La future Audi A1 probablement construite en Espagne

La future Audi A1 probablement construite en Espagne

Guillaume Darding - 18 mai 2015

Alors que les accords salariaux arrivent à échéance fin 2016 (garantissant le maintien de 2.200 emplois et la production exclusive de l'A1 au prix d'une plus grande flexibilité et d'une meilleure productivité), l'avenir de l'usine belge est en question. Si la fermeture du site n'est pas à l'ordre du jour, l'usine pourrait connaître des changements assez profonds.

La carrière de la première génération d'A1 se terminera à l'horizon 2017-2018. La production de la deuxième génération sera probablement transférée en Espagne (usine Seat Martorell, située à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Barcelone) aux côtés de la Seat Ibiza. L'usine fabrique actuellement, pour Audi, le Q3.

Production Audi Q3 - usine Seat Martorell

Au lendemain de la crise qui a touché l'Europe en général et le secteur automobile en particulier, l'Espagne a entrepris de nombreuses réformes pour augmenter son attractivité et ces efforts semblent porter leurs fruits: Opel y produit son SUV Mokka pour suppléer l'usine coréenne, Nissan y fabrique sa nouvelle berline Pulsar, Renault y assemblera prochainement son nouveau SUV Kadjar, etc.

Si rien n'est encore figé, deux scénarios se profilent à l'heure actuelle: 

  • la production de l'A1 et des ses dérivées pourraient rester en Belgique
  • un échange de sites de production: l'A1 serait transférée en Espagne, aux côtés de l'Ibiza, tandis que la production du Q3 se ferait en Belgique

Le Q3 étant produit à moins d'exemplaires (environ 75.000 par an contre près de 100.000 A1 par an), l'usine belge pourrait accueillir un deuxième modèle (un véhicule électrique est régulièrement évoqué). A moins d'un volume des ventes bien plus important qu'espéré, il est sûr que ce deuxième modèle ne sera pas le nouveau Q1: la production de ce modèle est déjà affectée au site principal d'Ingolstadt dès 2016.

Audi A1 - vue de dos

Selon toute vraisemblance, l'avenir de l'usine de Forest n'est pas menacé: Audi a beaucoup investi dans la modernisation de son outil et l'usine est réputée pour être une des plus productives depuis la restructuration de 2006 et une des plus rigoureuses en matière de qualité.

D'ailleurs, outre les négociations syndicales, ce dernier point a certainement été un atout majeur en 2006 alors que Volkswagen avait décidé de la fin de la production de la Golf (de cinquième génération) en Belgique lorsque le modèle arriverait en fin de carrière.

Volkswagen Golf 5 - vue de face

Après un plan de licenciements massifs qui a vu l'usine passer de plus de 5.000 ouvriers à moins de 2.500 (sans compter les conséquences sur les équipementiers basés à proximité du site de production), l'usine était quasiment vouée à la fermeture définitive avant qu'Audi ne décide d'utiliser le site pour y produire sa future citadine dès 2010.

L'histoire de l'usine de Bruxelles a débuté en 1949 avec la fabrication de voitures américaines Studebaker. Elle a été construite sous la houlette de Pierre d'Ieteren, alors importateur de plusieurs marques américaines et de Volkswagen. En 1954, l'usine belge commence la production de la Coccinelle aux côtés des Studebaker.

Production Audi A1 - Usine de Bruxelles / Forest

En 1970, l'usine devient propriété de Volkswagen. L'usine bruxelloise aura produit toutes les générations de Golf jusqu'à la Golf V ainsi que certaines générations de Passat (dont la première génération en 1975), la Lupo puis les Seat Leon et Toledo (fin des années 90). L'usine a aussi fabriqué quelques A3 avant de débuter la production de l'A1 (3 et 5 portes), exclusivement produite dans l'usine de Bruxelles à raison de plus de 115.000 exemplaires en 2014.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Technique: suspensions à butées hydrauliques progressives Citroën»

Hier

Bonjour Jean-Michel, même si c'était possible, je ne le recommande pas du tout car il faut voir la suspension dans sa globalité (ressort, barre anti-roulis, etc) et changer un organe de la suspension va nécessairement impacter le comportement global de votre véhicule... peut-être en mieux sur certains aspects, mais peut-être en moins bien sur d'autres!

Guillaume Darding à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Hier

Bonjour Vincent, la désactivation des cylindres peut être un frein pour certains fabricants et cela peut se comprendre pour plusieurs raisons. En premier lieu, les démarrages moteurs. C'est une inquiétude si on ne connait pas bien le système car le moteur démarre toujours sur 4 cylindres. En deuxième lieu, le boitier pourrait interférer avec la stratégie du calculateur, ce qui pourrait empêcher de rencontrer les conditions pour passer en mode 2 cylindres, en particulier lors de l'utilisation avec l'E85: à voir... Enfin, car les propriétés de combustion sont un peu différentes entre l'E85 et l'essence, la transition entre le fonctionnement sur 4 cylindres vers un fonctionnement sur 2 cylindres (et vice-versa) pourrait être ressentie par le conducteur. A ma connaissance, certaines personnes ont fait des adaptations à l'E85 avec un moteur similaire au votre en passant par une reprogrammation, mais je ne sais pas si d'autres personnes ont converti le 1.4 tfsi COD (désactivation des cylindres) avec un dispositif de conversion externe.

Jean-Michel GRISON à propos de l'article «Technique: suspensions à butées hydrauliques progressives Citroën»

Avant-hier

Bonjour peut-on équiper une DS5 avec les amortisseurs à double butée du C5 aircross ?

© Guillaume Darding

Mentions légales