Renault Scenic: la famille au second plan

Renault Scenic: la famille au second plan

Guillaume Darding - 21 juillet 2017

Renault a fait des choix forts lors du renouvellement du Scenic pour que son monospace compact reste compétitif face à l'offensive des SUV. En misant principalement sur le style, exacerbé par des jantes de vingt pouces, les concepteurs du Scenic de quatrième génération ont opté pour des solutions discutables tant elles rognent des principes élémentaires propres à un véhicule familial.

Le compromis le plus flagrant sur le nouveau Scenic concerne les sièges arrière puisque ces derniers ne sont plus indépendants. Il s’agit désormais d’une classique banquette 2/3-1/3. Toutefois, cette dernière reste coulissante en deux parties. Cette caractéristique permet de conserver un minimum de modularité. Elle reste contraignante car elle empêche d’avancer, par exemple, le siège central afin de faciliter l’installation de 3 sièges enfants.

Renault Scenic - banquette arrière

D’ailleurs, c’est à ce sujet que ce situe le principal grief qui puisse être adressé à l’encontre du Scénic de quatrième génération: sur la base du manuel d’utilisation, il est tout simplement proscrit d’installer un siège enfant sur la place centrale, même un simple réhausseur.

Renault Scenic - placement des sièges enfant

En ce sens, Renault a suivi l’exemple imprimé par Opel avec le Zafira Tourer et BMW avec la Série 2 Active Tourer. La plupart des autres véhicules familiaux (BMW Série 2 Gran Tourer, Citroën C4 Picasso, Ford C-Max, Kia Carens, Peugeot 5008, Volkswagen Touran) autorisent l’utilisation d’un siège enfant en position centrale. Mieux, dans le cas du 5008 et du Touran, les deux véhicules sont pourvus de trois sièges équipés d’ancrages isofix en rang 2 (et deux ancrages Isofix supplémentaires en rang 3 pour le Touran).

De facto, une famille composée de 3 enfants de moins de 12 ans ne peut pas considérer acquérir un (Grand) Scénic : un comble pour un monospace et une vraie régression par rapport à l’ancienne génération du Scénic qui comportait des points d’ancrage Isofix sur chacun des sièges de la deuxième rangée de sièges.

Ce positionnement est très surprenant alors que, dans le cas de la Clio et de la Mégane, le placement d’un siège enfant sur la place centrale y est autorisé. Il s'agit d'ailleurs d'une règle générale: dans un véhicule comportant 5 places, la place centrale est certes dépourvue de points d’attache Isofix, mais il n'y a pas d'interdiction pure et simple de placer un réhausseur ou un siège pour enfant de bas âge dos à la route.

Renault Megane - placement des sièges enfant

Enfin, si Renault a voulu améliorer la qualité des tablettes aviation au dos des sièges avant, ces dernières, lorsqu’elles sont repliées, s’avèrent très épaisses. Hors, c’est un problème pour l’utilisation de sièges enfant dos à la route car les tablettes sont trop encombrantes et ne permettent pas l’installation correcte de ce type de siège car le siège enfant, dans le meilleur des cas, vient en contact avec le siège (configuration proscrite par les fabricants de sièges enfant).

Dans certains cas, il n'y a tout simplement pas assez de place pour installer convenablement le siège. Pour ce qui concerne le Grand Scenic, le problème ne se pose pas car l'empattement plus long dégage plus de place entre les sièges avant et la banquette arrière.

Renault Scenic - tablettes aviation

Si le Renault (Grand) Scenic a fait beaucoup d’efforts pour permettre à son monospace de rester attrayant face à la déferlante des SUV, il n’en reste pas moins que le constructeur pêche sur des aspects fondamentaux qui définissent un monospace: l’habitabilité.

Certes, une famille avec des enfants de plus de 10 ans sera certainement comblée avec le Scenic de 4ème génération, une famille avec 2 ou 3 enfants en bas âge n’aura pas d’autre choix que de considérer un véhicule concurrent ou de songer à son grand frère, l’Espace, bien plus onéreux. C’est d’autant plus dommage de la part d’un constructeur qui a été à l’origine du monospace compact en 1996.

