Mercedes se réorganise aux USA

Mercedes se réorganise aux USA

Guillaume Darding - 28 janvier 2015

En pleine expansion sur le marché des SUV, le constructeur allemand réorganise l'usine de Tuscaloosa en délocalisant la production de la Classe R. Si cette dernière a déserté depuis près de deux ans les concessions européennes et américaines, elle continue d'être fabriquée aux Etats-Unis à destination du marché chinois.

Installée depuis 2005 au sein de l'usine américaine de Tuscaloosa (Alabama), la chaîne d'assemblage de la Classe R sera transférée à 1.000 km au nord de là, dans l'usine d'AM General située à South Bend (Indiana). AM General est connu pour avoir conçu et fabriqué pour l'armée américaine un véhicule de transport polyvalent (Humvee). Ce même véhicule aura connu plus tard une descendance civile avec les encombrants Hummer.

Alors que la Classe R était supposée terminer sa carrière en 2015, cette dernière sera finalement prolongée de quelques années. La Classe R n'est guère plus vendue qu'en Chine où le constructeur allemand en vend environ 10.000 exemplaires par an.

La sous-traitance de la fabrication de véhicules complets est monnaie courante dans l'industrie automobile. Mercedes a d'ailleurs des engagements avec Valmet Automotive (Finlande) pour la fabrication de la Classe A ou Magna Steyr (Autriche) pour assembler la classe G. Ce procédé permet aux constructeurs de ne pas s'encombrer avec des lignes de production dont la cadence est faible par rapport aux autres chaînes d'assemblage.

Libérée de cette ligne de production, l'usine de Tuscaloosa tournera à plein régime en 2015 avec les débuts du nouveau GLE coupé, dont les attentes en matière de production sont autrement plus élevées que la production de la Classe R.

En 2013, 185.000 véhicules ont été produits dans l'usine américaine. Pour 2015, ce ne sont pas moins de 300.000 véhicules qui devraient sortir des chaînes d'assemblage. Cette rapide progression de l'usine, historiquement dédiée à la fabrication des grands SUV de la marque (Classe M et GL), a été possible avec le début de la fabrication de la Classe C depuis juin dernier (après l'Afrique du Sud). D'autre part, les ventes de SUV devraient rester à un haut niveau en 2015 avec le restylage des Classe M (bientôt renommé GLE) et GL (qui devient GLS). Enfin, la production du nouveau GLE coupé y débutera prochainement.

Commentaires sur l'article:

xav3294

20 octobre 2018 à 20h58

pourquoi notre ami Trump se plaint-il alors ? par contre Valtra ( Valmet avant ) a été racheté pour 800 millions d'euros par l'américain Agco tout comme MF et Fendt et les tarcteurs et moisonneuses de fortes puissances viennent des USA ( JD et CNH )
Guillaume Darding [administrateur]

24 octobre 2018 à 17h47

Je pense que l'objectif de Donald Trump, certainement démagogique (mais il a suffisamment de pouvoir de nuire à l'international qu'il est pris au sérieux et craint), est d'avoir une production 100 % US et rien d'autre. On peut le deviner lorsqu'il pointe du doigt non seulement les usines au Mexique (qui sont vraisemblablement plus compétitive en matière de coûts), mais aussi celles au Canada.

Plus globalement, Donald Trump est certainement attentif au fait que la balance commerciale entre l'Europe et les Etats-Unis est largement déficitaire (l'Europe vend beaucoup plus de valeur aux Etats-Unis en comparaison que ce que les Etats-Unis vendent à l'Europe).

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
pjmdur à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

@ Alain: J'ai indiqué que de mon expérience sur la version récente du Peugeot Puretech 130, que ce moteur était compatible avec des pourcentages plus élevés d'éthanol. Il marche sans aucun problème avec du E50(test long terme). C'est juste une supposition, mais je crois que des constructeurs assurent déjà la compatibilité avec de futurs carburants contenant un pourcentage plus élevé d'éthanol. Dispo pour quant, je sais pas? Mais on trouve des articles sur la production française qui en parlent...

Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Bonjour Alain, pour le moment, être compatible à l'E25 ne veut pas dire grand chose car l'E25 n'a pas d'existence légale (aucune norme ne s'applique à cet hypothétique carburant : chaque carburant est défini par des caractéristiques telles que la masse volumique, pression de vapeur, volatilité, etc.). Voilà pour la théorie. Pour la pratique, cela signifie tout de même que si vous vous "amusez" à mettre 80% de SP95-E10 et 20% d'E85 (en été), vous aurez un équivalent d'E25 et vous ne devriez pas avoir de souci (voyant moteur allumé ou démarrage à froid difficile). Je ne suis malheureusement pas en mesure de vous répondre concernant les caractéristiques de votre moteur.

Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Bonjour pjmdur, le dispositif de conversion est effectivement testé sur un nombre limité de véhicules pour obtenir l'agrément (en fait, un véhicule par classe). Ce n'est pas beaucoup et il faut garder que ce dispositif a été mis en place pour clarifier le montage de ce type de boîtier vis-à-vis de la réglementation (et éviter les abus où certains fabricants prétendaient que leur boîtier était homologué, alors qu'il ne s'agissait que d'une homologation certifiant que le boîtier était conforme aux exigeances en matière d'ondes électromagnétiques - de manière à ce que sa présence ne perturbe pas les autres composants électroniques) et faciliter l'homologation des véhicules. Il faut, en effet, garder à l'esprit qu'on parle d'un "agrément de prototype" et non d'une solution de type grande série, ce qui a ses avantages (procédure d'homologation simplifiée) et ses inconvénients (les solutions universelles ne sont pas forcément optimisées pour tous et certains peuvent même ne pas être, ou difficilement, compatibles).

© Guillaume Darding

Mentions légales