Dossier: utilisation du superéthanol E85

Dossier: utilisation du superéthanol E85

Guillaume Darding - 27 septembre 2018

Face à la hausse significative du prix de l’essence, le carburant E85, composé majoritairement d'éthanol, suscite un fort intérêt grâce à son prix au litre modéré et l’existence de solutions désormais homologuées en après-vente depuis fin 2017. De plus, l’E85 est disponible dans un nombre important de stations-service, ce qui permet réellement de le considérer comme une alternative sérieuse aux carburants sans plomb classiques.

Composition de l’E85

L’E85 est constitué d’un mélange d’éthanol et d’essence sans plomb (généralement d'indice d'octane 95). Si l’éthanol, utilisé en tant que carburant, est récent en Europe (proposé à la vente depuis 2007 en France), c’est un carburant qui a été généralisé au Brésil au lendemain de la crise pétrolière de 1973.

L’éthanol est un carburant d’origine végétale (au contraire de l’essence sans plomb d’origine fossile) produit à base de betteraves et de céréales (en Europe). Il est produit à partir de la fermentation puis la distillation du sucre extrait de ces végétaux. Au Brésil, l’éthanol est issu de la culture de la canne à sucre.

Champs de maïs - Wikimedia Commons - Stéphane Mignon (Bruxelles)

L’éthanol aurait pu être popularisé mondialement dans les années 1920. A cette époque, les constructeurs américains cherchaient à améliorer le fonctionnement de leurs moteurs, très sensibles au cliquetis. Ces derniers conclurent assez rapidement que le facteur principal de ce phénomène était la qualité de l’essence, en particulier à cause d'un faible indice d’octane.

Grâce à son indice d'octane élevé, l’éthanol fut un candiat sérieux pour améliorer les aptitudes de l'essence. Néanmoins, c’est finalement le carburant au plomb qui s’imposera jusqu’en 1985 aux Etats-Unis et jusqu’à la fin des années 1990 en Europe (lire « l’histoire secrète du plomb » écrit par Jamie Lincoln Kitman et publié en 2005 pour plus d’informations à ce sujet).

Culture de la canne à sucre / Wikimedia commons - Jonathan Wilkins

Selon les saisons, la proportion d’éthanol dans l’E85 varie :

  • En été (début mai à fin septembre) : entre 75% et 85%
  • En hiver (mi-novembre à mi-mars) : entre 65% et 75%
  • Durant l’intersaison (mi-mars à fin avril et début octobre à mi-novembre) : entre 70% et 80%

Cette proportion est fixée par arrêté ministériel (arrêté du 28 décembre 2006 relatif aux caractéristiques du superéthanol publié au Journal Officiel du 12 janvier 2007).

Le prix au litre de l’E85 est très avantageux par rapport au SP95 / SP95-E10. Pour un litre de super 95 vendu 1.50 €/L, un litre d’E85 ne coûte que 70 centimes. Cette différence significative est due au fait que le bioéthanol bénéficie d’une fiscalité allégée par rapport aux autres carburant.

Si l’E85 est plus cher à produire que de l’essence sans plomb (une quinzaine de centimes de différence par litre au bénéfice de l’essence sans plomb), il bénéficie d’une taxe sur les produits pétroliers (TICPE) beaucoup plus faible. En 2018, la TICPE atteint 11,83 centimes d’euros par litre pour l’E85 contre 68,29 centimes pour l’essence sans plomb. A cela s’ajoute la TVA à un taux de 20% qui amplifie l’écart de prix.

Que change l'E85 dans le fonctionnement du moteur?

L'E85 a des caractéristiques sensiblement différentes de l'essence sans plomb qui influent sur les paramètres de fonctionnement moteur:

Caractéristiques essence sans plomb et super sans plomb E85

Etant donné que le rapport stoechiométrique (rapport entre la masse d'air présente dans le cylindre et la quantité de carburant injectée dans le cylindre) de l'E85 (9,8) est plus faible que celui de l'essence (14,7), il est nécessaire, lorsque le moteur fonctionne avec de l'E85, d'injecter plus de carburant pour éviter que le moteur ne fonctionne en mélange pauvre. 

Le calculateur moteur analyse en continu les données transmises par les sondes lambda. Ces dernières évaluent si le moteur fonctionne en mélange pauvre (pas assez de carburant injecté par rapport à l'air admis dans le cylindre) ou en mélange riche selon la quantité d'oxygène présente dans les gaz d'échappement.

Sondes lambda - moteur Peugeot 1.2l Puretech Euro 6

En fonction de cette information, le calculateur moteur ajuste le temps d'injection (et donc la quantité de carburant injectée dans les cylindres) en conséquence pour obtenir un mélange légèrement riche, proche des conditions stoechiométriques, ce qui garantit une bonne combustion et une dépollution optimale des gaz d'échappement.

En utilisant de l’E85, le calculateur moteur va recevoir l'information des sondes lambda que le mélange air/carburant devient pauvre. Le calculateur va donc chercher à augmenter la quantité de carburant injectée en augmentant le temps d'injection.

Il est capital pour le moteur de ne pas fonctionner continuellement en mélange pauvre (excès d'air) car, dans ce cas-là, la température des gaz pourrait augmenter significativement (jusqu’à 100 °C en plus dans les cas les plus défavorables) et endommager irrémédiablement le moteur.

A l'inverse, si le conducteur remplit son réservoir de super sans plomb après un plein d'E85, il est important que le calculateur moteur réduise le temps d'injection afin de ne pas fonctionner en mélange riche (trop de carburant injecté par rapport à la quantité d'air admise). Si ce mode de fonctionnement n'est pas dommageable pour le moteur, il induit en revanche une surconsommation significative et un mauvais traitement des émissions de gaz polluants.

Considérant que le pouvoir calorifique (PCI) de l’E85 est environ 33% plus faible que celui de l’essence sans plomb, la combustion d'E85 dégage une quantité similaire d'énergie à la combustion de super sans plomb lorsque l'un et l'autre carburant fonctionnent en conditions stoechiométriques.

Exemple pour un moteur de 4 cylindres de 2.0l de cylindrée:

Comparaison énergie libérée par la combustion SP95 et E85

Enfin, la pression de vapeur saturante est plus faible dans le cas de l’E85: l’E85 est sensiblement plus difficile à vaporiser que l’essence sans plomb, ce qui peut être un problème à basse température pour le démarrage du véhicule. Il faut donc temporairement injecter plus d'E85 dans ces conditions pour s'assurer de pouvoir démarrer son véhicule dans de bonnes conditions.

Tout comme l'essence, la pression de vapeur saturante varie pour l'E85 selon la saison à laquelle le carburant est distribué. En hiver, l'augmentation de la pression permet de faciliter les démarrages à froid (le carburant est plus volatile). En été, il est nécessaire de limiter la pression de vapeur saturante afin de limiter la volatilité du carburant. Une forte volatilité entraîne la formation de composés organiques volatiles (COV), contribuant fortement à la formation du smog (brouillard) en milieu urbain sous l'effet du rayonnement solaire. 

Bilan écologique de l'E85

L’E85 est considéré comme un biocarburant (il est souvent plutôt qualifié d’agrocarburant, ceci afin d’éviter l’assimilation avec la filière agriculture biologique), c’est-à-dire un carburant à faible émissions de CO2, dans le sens où la quantité de dioxyde de carbone rejetée par le moteur correspond en partie à la quantité de CO2 absorbée par les végétaux lors de leur culture.

Betterave à sucre / Wikimedia Commons / cc Fanny Schertzer

Selon une étude relayée par l’ONG Transport et Environnement en 2016 (lire Globiom : the basis for biofuel policy post-2020), en considérant le CO2 ingéré par la culture des végétaux durant leur cycle de vie, l’éthanol pur diminue les émissions de CO2 de l’ordre de 35%. Lorsqu’on prend en compte le fait que l’éthanol est présent dans l’E85 entre 65% et 85% et la surconsommation de carburant par rapport à l’essence sans-plomb, il en résulte que l’utilisation d’E85 permet encore de réduire de plus de 20% les émissions de CO2 par rapport à l’essence sans-plomb.

Néanmoins, il n’est pas question de remplacer l’essence sans-plomb par l’E85. Les matières premières nécessaires à la production d’éthanol rentreraient alors directement en concurrence avec la production de denrées alimentaires en Europe (selon les estimations, les surfaces agricoles consacrées à la production de biocarburant représenteraient entre 1% et 5% de la surface agricole utile en France en 2017). C’est d’ailleurs une problématique à laquelle doit faire face le Brésil.

Usine de production d'éthanol / Wikimedia Commons - Marcusbcarmo

Pour éviter cela et développer la filière des agrocarburants, il est alors nécessaire de considérer les biocarburants dits de deuxième génération. Avec cette filière, l’éthanol sera produit à partir de résidus agricoles (copeaux de bois, paille, tige de maïs,…) et ne devrait plus entrer en concurrence avec l’agriculture alimentaire. Toutefois, les carburants de deuxième génération ne sont pas encore compétitifs en matière de coûts: la transformation des matières premières en sucre reste très coûteuse.

Compatibilité des véhicules

Il existe principalement quatre moyens pour pouvoir utiliser de l’E85:

  • Acquérir un véhicule neuf homologué flexfuel (autrement dénommé véhicule à carburant modulable)
  • Ajouter un dispositif de conversion (boîtier additionnel)
  • Ne pas modifier son véhicule
  • Reprogrammer le calculateur du moteur

pompe à essence superethanol E85 biodiesel B5 / pxhere

Parmi ces quatre méthodes, seules deux solutions sont homologuées:

  • Achat d’un véhicule neuf homologué pour l’utilisation de l’E85
  • Ajout d’un dispositif de conversion E85

Faible jusqu’en 2015, l’offre en matière de véhicules neufs à carburant modulable est désormais réduite à néant en France. De fait, l’homologation d’un tel véhicule est plus lourde que celle des véhicules à carburant unique: le véhicule doit être évalué avec chacun des carburants en matière d'émissions, outre le fait que le constructeur doit développer une calibration moteur spécifique pour un marché jugé, jusqu'à présent, restreint.

