Opel exportera vers l'Australie en 2015

Opel exportera vers l'Australie en 2015

Guillaume Darding - 05 mai 2014

Depuis peu, le marché automobile australien est devenu moribond, à tel point que la plupart des constructeurs ont décidé de fermer leurs usines de production: Ford, Toyota et Holden (General Motors). Néanmoins, il n'est pas question de cesser les activités commerciales et dans ce cadre-là, Opel fabriquera désormais dans ses usines européennes des modèles destinés à l'Australie.

Si Opel a récemment retrouvé des couleurs en Europe avec une part de marché atteignant 6,7% en mars 2014 (un niveau comparable à celui de mi-2011), la part de marché du constructeur allemand n'a cessé de s'éroder ces 15 dernières années.

De fait, beaucoup d'usines ont fait face à une forte baisse de la production, conduisant à la fermeture de certaines d'entre elles (Anvers en 2011, Bochum en 2016). Toutefois, le constructeur s'est attaché ces derniers mois à augmenter la production au sein de ses autres sites européens.

Il y a tout d'abord une partie de la production de l'Opel Mokka qui débutera à Saragosse (Espagne) d'ici à la fin de l'année alors qu'il est exclusivement produit en Corée du Sud actuellement. Puis, Opel fabriquera à partir de 2016, toujours dans cette usine, le remplaçant du Meriva ainsi que son dérivé pour le groupe PSA. A cette même période, l'usine de Rüsselsheim fabriquera des Buick destinées à être commercialisées aux Etats-Unis.

Concernant l'Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande), Opel a tenté en 2012 une incursion sur ce marché. L'opération s'est révélée être un échec et Opel s'est retiré du marché fin 2013. Toutefois, Opel fabriquera à partir de 2015 des véhicules en Europe à destination de l'Australie sous la marque Holden. 

Les véhicules concernés sont des véhicules de niche. Il s'agit de la Cascada, l'Astra GTC ainsi que sa déclinaison sportive OPC et enfin l'Insignia OPC.

Holden, constructeur historique en Australie, cessera de produire ses modèles sur le sol australien d'ici 2017 (l'activité de Recherche & Développement sera par ailleurs impactée). Le fabricant devrait alors importer la majorité de sa gamme de Corée du Sud.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Peugeot 1.2l Puretech turbo»

Hier

Bonjour Damien, merci pour votre retour d'expérience et vos encouragements. En matière de consommation, elle devrait baisser progressivement jusqu'à atteindre 8 à 10.000 km. Effectivement, il serait surprenant d'arriver en dessous de 6l/100km (quoique, avec une bonne dose d'éco-conduite, il faut voir), mais 6-6,5 l/100km pour une compacte essence, c'est plutôt pas mal. Concernant le Start/Stop, la fonction est utile sur le cycle d'homologation (elle permet de gagner environ 5 grammes de CO2 / km). Dans la vie réelle, cela permet d'économiser aussi un peu d'essence (lorsque le moteur fonctionne au ralenti, il consomme entre 0,8 et 1,5 litres par heure, parfois plus dans des conditions extrêmes) et apporte un certain confort pendant l'arrêt (absence de vibrations) tout en étant parfois désagréable au redémarrage (... vibrations). Néanmoins, dans le cas d'un moteur essence, les vibrations sont parfois à peine perceptibles à bas régime.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Hier

Bonjour Laguna22, merci pour votre retour d'expérience. Dans le cas de votre précédente Laguna, la cylindrée joue en sa faveur pour proposer plus de couple et potentiellement plus de souplesse... mais je doute, en revanche, que le moteur soit aussi agréable en matière de sonorité et de vibrations.

Guillaume Darding à propos de l'article «Emissions de CO2 en 2030: quels objectifs pour les constructeurs?»

Hier

Bonjour pjmdur, vous avez certainement raison si on parle de véhicules d'entreprise où les premiers retours semblent montrer que les conducteurs de ces véhicules ne se donnent pas la peine de recharger les batteries de leur véhicule hybride rechargeable. Enfin, je pense que c'est plus compliqué que cela : il n'ont pas nécessairement les moyens de recharger sur leur lieu de travail et si c'est un véhicule qui est stationné à domicile, il faudrait un compteur séparé pour que ce ne soit pas le conducteur qui soit facturé du coût de la recharge (ou l'entreprise devrait prévoir une prime pour compenser cela). Si on parle d'un achat particulier, je pense que le moteur électrique sera bien plus utilisé, en revanche.

© Guillaume Darding

Mentions légales