Toyota: un accord avec Air Liquide pour la fourniture d’hydrogène

Toyota: un accord avec Air Liquide pour la fourniture d’hydrogène

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 29 octobre 2013

Si Toyota s’est montré réticent aux véhicules électriques à batteries, le constructeur japonais a largement manifesté son intérêt pour la pile à combustible (PAC) en remplacement des batteries. A cet effet, Toyota vient de signer un accord avec Air Liquide pour l’approvisionnement en hydrogène des véhicules à PAC.

Ce partenariat se traduit sous la forme d’une joint-venture détenue par Toyota Tsusho (filiale de Toyota spécialisée dans l’achat de matières premières et de composants pour le groupe) à hauteur de 51% et Air Liquide Japon à raison de 49%. La co-entreprise dispose d’un capital de départ de 3,7 millions d’euros et son siège social est implanté à Nagoya, dans les locaux de Toyota Tsusho.

Toyota pile à combustible - moteur électrique

Le partenariat entre les deux entreprises a pour but de créer une infrastructure de distribution d’hydrogène à travers le Japon dans les prochaines années. Dans ce but, la co-entreprise construira dès 2014 deux stations ouvertes au grand public dans la région d’Aichi : la première sera établie à Nagoya, la seconde à Fukada.

En 2015, l’entreprise devrait disposer de pas moins de 100 stations de distributions d’hydrogène réparties dans 4 grandes villes du pays (Tokyo, Nagoya, Osaka et Fukuoka) ainsi que le long des autoroutes reliant ces métropoles.

L’hydrogène est un carburant prometteur pour alimenter les véhicules électriques dans un futur proche. Il peut être produit à partir de gaz naturel, mais surtout à partir d’énergies renouvelables. Utilisé dans une pile à combustible, un tel dispositif ne rejette que de l’eau pour produire de l’électricité.

Air Liquide dispose déjà de 60 stations d’hydrogène à travers le monde. L’entreprise maîtrise l’ensemble de la chaîne: de la production à la distribution d’hydrogène.

Air Liquide - station de distribution d'hydrogène

De son côté, si Toyota s’est montré réservé au développement des véhicules électriques à batteries face aux producteurs européens d’électricité, le constructeur japonais n’a jamais caché son intérêt pour les véhicules fonctionnant à l’aide d’une pile à combustible. Le Japonais prévoit d’ailleurs de proposer dans sa gamme en 2015 un véhicule carburant à l’hydrogène pour un prix avoisinant les 40.000€.

Toyota devrait présenter un prototype utilisant cette technologie au prochain salon de Tokyo (fin novembre).

Source: Air Liquide, Toyota Tsusho
Crédit image: Toyota, Air Liquide

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Pascal29 à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Il y a 3 minutes

... Et qui coutent entre 50000 et 150000 €, à la portée de n'importe quel péquin en somme !

JulienH à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonsoir, c'est justement à cela que je pensais avec le coffre de toit, en plus du poids des bagages, si je prend un trajet que je fais plusieurs fois par an, Lyon -> Lans en Vercors par exemple, je vais avoir de l’autoroute. De plus la température en altitude l'hiver ne doit pas aidé... Ça confirme ce que je pense des voitures du style e-208, en fait si on veut investir dans l’électrique il faut partir sur de "vrai" modèles optimisé :-)

Guillaume Darding à propos de l'article «Véhicules électriques et longs trajets»

Hier

Bonjour à tous et merci pour vos encouragements ! @JulienH Le coffre de toit (en dehors de son poids) ne va pas changer grand chose dans la consommation globale sur une route de montagne, c'est surtout au-dessus de 90 km/h qu'il devient franchement pénalisant. Par contre, il est certain que la consommation, pour accéder aux stations, va s'envoler. Il est donc important d'avoir des stations de charge rapide en vallée et des points de charge lent à l'arrivée. Il est tout à fait envisageable d'avoir un VE en véhicule principal (et même en unique véhicule) : je pense que c'est désormais le cas dans un certain nombre de foyer qui ont opté pour un véhicule électrique. Les longs trajets demandent certes un peu plus de préparation pour programmer les arrêts, mais c'est largement faisable. Par contre, dans le cas de l'e-208 que vous évoquez, j'aurais du mal à la conseiller pour faire des longs trajets entre un consommation pas optimale et la batterie de taille modeste ! @Purmoka Effectivement, il faut que le réseau soit bien dimensionné pour éviter les files d'attente lors des fortes affluences. Aujourd'hui, c'est plutôt le cas (il y a eu quelques cas où les conduteurs ont dû patienter une vingtaine de minutes cet été avant de pouvoir commencer à recharger en France), mais il faut absolument que le réseau de charge rapide continue de grandir à la même cadence que les ventes de VE. D'autre part, il est aussi important de savoir la fréquentation des bornes (si toutes sont occupées et si oui, quel est le temps d'attente) afin d'éviter certaines déconvenues.

© Guillaume Darding

Mentions légales