Ford Ka Trail Flexfuel Brésil

Dans le cas d’un dispositif de conversion, l'arrêté du 30 novembre 2017 permet une homologation d'un véhicule par l’entremise d’un agrément de prototype. Il s’agit d’un type d’agrément facilitant la mise aux normes de véhicules modifiés en après-vente.

Pour pouvoir obtenir une homologation selon cet arrêté, un véhicule doit répondre aux critères suivants:

Les véhicules hybrides sont aussi éligibles à cette homologation si leur moteur thermique répond aux critères précités.

D'autre part, le fabricant du dispositif de conversion doit garantir les points suivants:

  • Le boîtier est installé par un professionnel habilité par le fabricant du boîtier de conversion E85 (à ce sujet, le fabricant doit fournir aux autorités une procédure d’habilitation et l’habilitation doit être renouvelée au minimum tous les 3 ans)
  • Le témoin moteur du tableau de bord ne doit pas s’allumer après l'installation du boîtier
  • Les valeurs limites d’émissions de gaz polluants doivent être respectées indépendamment du carburant utilisé (à ce sujet, le fabricant du boîtier doit présenter un véhicule équipé du boîtier de conversion et réaliser plusieurs cycles NEDC auprès d’un organisme habilité tel que l’UTAC)
  • L’intégrité du moteur et des systèmes de dépollution est préservée et le fabricant doit assumer la responsabilité d’une détérioration éventuelle de ces organes due à l’installation du boîtier (le fabricant a donc l’obligation garantir les éventuels pannes moteur ou des systèmes de dépollution, s’il est reconnu que cette panne a été causée par le dispositif de conversion)
  • Le dispositif doit satisfaire aux normes de compatibilité électromagnétique pour ne pas perturber les autres composants électroniques présents dans le compartiment moteur

L’homologation du dispositif se fait par catégorie de véhicules, en fonction de leur puissance administrative (inférieure ou égale à 7 chevaux / entre 8 et 14 chevaux), de leur norme d’émissions (Euro 3 ou Euro 4 / Euro 5 ou Euro 6) et de leur type d’injection (directe ou indirecte) pour un total de 8 catégories. Pour chaque catégorie où il souhaite obtenir l'homologation du dispositif, le fabricant du dispositif doit, en particulier, réaliser des tests d'émissions.

Toyota Prius hybride Flexfuel Brésil

Les véhicules dits flexfuel ou à carburant modulable, qu’ils soient homologués par le constructeur ou homologués en après-vente par l’ajout d’un dispositif, sont capables de fonctionner avec n’importe quel type d’essence (SP95, SP95-E10, SP98 et E85). Aucune intervention de la part du conducteur n’est requise lorsque ce dernier remplit son réservoir de l’un ou l’autre carburant: le calculateur moteur (ou le dispositif de conversion le cas échéant) va automatiquement adapter les paramètres moteur.

Véhicule à carburant modulable (FlexFuel)

Lorsqu’un constructeur propose un véhicule homologué, ce dernier bénéficie d’une calibration moteur spécifique pour adapter le mode de fonctionnement du moteur en fonction du carburant présent dans le réservoir. Selon les constructeurs, il peut y avoir différentes stratégies pour évaluer le pourcentage d’éthanol présent dans le carburant:

  • Méthode logicielle en continu (en fonction des données recueillies en continu par les sondes lambda, le calculateur ajuste en conséquence l’avance à l’allumage et la quantité de carburant injectée)
  • Méthode logicielle discrète (lorsque le calculateur détecte qu’un appoint de carburant a été fait, il lance une procédure de reconnaissance du carburant en se basant, là aussi, sur les données des sondes lambda pour déterminer les paramètres moteurs à appliquer jusqu’au prochain appoint de carburant)
  • Capteur d’éthanol

Trappe réservoir essence véhicule Flexfuel / Wikimedia Commons - Mariordo

En règle générale, les véhicules homologués Flexfuel n’ont pas besoin de composants spécifiques pour être compatible avec l’E85. C’est, par exemple, le cas du Ford 1.6l Ecoboost dont la version Flexfuel ne différait de la version classique que par une calibration moteur adaptée.

Dispositifs de conversion E85

Les dispositifs de conversion se matérialisent par des boîtiers électroniques montés dans le compartiment moteur. Ces derniers vont intercepter les signaux en provenance du calculateur moteur vers les injecteurs. Ainsi, ils ne modifient en rien la programmation du calculateur moteur. Les dispositifs de conversion vont agir sur le temps d’injection pour pouvoir injecter plus de carburant lorsque le moteur fonctionne avec de l'E85, afin de compenser le pouvoir calorifique et le rapport stoechiométrique plus faibles.

Illustration dispositif de conversion - boîtier additionnel E85 / Audi - Magneti Marelli - FFED

Le dispositif de conversion recueille le signal du temps d'injection en provenance du calculateur et, en fonction des variations ou non du temps d'injection entre chaque cycle, il va en déduire la composition du carburant et appliquer éventuellement une correction en conséquence (augmentation du temps d'injection en cas d'utilisation d'E85).

Par exemple, lorsque le boîtier détecte le calculateur augmente progressivement le temps d'injection (ce qui signifie que le calculateur aura reçu l'information des sondes lambda que le moteur fonctionne en mélange pauvre), il va en conclure que le carburant utilisé contient plus d'éthanol qu'auparavant et le boîtier va appliquer une correction supplémentaire par rapport au signal initial du calculateur pour augmenter d'autant plus la quantité de carburant injectée.

A l'inverse, si le calculateur commande une diminution des temps d'injection, le boîtier en déduira que la part d'éthanol dans le carburant diminue et stoppera alors d'appliquer une facteur de correction par rapport à ce que demande le calculateur moteur.

Le dispositif de conversion possède donc son propre algorithme pour déterminer le temps d’ouverture idéal des injecteurs en fonction des informations envoyées par le calculateur moteur. Cette méthodologie s’applique aussi bien aux moteurs à injection indirecte (monopoint ou multipoint) ainsi qu’aux moteurs à injection directe.

Dispositif de conversion E85 - boîtier additionnel Flex Fuel Energy Development

D’autre part, les dispositifs de conversion sont normalement munis d’un capteur de température interne. En fonction de la température relevée dans le boîtier et des dernières corrections apportées au temps d'injection, le dispositif va injecter temporairement plus de carburant lors d’un démarrage à froid lorsque la température extérieure est fraîche et que le carburant utilisé contient une part significative d'éthanol afin de pouvoir démarrer dès la première tentative.

Utilisation d’E85 dans un véhicule non homologué

Dans le cas où le conducteur se contente de faire le plein d’E85 sans aucune modification de son véhicule, le voyant moteur pourrait s’allumer rapidement avant éventuellement de mettre le moteur en sécurité. D’autre part, les démarrages à froid peuvent être difficiles, voire impossibles.

En utilisant de l’E85, le calculateur moteur va détecter que le mélange air/carburant devient pauvre. Le calculateur va donc chercher à augmenter la quantité de carburant injectée. Toutefois, si le temps d’injection nécessaire devient supérieur à la limite prédéfinie dans le calculateur par le constructeur, le calculateur va générer un code d'erreur.

Enfin, dans le cas de démarrage à froid, le calculateur moteur n’est pas programmé pour ce type de séquence avec l’E85, à savoir injecter une quantité de carburant significativement plus importante les premières secondes après un démarrage à froid.

Les moteurs dépourvus d’injection électronique (tels que les moteurs alimentés par des carburateurs) ne sont pas capables de fonctionner avec l’E85 car il n’y a pas de calculateur permettant d’ajuster le débit de carburant en fonction des autres paramètres moteur.

Moteur Ford 1.5l Flexfuel Brésil

Le carburateur peut être modifié pour fonctionner avec de l’E85, mais l’utilisateur sera contraint de remplir son réservoir uniquement d’E85. Dans cette configuration, si le conducteur remplit son réservoir d’essence sans plomb, le moteur fonctionnera en mélange excessivement riche (surconsommation significative, émissions de gaz polluant supérieures aux normes).

Reprogrammation moteur

En théorie, une reprogrammation est le moyen qui permettrait d’exploiter au mieux les caractéristiques du moteur lorsqu’il fonctionne à l’E85 car de cette manière car il est possible de s’appuyer sur les données des sondes lambda pour évaluer avec plus de précision le contenu du réservoir et éventuellement modifier l’avance à l’allumage et non juste le temps d’ouverture des injecteurs.

Néanmoins, cette méthode peut s’avérer risquée (au même titre qu’une reprogrammation moteur pour gagner de la puissance du couple), notamment si la société qui procède à la programmation n’est pas familière avec le moteur. De plus, cette solution n’est pas homologuée en après-vente et il n’est pas prévu qu’elle le soit.

Usine Volkswagen São José dos Pinhais (Brésil)

Solutions non homologuées : quels sont les risques?

  • Risques mécaniques

Il est souvent reproché à l’éthanol d’être plus corrosif que l’essence, ce qui est vrai. Néanmoins, depuis la mise en place des normes Euro 3 (2000/2001), tous les véhicules neufs doivent être testés avec des carburants contenant jusqu’à 5% d’éthanol. Depuis l’application des normes Euro 6 (2014), les véhicules à moteur essence sont homologués avec le carburant SP95-E10, contenant jusqu’à 10% d’éthanol.

De ce fait, les composants en contact avec l’essence (réservoir, durites, composants moteur) sont déjà compatibles avec l’éthanol et ne risquent pas d’être altérés avec l’utilisation d’E85.

