Tesla débauche le directeur communication de Renault-Nissan

Tesla débauche le directeur communication de Renault-Nissan

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 17 mars 2014

La start-up californienne vient de recruter Simon Sproule, actuellement vice-président en charge de la communication et du marketing pour l’Alliance Renault-Nissan, une recrue à même de faire passer Tesla du statut de débutante à celui d’un constructeur mondial.

Simon Sproule bénéficie d’une expérience de plus de 20 ans dans l’industrie automobile. Il a travaillé notamment pour Ford à partir de 1992 en Angleterre avant de déménager vers Dearborn (Michigan) où se situe le siège de Ford aux Etats-Unis jusqu’en 2000. Il évolue ensuite dans le groupe pour prendre la direction de la communication de Jaguar, Land Rover et Aston Martin jusqu’en 2003.

A cette date, il rejoint la division américaine de Nissan au même poste avant de rejoindre le siège de Nissan au Japon quelques mois plus tard pour s’occuper de la communication au niveau mondial. Après une brève incursion chez Microsoft en 2009, il revient au sein de l’Alliance Renault-Nissan où il prend en charge la communication du groupe ainsi que la direction des opérations de marketing et de communication pour Nissan au niveau mondial.

Récemment, l’homme a activement oeuvré dans l’opération de la Nissan GT-R acquise par Usain Bolt. Il avait par ailleurs réagi violemment aux critiques adressées par Fiat à l’encontre de la Nissan Leaf.

Après Carlos Tavarès, Simon Sproule représente un deuxième départ important dans l’organigramme de l’Alliance en quelques mois seulement. Pour Tesla, le Britannique est une recrue de choix et devrait lui permettre d’évoluer dans une autre dimension. Depuis le succès de la commercialisation de la Tesla S, la notoriété de Tesla est devenue mondiale et la marque commence à être reconnue auprès du grand public.

Face à une croissance rapide des ventes, des projets d’expansion en Chine et les projets de nouveaux modèles, il était devenu indispensable à la marque de se structurer pour faire face à la demande. Simon Sproule, fort de ses 20 ans d’expérience dans l’industrie automobile, est appelé à devenir un des piliers de la société.

Source : Automotive News
Crédit photo : Infiniti

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 1 heure

Bonjour à tous, @Purmok oui, c'est possible en théorie de monter un boîtier éthanol sur un véhicule bicarburation essence/GPL. D'ailleurs, un fabricant de boîtier le fait des véhicules (quasi-)neufs : Borel. A titre personnel, je ne suis pas favorable à ce type de configuration car cela à un coût qu'il va être difficile d'amortir (le véhicule fonctionnant déjà au GPL, cela ne sera pas beaucoup plus économique de rouler avec l'E85, d'où un amortissement bien plus long que si on compare par rapport à un véhicule essence). D'autre part, si on roule régulièrement au GPL, on utilisera moins le carburant contenu dans le réservoir d'essence et, dans un cas extrême, on pourrait se retrouver en plein hiver avec de l'E85 en spécification été, ce qui peut compliquer le démarrage du véhicule dans ces conditions. @Medhi Il n'y a pas vraiment de risque de fiabilité. Le plus gros risque, c'est que, si vous avez affaire à un boîtier de mauvaise qualité, le fonctionnement avec de l'E85 pourrait ne pas être optimal (démarrages difficiles, broutages lors des accélérations). Concernant le contrôle technique, il est recommandé, lorsque la carte grise n'est pas modifiée, de passer le contrôle avec un plein d'essence. Parfois, les valeurs de sonde lambda peuvent être faussées, ce qui peut amener à un refus.

Mehdi à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Il y a 1 heure

Bonsoir. Je m'apprête à faire l'acquisition d'un véhicule d'occasion avec un boîtier éthanol non homologué. C'est une très bonne affaire, mais quel est le risque? Je m'explique : si j'enlève l'étiquette du boîtier (qui vaut 440 euros vérifié sur internet), aucune raison d'être embêté au contrôle technique? Ou faudra-t-il que je fasse un plein de sp98 avant le passage pour le contrôle pollution. C'est un Freelander V6 2.5L. Je ne sais pas quel est le risque et si je serais embêté plus tard. Je me dis qu'au pire je pourrais payer l'installation d'un kit dans 2 ans ou l'enlever pour le prochain CT. Merci d'avance pour vos conseils.

Djabou à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Hier

Bonjour, Merci pour cet article très complet. Après presque 2 ans, qu'en est-il de la fiabilité de ce tsi 150 evo ? Merci

© Guillaume Darding

Mentions légales