Réglementation: nouvelle identification des carburants

Réglementation: nouvelle identification des carburants

Guillaume Darding - 07 décembre 2018

Depuis le 12 octobre 2018, un nouveau marquage est apparu dans les stations-service implantées en Europe pour identifier les carburants. Ce nouveau dispositif vient en complément de la signalisation existante. Il vise à procurer une information cohérente au consommateur à travers l'Europe et à faire la promotion des biocarburants.

Signalisation

Le nouvel étiquetage a été motivé par une directive européenne de 2014 (article 7 de la directive 2014/94/UE du 22 octobre 2014) relative au déploiement des infrastructures pour les carburants alternatifs. Cette directive demande que les Etats membres de l’Union Européenne procurent une information pertinente, claire et cohérente sur les véhicules (à proximité de la trappe de carburant et dans les manuels) et dans les stations-service (appareil de distribution et pistolet ravitailleur).

Pistolet de ravitaillement d'essence et de diesel avec symboles standardisés E5 et B7

A cet effet, le comité européen de normalisation (CEN) a défini un standard commun (EN 16942) afin de définir la charte graphique permettant d’identifier les différents carburants disponibles à la vente. Il s’agit d’une forme géométrique au sein de laquelle, figure un code de deux à quatre chiffres et/ou lettres. 

Ces symboles doivent être apposés à deux endroits: sur l’appareil de distribution et sur le pistolet ravitailleur. Ces étiquettes viennent en complément des systèmes d’identification actuels.

Etiquette additionnelle apposée sur les appareil de distribution des stations-service pour identifier les carburants

Sur les appareils de distribution, les symboles sont normalement complétés d’informations telles que la désignation du carburant selon les appellations propres à chaque pays ou des informations optionnelles concernant la compatibilité des véhicules avec le carburant concerné par exemple.

Essence sans plomb

L’essence est représentée par un rond au milieu duquel on trouve la lettre E (pour éthanol) et le pourcentage d’éthanol.

Il y a actuellement 3 types d’essence homologués en France :

  • E5: il s’agit d’un carburant d’indice d’octane 95 minimum et qui contient au plus 5% d’éthanol (ou équivalent ETBE)
  • E10: il s’agit d’un carburant d’indice d’octane 95 minimum et qui contient au plus 10% d’éthanol (ou équivalent ETBE)
  • E85: il s’agit du carburant dénommé superéthanol utilisable dans les véhicules à carburant modulable (flexfuel). Ce carburant contient jusqu’à 85 % d’éthanol

L’ETBE (éthyl-tertio-butyl-éther) est un carburant issu d’une réaction chimique entre d’éthanol (à près de 50 %) et d’isobutène. L’isobutène est un composant d’origine fossile: il est issu du raffinage du pétrole. En matière de réduction des émissions de CO2, le bilan de l’ETBE est significativement inférieur a celui de l’éthanol, tout en étant meilleur que celui de l’essence. En revanche, la principale qualité de l’ETBE est d’avoir des caractéristiques relativement proches de l’essence.

Exemple d'affichage sur un appareil de distribution d'une station-service au Luxembourg

L’ETBE peut être intégré à hauteur de 15 % dans les carburants E5 et jusqu’à 22 % dans le cas du SP95-E10. En règle générale, l’essence E5 et E10 contiennent à la fois de l’éthanol pur et de l’ETBE, la proportion de chacun étant optimisée de manière à ne pas dépasser la quantité autorisée de composants oxygénés (2.7 % pour l’E5, 3.7 % pour l’E10).

L'E5 peut désigner à la fois de l'essence sans-plomb avec un indice d'octane 95 ou 98.

Diesel

La représentation du diesel consiste en un carré aux bords arrondis, au centre duquel se trouve le code B7 (contenant jusqu’à 7% de biodiesel sous la forme d’EMAG).

L’EMAG (Esters Méthyliques d’Acides Gras) est une matière végétale produite à partir de graines de colza et de tournesol. Les graines récoltées sont transformées en huile. Si cette huile peut être directement incorporée au diesel, sa viscosité élevée et son indice de cétane (facilité d’auto-inflammation) faible nécessiteraient des adaptations moteur pour en assurer un bon fonctionnement.

Exemple d'affichage dans une station-service en Pologne

Aussi, l’huile de colza est mélangée avec du méthanol (transestérification) pour obtenir l’EMAG. Le méthanol est obtenu à partir de la transformation de gaz naturel (méthane). Le méthanol est généralement issu de matières premières d’origine fossile.

A moyen terme, des déclinaisons du diesel contenant une plus grande quantité de biodiesel (B10, B20, B30, B100) devraient être proposées ainsi que du diesel synthétique paraffinique (identifié par le code XTL).

Autres carburants

Les carburants issus de produits gazeux (GPL, gaz naturel / CNG, hydrogène) sont identifiés par un losange aux bords arrondis.