  • Assurance du véhicule

Concernant l'assurance du véhicule, la plupart des compagnies d’assurances prennent en compte, sur la base d’un courrier, le fait que le véhicule a fait l’objet d’une modification pour accepter l'E85. Certaines compagnies proposent même une réduction de la prime d’assurances sans exiger que le dispositif de conversion soit homologué.

Si le changement n'est pas déclaré, l’utilisation d’une solution non homologuée pourrait faire l’objet d’un refus de prise en charge en cas de sinistre. Néanmoins, il faut voir que l’utilisation de l’éthanol ne modifie pas significativement les performances du véhicule et il sera difficile pour la compagnie d’assurances d’argumenter que la conversion d’un véhicule à l’E85 puisse être à l'origine d’un sinistre.

En cas de reprogrammation du calculateur moteur, la compagnie pourrait très bien estimer que la reprogrammation n’a pas servi uniquement à adapter les paramètres moteur pour fonctionner avec l’E85, mais que le conducteur aurait pu en profiter pour augmenter les performances du véhicule, ce qui pourrait générer des tensions supplémentaires en cas de litige.

  • Contrôle technique

Au cours du contrôle technique, un véhicule fonctionnant avec de l’E85 peut faire l’objet d’une contre-visite dans le cas où le véhicule n’est pas homologué pour l’utilisation de ce carburant (mention FE au poste carburant sur la carte grise).

Centre de contrôe technique Amélie-les-Bains / flickr - Tuuur

Le véhicule pourrait être recalé pour trois raisons: si un voyant moteur est allumé au tableau de bord, si le contrôleur détecte la présence d’un boîtier non homologué (ce qui peut arriver lorsque le contrôleur soulève le capot pour vérifier le numéro de châssis ou le niveau du liquide de frein par exemple) ou si les gaz d'échappement dépassent les valeurs limites d'émissions de monoxide de carbone ou de richesse (ce qui peut être notamment le cas avec l'utilisation d'E85 sans boîtier ou avec un boîtier de conversion mal réglé).

Dans les faits, il semble que peu ou pas de cas de contre-visites se soient réellement produits à cause de la présence d'un boîtier.

  • Contrôle des forces de l’ordre

Au titre de l’article R322-8 du code de la route, l’ajout d’un boîtier ou la reprogrammation du moteur peut être sanctionné d’une amende de 4ème classe (amende forfaitaire de 135€ pouvant être minorée à 90€) par la police ou la gendarmerie.

Mégane RS Gendarmerie Nationale / Wikimedia Commons - Kevin.B

Dans le cas des autorités douanières, l’utilisation d’E85 pourrait être éventuellement sanctionnée dans le sens où ce carburant est, selon l’article 1 de l’arrêté du 28 février 2017, autorisé pour une utilisation dans les moteurs à allumage commandé adaptés à ce carburant.

Or, la notion de moteur adapté reste plutôt floue. On peut faire le parallèle avec l’usage de fioul domestique ou de gazole non routier dont l’utilisation est clairement définie pour certains types de moteur précisément listés et interdite pour tous autres moteurs (arrêté du 10 novembre 2011): ce n’est pas le cas pour l’utilisation du superéthanol, ce qui peut, dès lors, faire l’objet d’interprétation.

Remerciements

Je tiens à remercier la société FFED (FlexFuel Energy Development) d’avoir aimablement fourni certaines illustrations de cet article et de m’avoir consacré du temps à propos du fonctionnement des dispositifs de conversion.

Crédits photos: FlexFuel Energy Development / Wikimedia Commons / Audi / Magneti Marelli / flickr / pxhere / Ford / Toyota / Peugeot / Volkswagen

Tous les commentaires sur le sujet (masquer les commentaires les plus anciens):

Kevin

27 septembre 2018 à 16h45

Bonjour et merci pour cet article !

J'ai une question :
Quand vous dites : "Les valeurs limites d’émissions de gaz polluants doivent être respectées indépendamment du carburant utilisé (à ce sujet, le fabricant du boîtier doit présenter un véhicule équipé du boîtier de conversion et réaliser plusieurs cycles NEDC auprès d’un organisme habilité tel que l’UTAC)"

Cela signifie qu'un fabricant de boitier doit homologuer son kit pour chaque version de chaque modèle de véhicule ?? Par exemple pour pouvoir installer un kit sur une Peugeot 308, le fabricant de boitier devra l'homologuer sur les deux versions Puretech 110ch et 130ch ??
En effet, chaque modèle et chaque version rejette des taux de particules différents. Donc réduire l'homologation à seulement 8 catégories me paraît assez simpliste.
esfa

27 septembre 2018 à 19h26

Bonjour, je ne comprends pas pourquoi la présence d'un FAP empêche de passer à l'E85? Est-ce que le FAP peut être endommagé par l'utilisation de ce carburant ?
Guillaume Darding [administrateur]

27 septembre 2018 à 21h22

Bonjour Kevin,

un fabricant de dispositif de conversion doit homologuer son dispositif pour chaque catégorie de véhicule et non pour chaque version de chaque modèle.
Pour une catégorie donnée, le véhicule doit réaliser un cycle d'homologation NEDC avant installation du dispositif (avec de l'essence sans plomb), un deuxième cycle après installation du boîtier avec de l'essence sans plomb puis un troisième cycle avec de l'E85. Dans les 3 cas, le véhicule doit obtenir des émissions de gaz polluants en conformité de la norme avec laquelle le véhicule a été initialement homologué.

Dans le cas de votre exemple, la Peugeot 308 en Puretech 110 ch a une puissance fiscale de 5 CV contre 7 CV pour la Puretech 130, les deux modèles entrent donc dans la même catégorie d'homologation, à savoir une puissance fiscale inférieure ou égale à 7CV, injection directe et normes d'émissions Euro 5/6.

Cette simplification est volontaire (on voit bien que les constructeurs ne se pressent pas pour proposer des véhicules à carburant modulable, étant plus focalisés sur l'électrification de leur gamme pour réduire les émissions de CO2) afin de permettre à un large public de rouler à l'E85 en levant beaucoup de craintes quant aux risques éventuels de fiabilité (grâce à la garantie imposée par le fabricant du boîtier) et en levant beaucoup de doutes quant à la légalité de cette solution. De plus, étant donné qu'il y a un nombre croissant de stations-service proposant de l'E85, la démocratisation des dispositifs de conversion devrait permettre aux stations de rentabiliser ces pompes.

L'homologation des dispositifs de conversion permet, de plus, de garantir aux client un certains niveau de qualité (il s'est trouvé des cas de marchands délivrant des boîtes vides, un placebo donc).
Guillaume Darding [administrateur]

27 septembre 2018 à 21h28

Bonjour esfa,

c'est essentiellement le principe de précaution qui s'appliquent dans le cas du filtre à particules car ce dispositif est très récent. Rien n'indique aujourd'hui que l'E85 soit nocif pour les filtres.

Néanmoins, on peut tout de même préciser qu'avec l'utilisation de l'E85, la température des gaz d'échappement est sensiblement plus faible, ce qui pourrait affecter la régénération périodique du filtre. Ca peut être particulièrement problématique si le filtre à particules est monté sous plancher et non à la sortie moteur. Il faudra certainement quelques années pour lever ce risque et avoir plus de recul sur un éventuel impact en matière de fiabilité.
esfa

29 septembre 2018 à 08h39

Bonjour Guillaume,
merci pour ces précisions. Moi qui espérais que l'augmentation du malus allait inciter les constructreurs à sortir une version E85 de leur modèles essence, ce n'est donc pas gagné si ils doivent repenser l'échappement de leurs véhicules.
Guillaume Darding [administrateur]

01 octobre 2018 à 00h17

Bonjour esfa, l'homologation d'un véhicule flexfuel n'est pas intéressante pour un constructeur car elle ne fait bénéficier d'aucune réduction de CO2, notamment à cause de la consommation importante d'éthanol lors d'un démarrage à froid.
Concernant les systèmes d''échappement, comme je l'affirmais auparavant, il n'y a pas nécessairement besoin de repenser les systèmes d'échappement, c'est surtout le manque de retour d'expériences qui condamne aujourd'hui les véhicules équipés d'un filtre à particules.
Nico

01 octobre 2018 à 07h41

Bonjour,
Il est dommage que la part de CO2 absorbé par les cultures servant à fabriquer de l'éthanol (35% d'après votre article) ne soit pas automatiquement déduite du résultat final d'émission de CO2 d'un véhicule Flexfuel... Cela les rendrait probablement aussi voir plus intéressants en matière de CO2 que les Diesel les plus sobres.
Je ne comprends pas pourquoi les constructeurs font marche arrière sur ce carburant alors que ça ne coûte pas grand chose de faire une cartographie flexifuel. De plus, c'est bien le moment de mettre le paquet sur ce carburant, aujourd'hui devenu bien plus intéressant que le gasoil sur beaucoup de points (près de 3 fois moins cher et l'écart continue de se creuser).

Personnellement, je viens de faire reprogrammer ma Focus ecoboost, et c'est que du bonheur. La voiture marche exactement comme avant, sauf qu'un plein me coûte désormais moins de 23€ contre 75€ avant, et ce avec une surconsommation très modérée. Avec la réduction de pollution que cela engendre, c'est tout bénef.
Guillaume Darding [administrateur]

01 octobre 2018 à 23h12

Bonjour Nico,

on peut toujours essayer de justifier le manque d'intérêt des constructeurs jusqu'en 2016 par le fait qu'il y avait encore peu de stations proposant l'E85 et le boom des moteurs diesel (les moteurs diesel étaient plus intéressants pour réduire les émissions de CO2).