Les 10 derniers commentaires sur le sujet (voir les 19 commentaires):

Guillaume Darding [administrateur]

19 juillet 2019 à 09h49

Bonour GandaAlf,

vous soulevez un point intéressant auquel je n'ai pas vraiment de réponse... Peut-être qu'avec un "bon" avocat et une bonne dose de patience, il y a matière à réparer un préjudice éventuel, mais ça me semble quand même compliqué!
GandaAlf

25 juillet 2019 à 13h46

je crains que vous n'ayez raison. En tout cas le service réclamation de Renault n'est d'aucune utilité. Mise à part me proposer un coffre de toit, et mettre un enfant dans le coffre ... pas de solution de reprise de ce véhicule qui ne m'est d'aucune utilité.
La voie pénale est une solution en effet... mais je vais tenter de faire appel au médiateur avant (sait-on jamais)
Grégory Vincent

14 novembre 2019 à 11h21

Bonjour,

Je me suis fait avoir comme les autres : mal conseillé par le vendeur qui savait pourtant que j'avais trois enfants en bas-âge, me voilà obligé de demander à mon aînée de faire des acrobaties pour s'attacher sur son réhausseur, au milieu... Je suis très déçu et très embêté. Ayant pris ce véhicule en LOA, j'espère pouvoir le changer au bout d'un an et passer au 5008, au Grand C4 Spacetourer ou à l'Espace qui eux ont trois vraies places à l'arrière. En espérant que là ça passe car certes ces véhicules ont trois vraies places, mais la cote "M1" qu'on trouve sur les sites des constructeurs ne montre que quelques centimètres de plus que sur le Grand Scenic....

Cordialement,
GV
Guillaume Darding [administrateur]

14 novembre 2019 à 22h25

Bonjour Grégory,

je regrette que vous ayez été mal conseillé. Je ne suis malheureusement pas surpris et c'est d'ailleurs cette raison qui m'a poussé à rédiger cet article !

Je suis, comme vous, père de 3 enfants en bas âge et c'est effectivement un casse-tête pour les attacher avec les dispositifs adéquats. Dans la catégorie des monospaces compacts, le Citroën C4 Spacetourer, le Peugeot 5008 ainsi que le Volkswagen Touran autorisent le montage isofix sur les 3 sièges du rang 2 et permettent, par la même occasion, d'utiliser 3 sièges enfants sans souci pour boucler les ceintures (personnellement, je roulais encore récemment avec 2 sièges autos de catégorie 2/3 (enfants de 15-36 kg - réhausseur + dossier avec fixation isofix) et 1 siège de catégorie 0+/1 (dos à la route puis face à la route) isofix lui-aussi.

Quant au Renault Espace, c'est un monospace de la catégorie supérieure (tout comme le Volkswagen Sharan ou le Ford Galaxy / S-max) et je peux vous assurer que vous n'aurez absolument aucun souci avec 3 sièges enfants à l'arrière pour l'avoir expérimenté à maintes reprises !
Arno

13 février 2020 à 14h56

Bonjour,

Je vous remercie de votre articlle auquel j'ajoute une précision. Le Scenic ne fait pas le bonheur des familles dont les membres font plus de 1m80. En effet les ados aux places arrières surélévées vont se sentir à l'étroit du fait de la garde au toit réduite.

Le scenic devient une excelente voiture si vous avez des enfants entre 10 et 16 ans. En dehors il faut faire attention et prendre les précautions d'usage.

Bonne journée
Guillaume Darding [administrateur]

13 février 2020 à 23h37

Bonjour Arno, merci pour vos encouragements et votre retour d'expérience !

27 avril 2020 à 10h13

Bonjour; je découvre les difficultés du Grand Scenic quant aux 3 sièges en rang 2 .Merci pour votre site
J'ai relu attentivement en ligne le manuel Renault qui exclut un siège enfant central dès lors que l'on utilise le système isofix sur la place de gauche cela , cela condamne la place centrale .
Rien ne dit qu’en rangée 2 on ne puisse mettre 2 standarts +un isofix àdroite ou 3 sièges standarts via les ceintures ....mais peut on courir le risque d'une mauvaise interprétation ? .
Le nouvel espace (bien plus cher ) ne fait pas du tout l'usage de l'espace 4 ...Renault fait tout faux pour les familles .
Merci pour votre éclairage ....
Guillaume Darding [administrateur]

30 avril 2020 à 09h17

Bonjour Serge et merci pour vos encouragements !

J'ai consulté à nouveau le manuel en ligne de Renault pour m'assurer qu'il n'y avait pas eu de mise à jour et ce n'est pas le cas. En l'état, le manuel d'utilisation est clair : l'utilisation d'un siège enfant sur la place centrale du rang 2 est purement et simplement interdite, quelque soit l'utilisation (présence ou non d'autres sièges, isofix/i-Size ou non) des autres sièges en rang 2.
Guillaume.