Enfin, si l’AdBlue n’est pas un carburant à proprement parler (bien qu'il soit accessible à l'aide d'un pistolet ravitailleur aux côtés des autres carburants, notamment pour les poids lourds), cet additif, utilisé en particulier pour réduire les émissions d’oxyde d’azote des moteurs diesel depuis les normes Euro 6, ne fait pas l’objet de signalétique standardisée.

Orifice de remplissage de diesel et d'AdBlue - Volkswagen

En conclusion

Si la nouvelle identification des carburants n'apporte pas grand chose par rapport aux désignations actuelles dans l'immédiat, cette mesure prendra tout son sens dans quelques années où il y a de fortes chances que le consommateur se retrouve face à des carburants contenant des proportions différentes de biocarburants et pour lequel il devra s'assurer que cette quantité de biocarburants est bien compatible avec son véhicule (c'est déjà le cas en partie pour l'essence).

Cette identification ne sera efficace que lorsque une majeure partie des véhicules neufs seront munis eux-aussi de cette identification au niveau de la trappe de remplissage du carburant (obligatoire depuis le premier septembre 2018). Il faut donc nécessairement plusieurs années avant que cette mesure prenne tout son sens.

Identification des principaux carburants disponibles en France en 2018

Ce laps de temps est de toute façon nécessaire que les consommateurs se familiarisent avec ces formes géométriques et leurs significations. Il faudra, par exemple, expliquer aux automobilistes que le nombre présent dans le symbole sur la trappe de leur véhicule représente la proportion maximale (et non minimale) de biocarburants pour laquelle son véhicule a été homologué.

Autrement dit, un véhicule essence qui aurait le symbole E15 sur sa trappe à carburant pourrait utiliser indifféremment les carburants E5 et E10 actuellement distribués, mais ne devrait pas utiliser un hypothétique carburant E25.

Trappe de carburant Audi TT

De plus, les gérants de stations-service doivent être mieux formés à ces nouvelles étiquettes. A en juger par la disparité des affichages dans les stations-service quelques semaines après l'application de cette mesure, la mise en oeuvre de cette signalétique, lorsqu'elle est existante, est très disparate.

Crédits photos: Audi (image d'entête / trappe à essence) / Volkswagen (AdBlue) / Guillaume Darding (stations-service)
Infographies: Guillaume Darding

Commentaires sur l'article:

18 décembre 2018 à 17h44

Merci pour l'information

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Renault 1.3l TCe / Mercedes A 200»

Hier

Bonjour Bruno, non, il y a nécessairement des différences mécaniques entre les moteurs, en tout cas entre les versions moins puissantes et les plus puissantes. On peut estimer qu'entre le 115 et le 130 chevaux, ce sont les même moteurs avec une calibration différente. Il devrait en être de même pour les variantes entre 140 et 160 ch. Je ne connais malheureusement pas les détails concernant les différentes évolutions moteurs du 1.3 TCe, cela reste donc des suppositions.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Audi 2.0l TFSI»

Hier

Bonjour r16 ts, merci beaucoup pour vos encouragements. J'ai effectivement noté ce point et je suis en attente de confirmation pour mettre à jour l'article. A ce jour, il semble acquis que les moteurs de génération 3 ont effectivement perdu l'injection indirecte avec le passage au normes Euro 6c / Euro 6d temp, tandis que les moteurs Gen 3b ont bien conservé l'injection indirecte. De fait, les moteurs Gen 3b ont été conçus dès le départ dans une optique de fonctionnement sur le cycle Miller à charge partielle, ce qui implique notamment l'AVS qui est passé sur l'admission et un taux de compression plus élevé. Il faut comprendre que les moteurs Gen 3b sont conçus dans une optique de rendement maximal et ne sont pas appelés à remplacer les Gen 3 (qui permettent d'aller chercher des puissances plus élevées pour les modèles sportifs grâce, en particulier, à un taux de compression plus faible) et supprimer l'injection indirecte des gen 3b ne ferait pas vraiment de sens.

Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: les différents types de boîtes de vitesses»

Hier

Bonjour pjmdur, il y a effectivement des craintes sur une éventuelle conductivité de l'huile qui pourrait transmettre une partie de l'énergie électrique au niveau du carter et les composants alentours jusqu'à la carrosserie. Toutefois, le risque semble très faible. D'autre part, si l'huile n'est pas du tout conductrice, cela pourrait aussi être néfaste car il y a un risque de générer un arc électrostatique, ce qui pourrait dégrader significativement les qualités de l'huile. Il faut donc un juste compromis, tout en sachant qu'il y a un nombre certains de constructeurs qui ont estimés après test, qu'une huile spécifique n'était pas indispensable. D'autres sont effectivement partis sur une huile spécialement développée pour les transmissions hybrides telles que celle que vous évoquez. Concernant les adaptations, il m'est compliqué de vous donner plus de précisions : le monde des huiles et additifs reste un secteur bien opaque ...

© Guillaume Darding

Mentions légales