Depuis 2016, il a fallu préparer activement les nouvelles normes d'émissions (cycle WLTP, Euro 6d temp, etc) et il y a beaucoup d'activités nécessaires pour homologuer les véhicules. On peut dès lors imaginer que les constructeurs ne souhaitent pas investir du temps, pour le moment, pour développer une nouvelle cartographie.
Husq46

03 octobre 2018 à 08h34

Bonjour Guillaume.
J'ai découvert votre site hier soir et bravo pour toutes vos explications détaillés , vos commentaires pertinents sur de nombreux sujets etc .., je suis bluffé !
Aussi ma question fait suite à une "déconvenue" , nous sommes taxis avec mon épouse et bien sur les différentes hausses (y compris à venir)du diesel nous interpellent sur la nécessité de nous "convertir" à l'essence ou Hybride essence avec un boitier E85 Ethanol.
Mon véhicule Taxi actuel ( VW SHARAN TDI) va passer les 400 000km dans les prochaines semaines et je dois penser à le remplacer sur le premier semestre 2019.
Aussi, je pensais opter pour le remplacer par un SUV type 5008 Puretech 180 qui vient d'apparaitre sur le configurateur PEUGEOT et qui présente un seuil de malus très acceptable (128gr/ Co2, ou un modèle équivalent TSI du VW Group type KODIAC ou le nouveau SEAT TERRACO ( sous réserve de leur taux de malus qui tardent à être dévoilés), et faire installer un boitier E85 Homologué pour bénéficier d'une garantie.
Et hier soir, je découvre que les boitiers E85 ne peuvent être homologués pour les véhicules essence normes Euro6d ( donc avec FAP ) qui sont quasiment tous dans mes choix.
Donc sans possibilité de mettre un boitier E85 Homologué, mon choix doit il revenir vers un modèle Diesel neuf Euro 6d ? ou bien trouver un modèle occasion essence sans FAP ?
( pas beaucoup de choix et d'offres dans les grands SUV et Grands monospaces d'ailleur !)Merci

Guillaume Darding [administrateur]

04 octobre 2018 à 00h00

Bonjour Husq46,

je comprends tout à fait votre déconvenue. Effectivement, avec un filtre à particules, il ne sera pas possible d'obtenir une homologation Flexfuel. Néanmoins, il reste encore des solutions sur le court terme. Vous avez peut-être lu qu'il y avait un surplus d'immatriculations en juillet/août: beaucoup de concessionnaires ont immatriculé des véhicules avant le 1er septembre pour éviter de se retrouver avec des véhicules non homologués et donc non vendables. Cela signifie qu'il devrait se retrouver sur le marché un nombre conséquent d'occasion "0 km", occasions qui ne sont normalement pas équipées de filtres particules essence (puisqu'homologuées selon la norme Euro 6b.

Si vous ne trouviez pas votre bonheur, le diesel restera certainement une bonne alternative ou, à voir, une hybride rechargeable qui pourrait aussi être un bon compromis, si les 7 places ne vous sont pas forcément nécessaires.
Husq46

06 octobre 2018 à 11h40

Bonjour Guillaume,
Merci pour votre réponse.
Oui effectivement la piste d'une essence sans FAP en occasion 0 kilomètres est à suivre mais aussi un hybride rechargeable .
J'ai discuté de cela avec un chef d'atelier RENAULT hier soir et d'après lui le Diesel pour des pros comme moi qui font 100 000km / an donc 400 000km sur 4 ans n'est pas mort sur ce terme car les consos sont très basse ( env -2l / 100 par rapport à l'essence sur des catégories Grand Monospace ou SUV) , ils bénéficient de vignette Criter 2 qui sera suffisante pour rentrer dans les grandes villes au moins pendant les 4 prochaines années , la revente n'est pas un problème pour nous ( à 4 ou 500 000) c'est amortis et ça part à l'étranger ) , et surtout beaucoup de reculs sur la fiabilité par rapport à des technologies Hybrides et E85 . D'après lui il y a un début de rué ou nombre de pseudos ou nouveaux pros s'engouffrent en proposant des boitiers ou modifications de cartographies. Pas sur également que la filière Bioéthanol puisse produire suffisamment dans quelques mois.
Nous sommes sur une "période charnière" du monde de l' automobile et ce n'est pas évident de réunir tous les critères que je voudrais: Grand Monospace ou SUV 7 places "habitable", conso "raisonnable", Tarif et Malus "acceptable" et réseau concessionnaire à proximité.
A suivre !
Guillaume Darding [administrateur]

08 octobre 2018 à 14h42

Bonjour Husq46,

je suis plutôt d'accord avec le chef d'atelier que vous avez consulté. Je pense qu'effectivement, dans votre cas, le diesel, aujourd'hui, reste pertinent et comme vous le mentionnez, après 4 ans et 400.000 km, vous avez largement le temps de voir venir les futures tendances et évolution du marché et de choisir alors la solution la plus adaptée à votre usage.
xav3294

20 octobre 2018 à 20h49

à 25 eur la tonne de betteraves , le superéthanol E85 tombe à pic pour les betteraviers de l'aisne pour relancer la filière (150 eur la tonne pour le blé ) , par contre c'est gonflé les tas de betteraves près de la ligne haute tension !
didou

24 octobre 2018 à 17h13

Pas mort le diesel , avec un CRV 1,6 idtec on peut descendre sous les 5 litres avec vraiment beaucoup de place et une fiabilité très bonne. Le E 85 a l'air sympa mais je crains qu'il ne subisse le même sort que le GPL à une époque. De toute façon , si les ventes décollent trop , vous pouvez être sur du coup de bambou fiscal en retour avec un argument ecologique déjà tout trouvé (ne pas exploiter des terres destinées à la nourriture )
Guillaume Darding [administrateur]

24 octobre 2018 à 19h11

Bonjour didou,

l'E85 ne peut pas subir les mêmes reproches que le GPL, sachant qu'on reproche essentiellement au GPL d'être potentiellement dangereux en cas d'incendie dans un milieu fermé (interdiction dans les parkings souterrains). Hors ces craintes (devenues obsolètes par ailleurs) n'ont aucune justification dans le cas de l'E85.

En revanche, on ne peut pas être aussi affirmatif concernant le niveau de taxation. On peut effectivement craindre un changement des règles à moyen ou à long terme, en particulier si le volume de ventes de l'E85 devient conséquent. Néanmoins, considérant que la conversion vers un véhicule flexfuel peut être rapidement rentabilisée, si, dans le pire des cas, le prix de l'E85 serait amené à augmenter de manière significative, vous aurez toujours le choix d'utiliser ou l'E85 ou l'essence classique.
JFE

30 octobre 2018 à 09h18

Bonjour
j'hésite à faire installer un boitier éthanol sur ma Mercedes classe S400 hybride qui fait 18cv et pas d'homologation.
Votre article me rassure, l'assurance ne parait pas être un obstacle, mais ce qui m'inquiète c'est quand vous dites que peu ou pas de véhicules éthanol ont été recalés. Qu'en est il avec le nouveau contrôle technique ?
Que me conseillez vous ?
Merci
Guillaume Darding [administrateur]

30 octobre 2018 à 13h32

Bonjour JFE,

le nouveau contrôle technique (applicable depuis mai 2018) ne change fondamentalement pas la donne en matière de risque d'être recalé. Comme je l'évoque dans l'article, un véhicule pourrait faire l'objet d'une contre-visite si le contrôleur remarque la présence du boîtier ou si le véhicule présente d'autres anomalies comme le voyant moteur allumé. Il se peut aussi que le véhicule ne passe pas les contrôles pollution de mesure de CO et de richesse, mais c'est relativement peu fréquent à ma connaissance. Cela peut arriver en particulier si on utilise l'éthanol sans boîtier (ou un boîtier défaillant).

Par contre, le passage au futur contrôle technique (prévu normalement pour 2022), où les émissions de CO2 (+ 4 autres gaz polluants) seront mesurées, cela pourrait être plus problématique car il est bien entendu que le véhicule consomme plus avec l'E85 (donc plus d'émissions de CO2 à l'échappement) qu'avec de l'essence sans-plomb. Néanmoins, avec un minimum de précaution (comme faire le plein de SP95-E10 ou de SP98 avant de passer son véhicule au CT), ce ne devrait pas non plus être un obstacle insurmontable.
HEU?

03 novembre 2018 à 20h55

Bonjour,
je suis un peu perdu.... j'étais parti pour du GPL puis on m'a convaincu que l'éthanol était préférable... mais les homologations trainent en longueur et je veux acheter ma new car avant fin 2018...
Alors éthanol (kit) ou GPL ? (fiabilité ?durée de vie? entretien...)
Guillaume Darding [administrateur]

05 novembre 2018 à 23h12

Bonjour Heu?,

à mon sens, il n'y a pas vraiment de solution préférable, les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients.
Pour le GPL, l'avantage est de disposer de deux réservoirs, un pour l'essence, un pour le GPL, donc plus d'autonomie. Il y a actuellement près de deux fois plus de pompes GPL que de pompes E85. Néanmoins, il y a de plus en plus de stations proposant de l'E85 et bientôt (quelques mois ou quelques années), les réseaux seront aussi denses.
Au niveau des inconvénients, le réservoir de GPL empiète généralement sur le volume de coffre (en particulier lorsque le véhicule n'a pas été conçu pour), sans compter le coût de l'installation.

Concernant l'E85, les dispositifs de conversion sont sensiblement moins cher. La consommation supérieure lorsque le moteur fonctionne avec l'E85 va réduire d'autant l'autonomie entre 2 pleins.
Nico

07 novembre 2018 à 16h48

Bonjour,
Ayant les deux types de véhicules (une Clio GPL et une Focus reprogrammée Flexifuel E85), je me permets de donner mon avis sur la question :

Le coût d'entretien est souvent plus élevé avec un véhicule GPL qu'un véhicule flexifuel E85 (filtres à gaz, jeux aux soupapes en fonction du véhicule).