15 septembre 2020 à 18h32

Bonjour à tous,

de fait, la documentation mise en ligne par le constructeur indique que la place centrale "interdit l'installation d'un siège enfant", qu'il soit fixé:
- par la ceinture https://fr.e-guide.renault.com/fra/Scenic-4/SIEGES-ENFANT-fixation-par-ceinture-de-securite
- via un système ISOFIX https://fr.e-guide.renault.com/fra/Scenic-4/SIEGES-ENFANT-fixation-par-systeme-isofix
Aberrant pour une voiture qui s'affiche familiale, mais surtout condamnable pour un constructeur qui omet ce détail à l'acheteur...
Quelles sont les conséquences exactement? risque accru pour l'enfant en place centrale? risque d'amende? risque de non prise en charge par l'assurance en cas d'accident?
Quels sont les droits de recours d'un acheteur qui réalise qu'il a été trompé par le vendeur?
Guillaume Darding [administrateur]

17 septembre 2020 à 22h02

Bonjour Guillaume,

je ne peux pas me positionner sur les éventuelles conséquences car les données manquent cruellement à ce sujet. Par exemple, l'Euro NCAP teste tout un arsenal de dispositifs de sécurité en incluant les aides électroniques qui pourraient contribuer à éviter un accident. Et pourtant, la sécurité des occupants de la place centrale arrière n'est pas évaluée pendant un crash test...

Il n'y a pas de risque d'amende tant que votre enfant utilise un dispositif adapté à sa morphologie.

Concernant la prise en charge des assurances, il faudrait vérifier cela avec un expert en assurances et un avocat. Personnellement, j'estime qu'un expert pourrait effectivement considérer qu'il y a eu faute de l'assuré.

Commentaire:

Nom d'utilisateur :

Adresse mail (non visible) :

Site internet (optionnel) :

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault ?

Réseaux sociaux
Commentaires
Guillaume Darding à propos de l'article «Normes Euro 6 : vue d'ensemble»

Il y a 1 heure

Bonjour Chevallier, votre commentaire à propos de l'efficacité des systèmes SCR repose sur des données qui sont obsolètes car elles reposent sur les normes Euro 6b. Les SCR ont largement évolué depuis : plus proches du moteur et injecteurs plus performants en particulier. D'autre part, je rappelle que les SCR existent depuis de nombreuses années sur les poids lourds, donc les constructeurs n'ont pas attendus de les implanter dans les lignes d'échappement des automobiles pour découvrir subitement des problèmes de températures, "niant" tous les problèmes comme vous l'affirmez ! Concernant Amminex, si la technologie est prometteuse, elle est identique, dans son concept à de l'Adblue !!! Le SCR consiste à faire réagir du NH3 avec le NOx. La différence dans le cas d'Amminex (ou Faurecia ASDS, c'est selon), c'est que le NH3 est stocké directement à l'état gazeux tandis que dans le cas de l'Adblue, il faut convertir le liquide en gaz puis l'urée en NH3. Soit, mais le NH3 gazeux, il faut le stocker, ne pas le relâcher dans la nature (c'est un gaz toxique) et contrôler le débit dans les gaz d'échappement. Donc, la solution Amminex a aussi ses défauts, mais surtout, comment concevez-vous le changement de cartouche une fois celle-ci vide ? D'ailleurs, il faut un minimum de 2 cartouches (le temps de pouvoir changer la cartouche vide, la réduction des NOx doit impérativement être opérationnelle - donc question encombrement, c'est franchement discutable) et il y a un grand risque d'avoir un nombre incalculable de références de cartouche. Et qui va les changer ? Pensez-vous que tous les constructeurs vont s'entendre sur une seule référence de cartouche ? La manipulation de cartouche NH3 ne peut pas être faite pas n'importe qui (notamment, il est impensable de se retrouver avec des cartouches dans la nature). La technologie Amminex a fait ses preuves sur des flottes de bus, mais vous la survendez allègrement. En l'état, elle ne peut pas être déployée sur des véhicules particuliers : en raison de ses contraintes, probablement de son coût, mais surtout, les systèmes SCR avec AdBlue sont largement compétitifs en terme d'efficacité.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur : Mazda Skyactiv-X»

Il y a 2 heures

Bonjour David, le Skyactiv-X est effectivement équipé d'un système EGR et d'un filtre à particules (voir le paragraphe au sujet de l'échappement). Concernant la fréquence plus élevée du changement des bougies pour le Skyactiv-X, elle est surtout due à la présence de l'EGR refroidi par eau (même phénomène pour le Skyactiv-G 2.5 turbo, non commercialisé en Europe) et non au mode de combustion du moteur.

