolument que le réseau de charge rapide continue de grandir à la même cadence que les ventes de VE. D'autre part, il est aussi important de savoir la fréquentation des bornes (si toutes sont occupées et si oui, quel est le temps d'attente) afin d'éviter certaines déconvenues.

© Guillaume Darding

Mentions légales