Salon de Francfort 2013: les principaux concept-cars allemands

Salon de Francfort 2013: les principaux concept-cars allemands

Guillaume Darding - 15 septembre 2013

Après avoir parcouru les concept cars marquants des constructeurs français présentés au salon de Francfort IAA 2013, place aux concepts des constructeurs allemands.

Audi nanuk quattro

A mi-chemin entre un 4x4 et un coupé, l'Audi nanuk quattro devrait préfigurer un modèle qui irait chasser sur les terres du BMW X6. Le coup de crayon du concept provient des studios d'Italdesign Giugiaro, rachetés par la marque aux anneaux à l'été 2010.

Audi nanuk quattro - vue de face

Le concept est posé sur des jantes de 22 pouces. A l'image du TT, la surface des vitres latérales est très réduite. Par ailleurs, le nanuk quattro est plus bas que ce dernier (1,34m pour le concept, 1,36m pour le TT). 

Audi nanuk quattro - vue de trois quart avant

Le nanuk quattro est équipé d'un moteur diesel V10 TDI développant 544 chevaux en position centrale arrière.

Audi nanuk quattro - vue arrière

Audi sport quattro

Futur A5 ou future nouveauté, rien n'est moin sûr. Le sport quattro s'appuie sur un châssis hybride fait d'acier pour l'habitacle et la partie arrière et d'aluminium pour le compartiment moteur, un procédé similaire à celui du TT actuel.

Audi sport quattro - vue de profil

A l'avant, Audi reste fidèle à l'identité stylistique de la marque avec la calandre Single Frame. A l'image des derniers modèles de la marques, elle adopte une forme trapézoïdale. Tout comme la R8, les quatre anneaux ne sont pas intégrés dans la calandre, mais apposés sur le capot.

Audi sport quattro - vue de face

Le sport quattro est équipé d'une motorisation hybride rechargeable alliant V8 biturbo de 4,0l de cylindrée en position longitunidale et un moteur électrique de 110 kW, intégré dans la boîte de vitesse automatique à 8 rapports.

Audi sport quattro - vue arrière

Audi abandonne donc l'e-quattro présenté sur le précedent concept sportif de la marque en 2010. Ce dernier était équipé d'un moteur 5 cylindres de 2,5l de cylindrée (équippant le TT RS et la RS3) transmettant sa puissance aux roues avant et d'un moteur électrique relié aux roues arrière. Cette solution n'a finalement pas été jugée satisfaisante par les ingénieurs de la marque.

Audi sport quattro - vue de trois quart arrière

Le sport quattro est équipé d'une batterie d'une capacité de 14 kWh, ce qui devrait lui allouer une autonomie de 50 km.

Audi sport quattro - détail roue avant

Au total, l'Audi sport quattro développe une puissance de 700 chevaux et un couple de 800 N.m. Le poids s'élève à 1850 kg, ce qui devrait permettre au coupé d'accélérer de 0 à 100 km/h en 3,7 secondes.

Audi sport quattro - détail calandre

L'Audi sport quattro a une filiation évidente avec l'Audi quattro concept présenté au salon de l'Automobile de Paris en 2010.

Opel Monza

Opel fait renaître la Monza, désignant un coupé construit par la marque entre 1978 et 1986.

Opel Monza - vue de trois quart avant portière ouverte

Les portières à ouverture en aile de mouette se déploient et laissent place à un habitacle accueillant  quatre occupants.

Opel Monza - vue de trois quart avant

L'Opel Monza est équipé d'une motorisation électrique. Il reçoit à titre de prolongateur d'autonomie un moteur thermique qui prend la forme d'un 3 cylindres turbo alimenté au GNV (gaz naturel).

Opel Monza - vue de trois quart arrière

Long de 4,69m, l'Opel Monza n'oublie pas d'être pratique avec un coffre atteignant un volume de 500l. La hauteur est quant à elle très faible: elle ne dépasse pas 1,31m.

Opel Monza - vue arrière

Smart fourjoy

La Smart fourjoy préfigure la future citadine à 4 places de la jeune marque. Elle fera plateforme commune avec la prochaine Renault Twingo et tentera de faire oublier l'échec de la forfour.

Smart fourjoy - vue arrière

Si la fourjoy reste bien loin d'un modèle de série, en témoigne l'absence des ouvrants, nombre d'élements de style devraient être repris par le modèle qui entrera en production: gabarit, face avant, feux arrière, etc.

Smart fourjoy - profil

La fourjoy est une voiture électrique reprenant la motorisation de la Smart fortwo electric drive, à savoir un moteur de 55 kW pour 130 N.m de couple associé à une batterie d'une capacité de 17,6 kWh.

Smart fourjoy - vue de face

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Peugeot 1.2l Puretech turbo»

Hier

Bonjour Damien, merci pour votre retour d'expérience et vos encouragements. En matière de consommation, elle devrait baisser progressivement jusqu'à atteindre 8 à 10.000 km. Effectivement, il serait surprenant d'arriver en dessous de 6l/100km (quoique, avec une bonne dose d'éco-conduite, il faut voir), mais 6-6,5 l/100km pour une compacte essence, c'est plutôt pas mal. Concernant le Start/Stop, la fonction est utile sur le cycle d'homologation (elle permet de gagner environ 5 grammes de CO2 / km). Dans la vie réelle, cela permet d'économiser aussi un peu d'essence (lorsque le moteur fonctionne au ralenti, il consomme entre 0,8 et 1,5 litres par heure, parfois plus dans des conditions extrêmes) et apporte un certain confort pendant l'arrêt (absence de vibrations) tout en étant parfois désagréable au redémarrage (... vibrations). Néanmoins, dans le cas d'un moteur essence, les vibrations sont parfois à peine perceptibles à bas régime.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Hier

Bonjour Laguna22, merci pour votre retour d'expérience. Dans le cas de votre précédente Laguna, la cylindrée joue en sa faveur pour proposer plus de couple et potentiellement plus de souplesse... mais je doute, en revanche, que le moteur soit aussi agréable en matière de sonorité et de vibrations.

Guillaume Darding à propos de l'article «Emissions de CO2 en 2030: quels objectifs pour les constructeurs?»

Hier

Bonjour pjmdur, vous avez certainement raison si on parle de véhicules d'entreprise où les premiers retours semblent montrer que les conducteurs de ces véhicules ne se donnent pas la peine de recharger les batteries de leur véhicule hybride rechargeable. Enfin, je pense que c'est plus compliqué que cela : il n'ont pas nécessairement les moyens de recharger sur leur lieu de travail et si c'est un véhicule qui est stationné à domicile, il faudrait un compteur séparé pour que ce ne soit pas le conducteur qui soit facturé du coût de la recharge (ou l'entreprise devrait prévoir une prime pour compenser cela). Si on parle d'un achat particulier, je pense que le moteur électrique sera bien plus utilisé, en revanche.

© Guillaume Darding

Mentions légales