Chevallier à propos de l'article «Normes Euro 6 : vue d'ensemble»

Il y a 4 heures

Normes Euros 6, entre la poire et le fromage. ….s’agissant des moteurs diesel, dont la critique des systèmes Adblue (injection d’urée dans un catalyseur de réduction des Nox SCR) reste à faire. Les constructeurs automobiles ont mis une chape de plomb sur le manque patent d’efficience et de fiabilité des systèmes d’injection d’Adblue (solution aqueuse (32,5% d’Urée + 67, 5% d’eau distillée) qu’ils ont développés …de l’aveu même des sous-traitants comme Faurecia que le fabrique pour PSA, ne parvenant qu’à réduire seulement 32% des Nox d’un moteur diesel, violant délibérément la norme Euro 6b. Des réservoirs d’Adblue, curieusement sans évent d’arrivée air atmosphérique, ceux de 2015 de 1ère génération, des constructeurs ayant oublié leurs classiques (ce vase d’Eme Mariotte, des années 1660, qui l’avait…) avec des pompes immergées très vite défaillantes, des causes de surcharges, mal identifiées, conduisant aussi à des injecteurs obturés par une Urée assez corrosive, au même titre que la soude caustique, corrodant les aiguilles… Des définitions de composants mal calibrées eu égard à l’endurance qu’en attendaient les automobilistes diésélistes, un plancher de 160 000 Km, sans ennui… Des constructeurs qui ont sous-estimé la stabilité dans le temps de cet Adblue, niant sa décomposition avec la température entre 30-41°C, niant l’évaporation de l’eau de la solution, liée à l’agitation du roulage, faisant croitre dans le temps la viscosité cinématique de cette solution (coagulation partielle des molécules d’Urée)… de même que la cristallisation de celles-ci sous température négative de -11°C, obligeant à installer un réchauffeur dans le réservoir. Des automobilistes abusés, dans la p’urée au regard de cette norme Euro-6b, en vigueur depuis septembre 2015, qui croyaient ne pas polluer l’environnement (Nox) brutalement contraints, sous OBD inquisiteur, aux remplacements forcés de leur Kit Adblue défaillant, souvent à leurs frais, remplacés par de flambants Kits réservoirs-pompes, qui, sans améliorer le petit 32% d’efficience de dépollution, sont en évolution masquée par des constructeurs voulant en améliorer l’endurance, sans se mouiller, sans en informer les propriétaires des véhicules, y ayant fait intégrer, à la hussarde, un mécanisme d’auto-nettoyage qui se manifeste par une nette émission de décibels durant 5 à 6 secondes, à chaque mise à l’arrêt du véhicule... des automobilistes cobayes, alimentant les comptes d’exploitation des Faurecia-Plastic-Omnium & consorts. …Quantité de ceux-là, échaudés, qui, s’ils avaient eu vent de cette galère, auraient reporté leurs achats sur des véhicules à essence, dès 2015. Un Diesegate à l’intérieur de l’autre… que l’on ne veut pas voir ? D’autant plus que cette technologie de l’Adblue est clairement dans l’obsolescence, depuis la prise de contrôle de la startup danoise, Amminex, à 91,5 % par l’équipementier Faurecia au mois de décembre 2016, 5 années déjà... Une startup qui a développé, dans les années 2012, une solution innovante, économique et très performante, venant à bout des 99 % d’émissions d’oxyde d’azote d’un moteur diesel, un procédé de stockage de l’ammoniac sous forme solide, par l’utilisation de sels métalliques de chlorure de Strontium, agissant comme une éponge, stockant de grande quantité d’ammoniac, sous un très faible volume, aisément utilisable à travers un classique catalyseur SCR, pour réduire ces Nox en Azote gazeux et en vapeur d’eau, des gaz inoffensifs pour l’environnement. Un système ASDS (Ammonia Storage and Delivery System), dont on attend fébrilement les Kits de remplacement pour les installer sans difficulté, en lieux et place, puisque beaucoup moins encombrant que leurs aïeux "Kits Adblue" défaillants et obsolètes, l’atmosphère des villes n’en pouvant plus d’attendre… On peut se poser la question si ces 5 années n’ont pas plutôt, chez Faurecia, servi à développer cette catalyse, sans poison, de l’Ammoniac ou l’Hydrazine pour en tirer l’Hydrogène nécessaire à la pile à combustible des futurs véhicules de tourisme, électrifiés... ? Un moyen danois pour d’abord permettre à ces automobilistes, d’amortir l’investissement de leur véhicule diesel sur plus longue période de roulage, sans interdiction d’utilisation… Donner du temps au temps pour qu’ils puissent économiquement passer à l’électrique ensuite…

© Guillaume Darding

Mentions légales