De plus, le prix à la pompe ainsi que le coût de conversion est largement à l'avantage de l'E85. Concernant la consommation entre E85 et GPL, c'est sensiblement identique (environ 20% de plus qu'au SP).

Sur cette question de coût à la pompe, il faut savoir qu'un véhicule GPL à injection gaz démarre toujours à l'essence, et en cas de temps froid peut rouler à l'essence sur plusieurs kms (ma Clio commute au GAZ quand le liquide de refroidissement atteint 55°). Donc consommation d'essence à prévoir ce qui augmente le coût à la pompe.

Pour finir, on peut également préciser que le fonctionnement au GPL diminue sensiblement les performances, c'est pas flagrant mais ça se ressent quand même. Aucune différence de performances pour un véhicule flexifuel entre le SP et l'E85.

Vous l'aurez compris, je donne clairement l'avantage à l'E85 qu'au GPL ! Mais j'apprécie quand même mes deux véhicules et les deux restent économiques comparé à un véhicule full gasoil ou essence.
Pingeon Alain

09 novembre 2018 à 08h34

Bonjour
Peut-on équiper du système un peugeot 3008 de 2017 purtech 130 ch.
Jean mull

09 novembre 2018 à 15h51

Bonjour, j'ai un Bedford 1985, je lui ai mis 20 litres d'éthanol.. Au depart, la mémère était un peu surprise. Il devait y avoir l'équivalent en essence. Bref, quelqu'un m'a conseillé d'ajouter du lubrifiant à chaque plein: qu'en pensez-vous? Merci
Guillaume Darding [administrateur]

09 novembre 2018 à 23h07

Bonjour à tous,

@Nico
merci pour votre complément d'information et votre retour d'expérience!

@Alain
Oui, il existe des solutions homologuées à l'aide d'un dispositif de conversion pour rouler avec un moteur Puretech 130 et de l'E85.
Etant donné la nature de ce moteur (moteur downsizé avec technologies avancés pour en tirer le meilleur rendement et une réduction des émissions optimales), je ne saurais trop vous recommander que d'opter pour une solution homologuée qui comprend une garantie supplémentaire fournie par le fabricant du boîtier.

@Jean
Je ne suis pas un grand connaisseur des Bedford. Néanmoins, il me semble que ces véhicules sont équipés de moteurs à carburateur. Dans ce cas, il n'est pas possible de rouler dans de bonnes conditions avec de l'E85 sans régler le carburateur (mais dans ce cas-là, il n'est alors plus possible de rouler avec de l'essence sans-plomb). Et si le moteur était tout de même équipé d'une injection électronique, étant donnée l'ancienneté du véhicule, je vous conseille vivement de vous renseigner si des personnes ont déjà fait cette expérimentation. Clairement, il se peut que certains composants ne soient pas compatibles avec le caractère corrosif de l'éthanol.
christophe2910

10 novembre 2018 à 23h45

Bonjour,

Je souhaite acheter une voiture neuve ou d'occasion essence. de type berline, qu'elles sont les marques et modèle qui roulent ou peuvent rouler au E85.
Merci d'avance
Guillaume Darding [administrateur]

12 novembre 2018 à 16h30

Bonjour Christophe,

à ma connaissance, il n'y a plus de modèles neufs disponibles sur le marché directement compatible avec l'E85. Il faut obligatoirement passer par un dispositif de conversion (solution homologuée) ou d'autres solutions non homologuées en après-vente.
christophe2910

12 novembre 2018 à 18h37

Bonjour Guillaume

Et donc en occasion quel véhicule essence fiable est'il disponible. Possédant une 308 1.6THP cela met impossible. Qui a acheter une voiture essence autant en prendre une fiable. Avez-vous des idées.

Merci d'avance
Guillaume Darding [administrateur]

15 novembre 2018 à 11h18

Bonjour Christophe,

il est malheureusement compliqué de se lancer dans un pronostic sur la fiabilité de tel ou tel moteur tout en restant objectif. Les enquêtes fiabilité pourraient éventuellement vous guider, tout en gardant à l'esprit qu'il ne s'agit, à la fin, "que" de statistiques.
Matsax

16 novembre 2018 à 14h30

Bonjour à tous
Moi je suis complètement perdu
Je suis actuellement en m’égare 1.6 dci 130 ch qui consomme 5.5l aux 100
Je fais 45000 km par an
Ma voiture arrive à 200000 km je pense donc la changer
Mon projet est donc d acheter une essence récente et de la passer en E85 avec boîtier bio motors.
Mon choix s'est arrêté sur une Mazda 3 2.0l Skyactive g 120ch.
J'appelle biomotors ce matin qui m'a expliqué que, pour ce moteur, les ingénieurs sont en cours de développement, et qu'une solution devrait sortir fin 2018 début 2019.
Pour la très belle proposition je dois donner ma réponse avant ce soir.
Donc je doute.
Soit je prends le risque, je l'achète et roule le temps de la sortie du boîtier en 50/50 E85 sp95 e10 et l'installe après.
Soit je me retrouve avec une essence pour faire 45000 km annuels et je l ai dans le baba.
Dilemme
Vous avez 30 min
Guillaume Darding [administrateur]

16 novembre 2018 à 16h27

Bonjour Matsax,

le moteur de la Mazda a une petite particularité qui explique certainement le délai demandé par Biomotors: le taux de compression est significativement plus élevé (14,0:1) sur ce moteur par rapport au reste de la production (généralement inférieur à 11,5:1).
Néanmoins, à ma connaissance, ce moteur fonctionne avec de l'E85 en Thaïlande (certainement avec des modifications logicielles, je ne sais pas ce qu'il en est d'éventuelles modifications de composants, mais je ne pense pas), donc le passage à l'E85 est envisageable.

Etant donné votre kilométrage annuel, je ne me lancerais toutefois pas dans l'aventure sans être sûr d'avoir une solution pour convertir votre véhicule à l'E85, l'aventure pourrait vous être effectivement coûteuse si vous restiez à l'essence.
solax

02 décembre 2018 à 10h38

Bonjour,
du coup on ne comprend pas vraiment à quoi sert le boitier intermédiaire puisque le calculateur gère très bien tout seul l'augmentation du temps d'injection…. (reste le surdosage à froid d'utile donc ?).
par ailleurs, les véhicules depuis 2001 sont conçus pour accepter 5 % d'alcool dans le carburant. Mais 5 % ce n'est pas 85 % ! On peut imaginer que 85 % est bien plus corrosif que 5 % ?
Merci de vos réponses.
Guillaume Darding [administrateur]

03 décembre 2018 à 10h10

Bonjour solax,

le calculateur moteur n'est pas forcément programmé pour modifier les réglages d'injection de manière à ce que le moteur fonctionne sans allumer de voyant (et potentiellement fonctionner en mélange pauvre, ce qui pourrait endommager le moteur). Certaines voitures fonctionnent très bien sans boîtier avec de l'E85 (ça peut être un peu problématique lors des démarrages par temps froid, mais globalement, ça marche). Pour d'autres, il faut se contenter de mettre au maximum 30% d'E85 et compléter avec de l'essence sans-plomb sous peine de voir le moteur se mettre en défaut.

Le dispositif de conversion permet de s'assurer que le véhicule qui en est équipé fonctionnera quelles que soient les proportions d'E85 dans le réservoir et dans n'importe quelles conditions de température extérieure. D'autre part, en optant pour une solution homologuée, le fabricant du dispositif est dans l'obligation de s'assurer et de garantir au consommateur final qu'il réalisera les travaux nécessaires de remise en état du véhicule si le moteur de ce dernier venait à être endommagé du fait de l'utilisation de l'E85.

Concernant les risques liés à l'utilisation de l'E85, les véhicules sont actuellement homologués pour être compatible avec des carburant pouvant contenir jusqu'à 10% d'éthanol. On peut toujours se demander, en effet, si une plus grande proportion d'éthanol ne pourrait pas causer des problèmes. Néanmoins, il y a désormais un certain recul qui permet d'affirmer que ces risques sont faibles voires inexistants. On peut d'ailleurs noter que la version flexfuel du moteur Ford 1.6l Ecoboost n'avait de différence avec la version essence qu'une reprogrammation de son calculateur.

Cela n'empêche pas non plus de se poser des questions sur les moteurs downsizés et leur acceptation de l'E85, pas tant pour l'aspect "corrosif" de l'éthanol, mais surtout pour les risques liés à un fonctionnement accidentel en mélange pauvre sur des moteurs déjà particulièrement sollicités du point de vue thermique.
Bernardo

09 décembre 2018 à 09h49

Bonjour Guillaume,

Félicitation pour ce blog,

Je possède une 308 1.2 Puretech 130 ch 2017 26 000 km et depuis octobre je fais le plein à 50% E85 et 50% E10, je n'ai constaté aucune différence sur le fonctionnement et la consommation du véhicule.
Si on part du principe que 50% de E85 et 50% de E10 font 60% de SP et 40% d'éthanol, peut-on considérer que le rapport stœchiométrique est de 12,74 donc sans danger pour le moteur ?

Merci d'avance pour la réponse.
Guillaume Darding [administrateur]

11 décembre 2018 à 23h55

Bonjour Bernardo et merci pour vos encouragements!

Le juge de paix est l'allumage du voyant moteur qui, s'il s'allume, indique que le moteur fonctionne en mélange trop pauvre, ce qui est alors risqué pour le moteur. Si ce n'est pas votre cas, cela signifie que le calculateur a réussi à s'adapter à votre mélange et qu'il n'y a pas de danger particulier pour votre moteur.

