Tata Revotron: une nouvelle famille de moteurs essence

Tata Revotron: une nouvelle famille de moteurs essence

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 22 janvier 2014

Tata a présenté un nouveau moteur essence 4 cylindres 1,2l turbocompressé à injection indirecte. Plus tard, l'offre se déclinera avec des 3 cylindres et d'autres 4 cylindres. Le 1,2l turbo Revotron équipera la future Falcon, bientôt présentée officiellement en Inde.

La famille Revotron a été développée dans l'optique de réduire le poids du moteur, réduire les frictions pour favoriser les économies d'essence et les performances. Une attention particulière a été de plus portée sur le silence de fonctionnement.

Ce nouveau moteur développe 85 chevaux à 5.000 tr/min et un couple de 140 N.m entre 1.750 tr/min et 3.500 tr/min. Les pistons ont un alésage est de 85mm pour une course de 69,5mm. Il s'agit donc d'un moteur supercarré, propice à réduire les frictions (course réduite). Chaque cylindre compte 2 soupapes.

Il est équipé d'un turbo, refroidi par eau, à faible inertie. Ce type de technologie permet de délivrer un couple important dès les plus bas régimes.

Afin de réduire les vibrations et le bruit global, le vilebrequin a été renforcé. De plus, l'admission et le collecteur d'échappement ont été dessinés de manière à réduire les bruits de combustion.

Le moteur est piloté par un accélerateur électronique (pas de câble entre la pédale d'accélérateur et le volet moteur). Cette technologie permet par ailleurs à Tata de proposer au conducteur plusieurs mode de fonctionnement avec une réponse à l'accélérateur (principe du DNA d'Alfa Romeo par exemple) pour réduire au maximum la consommation d'essence ou privilégier la puissance et le couple.

En matière d'émissions, ce moteur satisfait aux normes BS IV (équivalent Euro 4), normes actuelles d'émissions dans 13 grandes villes de l'Inde (BS III dans le reste du pays). Le 1,2l turbo est aussi capable de fonctionner avec du CNG.

Cette nouvelle famille de moteurs a été développée en partenariat avec des acteurs européens reconnus : AVL (ingéniérie), Bosch (systèmes d'injection et système de gestion électronique), Honeywell (turbos), Mahle (pistons, arbres à cames) et INA (roulements).

Comme son nom l'indique, cette nouvelle génération de moteur est une petite révolution pour le constructeur : 95% de ses revenus provient de la vente de voitures diesel. Si la part de marché de Tata atteint près de 10% pour ces dernières sur le marché indien, sa part est quasiment insignifiante sur le marché des moteurs essence (l'Inde est le deuxième marché pour les véhicules diesel après l'Europe).

Pour l'anedocte, le nom Revotron provient donc de la contraction du nom révolution et d'un mot d'ancien français (utilisé entre le 11ème et 16ème siècle), un tronel (balance utilisée essentiellement pour peser les matières textiles).

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Karim78 à propos de l'article «Dossier: fonctionnement de la climatisation»

Il y a 9 heures

Je prend note de vos précieux conseils. Cela semble logique après tout mais je vérifierai avec un 2ème mécano sait-on jamais. Merci encore Guillaume !

thierryb à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Merci, c'est très clair

Guillaume Darding à propos de l'article «Autonomie et consommation des véhicules électriques»

Hier

Bonjour Thierry, merci beaucoup pour tes encouragements ! Concernant la vitesse de 100 km/h, il n'y a pas de raison d'être pénalisé à rouler plus vite puisque la consommation n'est pas décompté pendant cette phase. Peut-être y-t-il un risque (je pense assez peu signifiant) d'être pénalisé si on considère que la marge d'erreur des appareils de mesure est plus grande à haute vitesse. Cette phase a vitesse constante a pour but unique d'accelérer le test de toute façon. Mis à part à avoir accès au dossier d'homologation, il n'est pas possible de connaître la vitesse utilisée par le constructeur. Concernant la consommation, la tension et l'intensité de la batterie sont mesurées en continu lors des tests (soit par un appareil de mesure externe, soit directement par le système de gestion de la batterie, si le constructeur démontre qu'il est suffisamment précis). Par la suite, il suffit de relever la tension et l'intensité moyenne durant les segments dynamiques pour en déduire la consommation. Concernant la puissance de charge, elle n'est pas clairement définie à ma connaissance, mais la charge doit utiliser le chargeur embarqué du véhicule (convertissant le courant alternatif de la source en courant continu) et se faire à vitesse "normale" (logiquement avec une intensité de 16A, soit l'équivalent d'une puissance de 3,7 kW). Concernant la fin du test, il s'arrête lorsque le véhicule tombe en panne (et non aux 0% réels de la batterie, sinon, il y a de grandes chances qu'elle soit endommagée dans le processus). Les tests se font systématiquement en laboratoire : il n'y a donc pas d'incidence due aux variations des conditions météorologiques. En espérant avoir répondu à l'ensemble de tes questions !

© Guillaume Darding

Mentions légales