Volvo expérimente des aimants noyés dans la route

Volvo expérimente des aimants noyés dans la route

Par Guillaume Darding pour www.leblogauto.com - 19 mars 2014

Dans le cadre du développement et de l’optimisation des véhicules à conduite autonome, le constructeur suédois a étudié la possibilité de localiser plus précisement le positionnement des véhicules sur la chaussée en implantant des aimants dans les infrasctructures existantes.

Volvo a expérimenté sur un tronçon de 100 mètres, construit au sein de son centre d’essais d’Hällered (environ 60km à l’est de Göteborg), une route parsemée d’aimants. Ces aimants, se présentant sous la forme de cylindres de 40mm de diamètre et hauts de 15mm, ont été implantés à une profondeur de 20 cm sous la route (Volvo ne précise combien d’aimants ont été nécessaires pour équiper la portion de route).

D’autre part, la voiture de test a été équipée de plusieurs capteurs de champs magnétique. Le but de ce projet était d’évaluer la précision du positionnement du véhicule, la fiabilité du système, le coût et l’incidence sur l’entretien des routes.

Selon le constructeur, la technologie de positionnement du véhicule par les champs magnétiques offre une précision de l’ordre de 10 cm contre plusieurs mètres dans le cas du GPS. Si le concept des aimants n’entend pas forcément se substituer aux technologies existantes (GPS, radars, caméras), il permet de pallier à leurs faiblesses (imprécisions de positionnement, passage dans un tunnel, obscurité,…).

Un tel système permettrait par ailleurs de guider les véhicules lorsqu’un accident vient de se produire sur la chaussée en déviant les véhicules suivants vers une portion de la chaussée non obstruée. Le constructeur envisage aussi à terme la possibilité de réduire la largeur des voies pour réduire la place et les contraintes inhérentes à la construction d’une route.

D’après Volvo, ce système resterait bon marché par rapport aux infrastructures actuelles. Toutefois, malgré le côté prometteur de cette technologie pour améliorer la conduite autonome, noyer des aimants dans la route semble être une initiative destinée à équiper spécifiquement les autoroutes et axes rapides, à moyen terme tout du moins. Les expérimentations devront d’ici là se poursuivre sur des segments de routes infiniment plus longs que les 100 mètres de route sur lesquels le projet a été mené.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Il y a 3 jours

Bonjour Giacomo et merci beaucoup pour tous vos encouragements ! Concernant le choix de la boîte, c'est essentiellement une question de confort de conduite, la différence en matière de consommation étant ténue. La boîte à double embrayage est agréable, on ne sent pas beaucoup (voire pas du tout) les changements de vitesse. Petit détail : en combinaison avec le régulateur adaptatif et la DSG, le régulateur peut gérer la vitesse du véhicule jsqu'à l'arrêt et repartir (presque automatiquement : il suffit d'une pression sur la pédale d'accélération). Dans le cas de la boîte manuelle, le régulateur se désactive en-dessous de 30 km/h. La DSG DQ200 n'a pas une très bonne réputation, mais il me semble que les choses se sont amélioriées depuis 2 ans. Pour le rodage, je préconise (mais sans élément factuel, plus par habitude et bon sens), de rouler les 2.000 premiers kilomètres en conduite souple (pas de régime haut, pas de forte charge). Il faut aussi rôder les freins et les pneus sur les premières centaines de kilomètres. Personnellement, avec le nombre d'équipements électroniques (écran central, virtual cockpit, feux LED, assistance de conduite, etc.), il est préférable de prolonger la garantie. Attention toujours aux restrictions kilométriques, généralement de l'ordre de 80.000/100.000 km (vu votre kilométrage annuel, ce ne devrait pas être un souci). On ne voit désormais plus grand chose sous le capot (capitonnage moteur), ni sous le moteur (carénage). Il faudra toujours porter une attention particulière au niveau d'huile et éviter dans la mesure du possible, d'attendre l'allumage du voyant moteur, avant de refaire l'appoint d'huile. Lorsqu'il neige, bien penser à dégager le logo à l'avant (présence du radar commandant le régulateur de vitesse et le freinage d'urgence en cas d'inattention) ainsi que les capteurs pour le stationnement. Concernant le SP95-E10, je n'ai pas de contre-indication à son sujet (non plus avec le FAP). Les effets du SP98 sont assez aléatoires d'un moteur à l'autre. Si vous voulez, vous pouvez effectivement faire les premiers pleins avec du SP98-E5. Ensuite, si vous repassez au SP95-E10 et que vous constatez un changement de sonorité, c'est que le SP98 a un effet bénéfique sur votre moteur. Au cours des 5.000 premiers kilomètres, il est inutile d'essayer de comparer la consommation avec un carburant ou l'autre car elle est susceptible d'évoluer (normalement à la baisse).

Giacomo à propos de l'article «Présentation moteur: Volkswagen 1.5l TSI»

Il y a 3 jours

Bonjour Guillaume, article tout simplement exceptionnel. Ingé méca de formation, bien que ne faisant plus de méca depuis longtemps, votre article a été tout simplement agréable à lire et efficace dans la présentation. Un grand bravo ! Et un grand merci également à la richesse des commentaires, très éclairants. Je dois me séparer de ma Touran 2.0 TDI de 2004 (moteur AZV 136cv) qui n'a plus la fiabilité nécessaire avec ses 280 000km et une boite vieillissante. Faisant 10 max 15 000 km essentiellement routier ou autoroutier par an désormais, je m'oriente vers l'achat l'essence, une Touran III 1.5 TSI 150cv. Le dilemme reste le choix de la boite, BVM6 ou le DSG7 (HQ200), je pense privilégier le second. Compte tenu du profil couple (flat à 250Nm jusqu'à 3500t/min ) et puissance, que pensez vous de son mariage avec la DSG7 en terme de consommation, de fiabilité de la chaine cinématique en particulier l'embrayage et d'agrément de conduite ? Un conseil particulier pour le rodage sur ce moteur ? durée, profil de conduite ? J'ai noté que le SP95-E10 peut s'avérer suffisant si conduite style éco, l’œil sur la conso instantanée. Même dès les premiers pleins en rodage ? pas de contre-indication avec le FAP? Est-ce que le SP95-E10 (vs le SP98) impacte le couple et par là potentiellement l'embrayage à forte charge ? Prolonger la garantie constructeur d'une , deux ou trois ans, pensez vous que cela fasse sens ? Pour conclure, dans le cadre d'un contrôle visuel de l'ensemble moteur, que conseilleriez-vous de regarder régulièrement sous le capot et sous le moteur pour éviter des dérives et.... faire autant avec cette nouvelle touran qu'avec mon ancienne ? Merci d'avance, Giacomo

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur : Alpine A110 et Megane R.S.»

Il y a 7 jours

Bonjour cyril5R et merci pour vos encouragements ! Je n'ai pas la nature exacte des changements, mais par expérience, je peux affirmer que : - concernant les pistons et les soupapes d'échappement, il s'agit certainement d'un changement matière (matériau plus résistant aux hautes températures et/ou vibrations - concernant le volant moteur, il est certainement recalibré (masses, raideur des ressorts) - pour la pompe à huile, elle a certainement une plus grande capacité

© Guillaume Darding

Mentions légales