Néanmoins, je tiens quand même à préciser qu'en cas d'avarie moteur, même vraisemblablement indépendante de l'utilisation d'E85 (casse de la courroie de distribution par exemple), il pourrait vous être reprocher d'avoir rouler avec une proportion trop grande d'éthanol et le constructeur pourrait, dans le pire des scénarios, refuser la prise en charge des réparations.

Il y a deux manières d'évaluer la proportion d'éthanol: en comparant les valeurs du calculateur moteur (temps d'injection, calage des arbres à cames, etc.) avec les valeurs standard et limites définies par le constructeur et/ou en effectuant une analyse du carburant présent dans votre réservoir.

Autre point, maintenant que nous entrons dans une période froide, il se peut que les démarrages soient un peu plus difficiles le matin.
Didier D

16 décembre 2018 à 21h21

Bonjour,
Enfin un article clair et sans parti pris sur le E85, merci pour cela
pjmdur

16 décembre 2018 à 23h20

Bonjour,

Je lis que pour l'homologation E85, l'une des conditions importantes est que le véhicule ne doit pas être équipé d'un FAP(GPF).
Tous les véhicules essence depuis septembre 2018 sont obligatoirement équipés d'un GPF.

Quelle est la raison de cette interdiction??

Merci et respect pour votre site extrêmement intéressant. C'est vraiment pas courant..

Cordialement.
Guillaume Darding [administrateur]

17 décembre 2018 à 11h00

Bonjour Didier et pjmdur, merci pour vos encouragements!

Concernant le fait de ne pas pouvoir passer en homologation un véhicule équipé d'un GPF, il s'agit essentiellement du fait que le filtre à particules essence est une technologie récente et qu'il n'y a pas beaucoup de recul sur cette technologie, notamment en ce qui concerne la gestion des régénérations (l'E85 a des températures de fonctionnement assez différentes).

Pour information, le GPF n'est pas obligatoire depuis septembre 2018, mais nécessaire dans une grande majorité des cas pour respecter les normes, ce qui veut dire que certains véhicules neufs (mais il y en a assez peu, c'est vrai) ne sont pas forcément équipés d'un filtre. Ce sont essentiellement des véhicules légers (citadines).
Pulsar-76

17 décembre 2018 à 23h10

Excellent travail, en bon français, bien tourné, neutre; de plus le suivit des commentaire est remarquable!
Pour une fois que cela ne sent pas le sponsoring à plein nez, "il faut bien gagner sa vie"! Ni le vite fait sans trop de documentation, "histoire de devenir célèbre".
Vraiment chapeau bas, bonne continuation, je me ferais un plaisir de vous suivre régulièrement!
Guillaume Darding [administrateur]

17 décembre 2018 à 23h52

Bonjour Pulsar-76,

merci beaucoup pour vos encouragements! Pour rebondir sur votre commentaire (et la fin de l'article n'est peut-être pas assez claire sur le sujet...), je précise que cet article n'est pas sponsorisé (il y a quelques articles sur le site qui ont été effectivement sponsorisés et ils sont dûment signalés le cas échéant).

Au cours de la rédaction de cet article, j'ai contacté plusieurs entreprises commercialisant des dispositifs de conversion. L'une d'entre elles m'a consacré un peu de temps et m'a fourni plusieurs visuels, comme peuvent le faire les services presse des constructeurs: c'est à ce titre que je l'ai remerciée à la fin de mon article.
Johann

20 décembre 2018 à 19h36

Bonjour Guillaume,
merci pour tous ces renseignements sur votre site !
Je suis possesseur d'une Peugeot 308 1,2 puretech 130cv achetée neuve en mai 2018 et donc équipée d'un FAP. Ce que je ne comprends pas, c'est lorsque j'effectue une simulation sur le site Biomotors qui fabrique et commercialise le kit éthanol, il est indiqué que mon véhicule est compatible pour non seulement être équipé du kit mais en plus pour bénéficier d'une nouvelle carte grise ! Qui croire ? Enfin si le FAP pose réellement un problème et que l'on manque de recul comme il a été évoqué ici même, peut-on envisager de le faire retirer tout simplement lors de l'installation du kit éthanol ? Bref je ne sais plus quoi penser... Merci par avance pour vos conseils.
lorient

21 décembre 2018 à 16h26

bonjour,
je suis actuellement en pleine hésitation pour faire passer une 2008 puretech 110 cv injection directe. je devais partir sur un kit bioéthanol homologué.. hors en appelant le service commercial on me dit que 3/10 véhicule en puretech ne passent pas. Si je fais monter le kit et que la voiture broute ou ne démarre pas ; l'installation est à mes frais pour couvrir le montage demontage soit un forfait de 200 euros... cest le client qui prend tous les risques.

j'ai demandé pourquoi certaines 110 cv puretech passaient et d'autres pas.. apparemment ce serait certains puretech qui consomment de l'huile et qui accepteraient mal le kit.. ou la sonde lambda qui renvoie des informations erronées... pourquoi comment je ne sais pas. .

l'installateur au final netait pas chaud non plus.. surtout sur de l'injection directe... bref jai cherché une autre solution qui est la modification de la cartographie moteur... sans boitier. ma question : est ce plus fiable que le boitier qui trompe le calculateur.. y a t"il moyen de mieux contrôler les différents paramètres du véhicule? est ce que la modification d'une cartographie améliore le reglage et donc la fiabilité du fonctionnement du moteur .. merci par avance pour votre avis car je suis entre 2 situations...j'aimerais prendre un peu de recul...
Guillaume Darding [administrateur]

22 décembre 2018 à 22h12

Bonjour lorient,

la reprogrammation du boîtier permet, en théorie, de contrôler l'ensemble des paramètres moteurs pour optimiser le fonctionnement moteur. Néanmoins, si ces modifications sont mal maîtrisées, il y a clairement aussi un risque de faire pire que mieux. Il faut tomber sur une société qui connaît bien ce moteur et qui, si possible, en a déjà reprogrammé.

Concernant les craintes de votre installateur, il semble se baser sur sa propre expérience et je vous conseille donc de suivre ses recommandations et de ne pas faire appel à ses services. Maintenant, il faut aussi savoir qu'il existe plusieurs marques de dispositifs de conversion et que chacune utilise vraisemblablement son propre programme. Aussi, il est tout à fait vraisemblable qu'une marque puisse éprouver des difficultés à faire fonctionner son dispositif de conversion avec certains types de moteur alors qu'un autre fabricant n'aura pas forcément de souci avec ces mêmes moteurs.
Guillaume Darding [administrateur]

22 décembre 2018 à 22h41

Bonjour Johann et merci pur vos encouragements!

Concernant le FàP, son absence pour l'homologation est une condition issue de l'arrêté du 30 novembre 2017 relatif aux conditions d'homologation et d'installation des dispositifs de conversion des véhicules à motorisation essence en motorisation à carburant modulable essence - superéthanol E85 (Article 2, paragraphe 1.g.).

Si le site d'un fabricant indique le contraire, il s'agit vraisemblablement d'une information erronnée.

Il n'est pas possible de retirer le filtre à particules en après-vente. D'une part, ce serait évidemment contraire à la norme d'homologation de votre véhicule. D'autre part, le filtre est associé à différents capteurs et la calibration du moteur en dépend. Retirer le FàP, c'est être quasiment assuré de se retrouver avec un défaut moteur au tableau de bord et un moteur qui se met en sécurité.
Hervé

26 décembre 2018 à 12h27

Bonjour.
Félicitation pour votre article mais quelque chose m’échappe, vous dites dans un tableau "Exemple pour un moteur de 4 cylindres de 2.0l de cylindrée"" qu'il faut injecter 50% d'E85 en plus pour avoir la même puissance, 61 à la place de 41
Ce que je comprends par 50% de surconsommation pour la même puissance.
Hors j'ai un kit et je surconsomme moins de 15% comme la majorité de ceux qui en ont un.
Nico

27 décembre 2018 à 12h08

Bonjour Hervé,
La stœchiométrie pour du SP est de 14,7 et pour de l'E85 de 9,8, ce qui fait qu'il faut injecter 33% de carburant en plus pour un mélange de 15% de SP et de 85% d'éthanol par rapport à du SP pur.
Après il faut prendre en compte que 85% d'éthanol est une valeur maximale et bien souvent la valeur d'éthanol est moindre (je relève souvent une valeur aux alentours de 75% l'été et 60-65% l'hiver chez les pétroliers comme total). Donc nous n'avons jamais réellement 33% de surconsommation entre SP (qui contient lui même 5 à 7,5% d'éthanol) et E85 (qui contient entre 65 et 85% d'éthanol). On est plutôt généralement aux alentours de 20-25% de surconsommation en fonction de la station dans laquelle on fait le plein.
Guillaume Darding [administrateur]

27 décembre 2018 à 23h25

Bonjour Hervé et Nico,

@Hervé
merci pour vos encouragements! Pour compléter le message de Nico (merci pour votre intervention!), le tableau que j'ai intégré dans l'article est basé sur des valeurs théoriques et sur un carburant composé à 85% d'éthanol (ce qui n'est pas forcément le cas en station-service comme l'indique Nico). Or, souvent, entre théorie et réalité, il y a une grande différence et c'est d'ailleurs pour cette raison que je ne me suis pas engagé sur le chapitre de la consommation dans l'article car il y a de grandes différences selon les véhicules et les adaptations: certains conducteurs ne constateront que 5% à peine de différence entre l'E85 et le SP95 quand d'autres atteindront près de 30%! En moyenne, l'impact semble être effectivement de l'ordre de 15-20%.

06 janvier 2019 à 01h02

Hello Guillaume !

Franchement chapeau pour cet article très complet sur le sujet. C'est instructif ! Je suis conquis par l'E85 !
Guillaume Darding [administrateur]

08 janvier 2019 à 12h09

Bonjour Adrien, merci pour ces encouragements!
Ecomart

11 janvier 2019 à 18h47

Bonjour,

il y a à ce jour 2 marques de kits homologuées, mais très cher et pas de possibilité de les monter soi-même. Qu'en est-il des autres marques, non homologuées. Avez-vous des retours d'expérience sur telle ou telle marque à éviter ou à privilégier ? La marque Fuelcat a l'air pas mal. Des retours d'expériences ?
Guillaume Darding [administrateur]

12 janvier 2019 à 22h45

Bonjour Ecomart,

à ma connaissance, il est normalement possible de monter les kits soi-même. Néanmoins, il est vrai que, dans ce cas, vous ne pourrez pas obtenir l'homologation (et pas forcément non plus l'assurance complémentaire en cas de panne).

Il est difficile d'avoir des retours d'expérience sur le marché des fabricants de dispositifs de conversion, le marché étant encore relativement confidentiel. Personnellement, je ne connais pas particulièrement bien Fuelcat.
Syl Vain

14 janvier 2019 à 16h58

Bonjour Guillaume et merci pour votre article,

Je confirme le message de Lorient. En passant par Biomotors, 30% de leur boitier installés sur les1.2 Puretech sont défaillants (cliquetis) et non homologués pour les FAP
Je souhaite tout de même faire installer un boitier sur mon 1.2 130ch Puretech FAP.
Quels sont les risques ?

Merci de votre retour,
Guillaume Darding [administrateur]

15 janvier 2019 à 01h49

Bonjour Syl Vain,

merci pour vos encouragements!

la raison pour laquelle le montage d’un dispositif de conversion n’est pas homologué en présence d’un FaP tient surtout du fait du manque de recul de cette technologie (le filtre à particules) en présence d’E85. Or, l’homologation exige une « garantie »: étant donné le peu de retour d’expérience, on pourrait craindre un taux de panne élevé si une incompatibilité était mise en lumière. Il faut aussi prendre en compte que la présence du FàP implique plus de contrôle moteur et que la présence du boîtier additionnel pourrait alors perturber le calculateur principal.

Il faut garder à l’esprit que ce sont des risques potentiels et supposés, en aucun cas (en tout cas à ce jour!) des risques avérés.

Michel B

24 janvier 2019 à 00h24

Bonjour et merci pour cet article bien réalisé.
Utilisateur moi-même d'E85 sur mes véhicules (moteur ford ecoboost 1.6 avec et sans reprogrammation, Suzuki 1.2 VVTI non modifié), je constate l'allumage du voyant moteur lorsque le mélange SP95/E85 devient trop "pur" en éthanol, malgré la reprogrammation, sans que cela n'entraîne de dysfonctionnement réel. Tout rentre dans l'ordre en remettant du SP95.
A votre avis, est-il possible que le débit physique des pompes et injecteurs interdise l'injection de la quantité optimale commandée par le calculateur reprogrammé (ou par le boitier complémentaire), même si la limite logicielle que vous mentionnez n'est plus opérationnelle ?.
Cdt.
Guillaume Darding [administrateur]

24 janvier 2019 à 21h07

Bonjour Michel,

merci pour vos encouragements et votre retour d'expérience.
Oui, il est possible que le débit des injecteurs ne permettent pas d'injecter une quantité suffisante d'E85. Néanmoins, à moins avis, il ne doit pas y avoir beaucoup de moteurs dans ce cas.

Notamment, concernant le 1.6l Ecoboost, Ford a commercialisé ce moteur en version flexfuel sans modification physique. Je penche plutôt sur des limites logicielles assez restrictives dans votre cas.
Laurent Aurat

30 janvier 2019 à 18h06

Bonjour et merci pour cet article effectivement assez complet.
Je roule avec un duster 1.6 16v d origine en bio éthanol qui tourne très bien et démarre très bien aussi à froid en ce mois de janvier.
Pour info,la conso est de 8,5 l en sp95E10 et 9,7 l en E85.
J ai une question que j ai posé aux installateurs et qui n ont pas su y répondre:
Un boîtier flex fuel ou une reprogrammation joue t elle sur l avance à l’allumage une fois que le capteur a déterminé le taux d éthanol à l arrivée aux injecteurs? (Surtout en cas de mélange aléatoire entre E10 et SP95).
Merci d avance pour votre reponse.
Ps: le meilleur boîtier est le E flex fuel car il est le seul à coupler une sonde température et un capteur d éthanol avec en plus une appli sur smartphone pour suivre en temps réel le travail du boîtier et des cycles d injection...
Guillaume Darding [administrateur]

31 janvier 2019 à 13h36

Bonjour Laurent, merci pour vos encouragements et votre retour d'expérience!

en théorie, un boîtier pourrait changer l'avance à l'allumage en fonction du taux d'éthanol, mais ce serait au prix d'un algorithme assez complexe et cela pourrait être de nature à déclencher l'allumage du voyant moteur (sans pour autant que ce soit forcément risqué pour le moteur). A ma connaissance, les boîtiers ne jouent donc pas sur l'avance à l'allumage. En fait, le principal écueil, c'est le fait que le boîtier de récupère que le signal des injecteurs de la part du calculateur.

Sur une reprogrammation, c'est plus simple de jouer avec l'avance à l'allumage. Il faut néanmoins que la personne qui le fasse soit sûr de son coup car si le moteur fonctionne avec du SP95 par exemple et que le programme de reprogrammation ne le détecte pas, alors, le moteur pourrait fonctionner avec une avance trop élevé et générer du cliquetis.
Laurent Aurat

31 janvier 2019 à 17h43

Bonjour Guillaume,
Cela est maintenant tout à fait clair.
Il s agit de passer une BMW 330 ci E46 phase 2 en flex fuel et je vais choisir un bon pro pour une reprogrammation flexible et non une cartographie E85 uniquement.
L auto étant une 15cv fiscaux, aucun intérêt pour moi de mettre un kit homologué et de changer la Cg (les pouvoirs publics ont limité à la puissance de 14 cv fiscaux maxi).
Merci encore pour ces précisions.
Bien cordialement.
Julio.hyt

15 février 2019 à 11h32

Attention Laurent Aurat : les e46 n'aiment pas trop l'e85... ou plutôt leur pompe à essence ! a cause du débit plus important, elle finie par lâcher. c'est certes pas très grave en soit, ça se change, mais c'est une pompe immergée, elle coûte un peu cher et c'est un peu chiant à faire.... de plus, le filtre à essence, étant intégré, tu peux pas le changer indépendamment : galère parce que, en général, il se gave de saletés quand tu commences à rouler à l'e85.
Guillaume Darding [administrateur]

15 février 2019 à 14h04

Bonjour Julio, merci pour votre complément d'information!
Demais Jean

18 février 2019 à 15h02

bonjour
j'aimerais acheter une clio tce 90cv et l'équiper d'un boitier flexfuel, est-ce une bonne idée?Merci pour votre réponse (merci pour votre article)
Guillaume Darding [administrateur]

18 février 2019 à 16h51

Bonjour Jean et merci pour vos encouragements!

Le TCe 90 chevaux est, à mon avis, un bon candidat pour une conversion à l'E85 dans le sens où c'est un moteur à injection directe qui est plutôt répandu. A ma connaissance, il y a déjà un nombre significatif de personnes qui ont ajouté un dispositif de conversion à l'E85 sur ce moteur sans souci particulier.
THOM

26 février 2019 à 17h08

Bonjour et merci pour cet article, j'ai une fabia 1.2 TSI de 2017 euro 6 et j'envisage une reprogrammation moteur. Le risque de problème semble faible et est ce donc la bonne méthode vis à vis de la pose d'un boitier ? dans un forum j'ai lu qu'il faille changer de sonde ?
Guillaume Darding [administrateur]

27 février 2019 à 16h13

Bonjour Thom et merci pour vos encouragements. Pour ma part, j'ai une préférence pour le boîtier qui ne modifie en rien le calculateur moteur et qui peut être homologué.
Maintenant, une reprogrammation bien faite donnera des meilleurs résultats... mais encore faut-il trouver la bonne personne!
Il n'y a normalement pas de sonde à changer pour réaliser l'adaptation à l'E85.
Thierry

03 mars 2019 à 19h09

Bonsoir Guillaume, merci et bravo pour cette article très enrichissant.

J'envisage de passer une Peugeot 307 1.6 16V de juillet 2002 à l'éthanol avec l'achat d'un boîtier. Qu'en pensez vous ? Le fait que cette voiture n'est pas très récentes pose t'il un problème selon vous ?
Les boîtiers achetés sur des sites tels que Cdi....nt, Ama..n....etc sont ils fiables mêmes s'ils sont indiqués "homologués" ?

Merci, Cordialement
Guillaume Darding [administrateur]

03 mars 2019 à 22h17

Bonjour Thierry et merci pour vos encouragements!

le fait que votre voiture n'est pas très récente n'est pas un problème en soi, je dirais même que c'est plutôt un avantage.

Concernant les boîtiers achetés en ligne, attention à ce qu'on entend par homologation. Lorsque le site parle d'homologation, il s'agit d'une homologation relative aux composants électroniques (autrement dit, le boîtier ne génère pas d'interférences susceptibles de perturber le bon fonctionnement des autres organes électroniques présents dans le compartiment moteur) et... c'est tout! On ne parle donc pas du tout d'une homologation du véhicule par rapport à l'utilisation d'E85.

Si vous souhaitez que votre véhicule soit homologué via l'agrément prototype (ce qui est envisageable puisque, sauf erreur de ma part, votre véhicule est conforme aux normes d'émissions Euro 3), la seule solution possible est de faire installer le boîtier par un installateur agrée (ce dernier ne peut pas installer n'importe quel boîtier par ailleurs).

Si vous souhaitez commander un boîtier via une boutique en ligne, ma principale recommandation serait de commander un boîtier d'un fabricant reconnu (un fabricant qui propose des boîtiers permettant l'homologation de son véhicule en véhicule flexfuel en parallèle par exemple).
pjmdur

07 mars 2019 à 13h19

Bonjour Guillaume,

J'ai posé la question du GPF pas compatible avec le E85, mais pas retrouvé l'article où je l'ai posée..

A ce sujet, il semble y avoir une incohérence apparente entre cette "interdiction pour obtenir une CG" et le fait que le E85 ne produit que très peu de particules fines...

Merci

Cordialement.
Xavier H

07 mars 2019 à 21h28

Bonjour, merci pour l'article qui est très intéressant et instructif.

Pour ma part j'ai sauté le pas . J'ai commandé et vais faire installer un boitier Flex Fuel la semaine prochaine sur ma C3 puretech 68 modèle ATTRACTION. 33 000 Km.

Je le fais faire chez un garagiste partenaire de FLEX FUEL qui m'a conseillé en hiver de mettre un peu de SP95 pour les démarrage par temps froid.
Or dans votre article vous mentionné que la composition de l'E85 différé selon la saison, la recommandation du garagiste est elle quand même valable ?

Merci.
Guillaume Darding [administrateur]

08 mars 2019 à 22h42

Bonjour pjmdur,

vous avez posé initialement votre question sur l'article à propos des systèmes de dépollution essence - https://www.guillaumedarding.fr/dossier-systemes-de-depollution-des-moteurs-essence-8687842.html

Pour reprendre ma réponse, il ne s'agit pas tant d'une incompatibilité technique que d'un manque de connaissance sur le sujet car le filtre à particules est une technologie récente.

Il n'est donc pas question d'une interdiction parce que l'E85 n'est pas compatible avec le GPF ou pour des questions d'émissions de particules. On est, en quelque sorte, dans une logique de principe de précaution.
Guillaume Darding [administrateur]

08 mars 2019 à 23h41

Bonjour Xavier H,

merci pour vos encouragements!

Normalement, le kit permet justement de faciliter les démarrages à froid. Certes, ce pourrait être un peu plus poussif (et encore) qu'avec du SP95, mais votre voiture devrait démarrer au premier coup de clé tout de même.

Personnellement, je trouve un peu dommage de monter un kit et de s'astreindre tout de même à une certaine gymnastique à la pompe pour rajouter un peu de SP95 en plus de l'E85!

GillesL

09 mars 2019 à 11h03

Bonjour et merci pour la qualité de vos informations. J'ai une Yaris Hybride acquise en novembre 2018 avec laquelle je roule exclusivement au E85 depuis deux pleins maintenant. Hormis une petite augmentation de consommation de l'ordre d'un litre supplémentaire environ, je n'ai aperçu aucune anomalie ni changement notable dans la conduite. Devrais-je selon vous mélanger les deux carburants E85 et E10 par exemple?Un grand merci. Gilles
Guillaume Darding [administrateur]

09 mars 2019 à 23h43

Bonjour Gilles, merci pour vos encouragements et votre retour d'expérience!

Si votre véhicule fonctionne bien avec de l'E85 uniquement, il n'y a pas besoin de faire de mélange, vous pouvez continuer à rouler comme ça (à ma connaissance, il y a déjà un certain nombre de personnes qui font le plein d'E85 sur Yaris et Prius hybride sans rencontrer de souci majeur). Le seul problème que vous pourriez rencontrer, ce sont des difficultés pour démarrer à froid en hiver si le moteur thermique est directement sollicité au démarrage. Maintenant, si vous habitez dans le sud, vous ne recontrerez pas forcément ce problème.

Si votre voyant moteur s'allume à terme (vous en êtes à 2 pleins, donc il y a peu de chance que ça se manifeste désormais), ce sera signe qu'il faut alors procédé à un mix E85/SP95.

La surconsommation que vous évoquez est tout à fait normale.

Attention, je me permets tout de même de rappeler que, si vous avez acquis votre véhicule neuf en novembre 2018, en cas d'avarie moteur, l'utilisation d'E85 pourrait motiver un refus de prise en charge par le constructeur.
pjmdur

15 mars 2019 à 15h23

Hello,

J'aurais une autre question concernant le fait que sur mon Puretech 130 Peugeot, il est clairement marqué E10 et E5 sur la trappe carburant.
Cela signifie-t-il que le système est capable de détecter les pourcentages d'éthanol et d'en tenir compte?
Ce qui expliquerait que certains moteurs récents tournent au E85 sans problème?

Cordialement
Bertrand Baillot

15 mars 2019 à 22h54

Bonjour et merci pour la précision et la globalité de vos explications, mais je souhaite vous questionner sur un autre sujet:
J'ai fait le choix de remplacer un véhicule diesel (Dacia Dokker) par le même modèle en version GPL d'origine. Je sais que je suis dans le bas de gamme et ne parle donc pas performance ou agrément, mais pourquoi le GPL est-il si mal traité, tant par les fabricants que par les distributeurs ou les pouvoirs publics ?
Malus à l'achat, prix à la pompe, (quand elles fonctionnent !) défaut d'information...
Cordialement.
Guillaume Darding [administrateur]

16 mars 2019 à 00h30

Bonjour Bertrand, merci pour vos encouragements!

concernant le GPL, il faut remonter quelques dizaines d'années pour comprendre les raisons de son désamour, notamment l'accident de Vénissieux en 1999.
Si les installations GPL sont désormais beaucoup plus sûres, il n'en reste pas moins des craintes à son sujet. Notamment, l'évacuation du GPL, en cas de fuite, peut être difficile car le GPL est plus dense que l'air, il a donc tendance à rester au sol, il faut donc une bonne circulation de l'air dans un local fermée (parking souterrain).

D'autre part, il semble plus compliqué (ou, tout du moins, les recherches sont moins avancées) de produire du GPL à partir d'énergie renouvelable, au contraire de l'E85 (pour faire le lien avec l'article) ou du CNG.

Pour ces raisons, le GPL, malgré certaines qualités évidentes, est appelé à rester un marché de niche.
Guillaume Darding [administrateur]

16 mars 2019 à 09h15

Bonjour pjmdur,

les étiquettes apposées sur votre trappe de carburant (E5 et E10) correspondent à une nouvelle identification des carburants au niveau européen, voir l’article à ce sujet https://www.guillaumedarding.fr/reglementation-nouvelle-identification-des-carburants-8811436.html.

Ces étiquettes ont pour but d’aider le consommateur, en particulier à l’étranger. Dans les faits, cela signifie que votre moteur est homologué pour fonctionner avec des carburants contenant jusqu’à 10% d’éthanol (ou équivalent), ce qui correspond, ni plus, ni moins, à la réglementation européenne.

Le calculateur moteur adapte les paramètres d’injection notamment grâce aux informations des sondes lambda. Ce sont elles qui vont détecter (indirectement) la présence d’éthanol (voir le chapitre « Que change l'E85 dans le fonctionnement du moteur? » pour plus d’information à ce sujet).
Q05

17 mars 2019 à 09h18

Je roule dans une Toyota Auris hybride de 2011 100.000km sans boîtier et 100% d'E85 (même en hiver). Je roule 100% E85 depuis l'été dernier. Le témoin orange est allumé. En hiver, lors des périodes de gel, le moteur démarrait quelques secondes puis s'arrêtait avec un gros choc très inquiétant. Problème résolu en arrêtant volontairement le moteur 1 seconde après son démarrage. J'attends dix secondes et après le moteur a toujours démarré sans problème. J'ai aussi constaté une fois un problème de ralenti trop bas après un voyage de 200 km. Il faut noter que l'on ne sait pas sur une hybride actionner manuellement le démarreur ni doser le régime moteur.
Tubenstock

17 mars 2019 à 23h15

Vu le surplus d'E85 nécessaire pour assurer une combustion correcte, comment être sûr que le système d'injection ait la capacité de fournir assez de carburant lorsqu'un boîtier est monté sans intervention sur la pompe à injection ou sur les injecteurs ?
Merci
Guillaume Darding [administrateur]

19 mars 2019 à 22h14

Bonjour à tous,

@Q05
merci pour votre retour d'expérience. Je vous conseillerai quand même de couper l'E85 avec du SP95 afin d'éviter l'allumage du voyant, ce qui peut-être signe de surchauffe sporadique.

@Tubenstock
Le dispositif de conversion est monté entre le calculateur et les injecteurs. Il agit donc sur les injecteurs, plus précisement sur leur durée d'ouverture. Le dispositif ne va donc pas agir sur des caractéristiques qui pourraient effectivement limitantes (débit/pression) à cause des caractéristiques du système d'injection, mais uniquement sur la durée d'injection pour s'assurer que la bonne quantité de carburant est délivrée dans le cylindre.
Bertrand Baillot

20 mars 2019 à 16h59

Bonjour Monsieur Darding
J'ai une question complémentaire à laquelle je n'ai eu pour l'instant qu'une réponse du type "Faites surtout pas çà, vous allez perdre votre garantie", les mêmes me préconisaient de ne pas rouler trop souvent au GPL, çà fatigue le moteur...(personnel Renault).
Ma question : est-il possible de monter un boîtier Flex Fuel sur un véhicule équipé pour le GPL (montage Renault d'origine) ? Le moteur est récent et donc compatible E10 comme vous l'expliquez plus haut.
Guichou83

20 mars 2019 à 19h05

Bonjour Guillaume,
Super article et complet, merci !

Existe t'il des version du 1.0 TSi flexfuel ?
Exemple pour le brésil.
Etant encore sous garantie pendant 2 ans, j'ai peur de la faire sauter avec l'E85 ...
Même la reprogrammation laisse des traces, soit ouverture du calculateur ou flash par la prise obd.
Merci par avance pour votre retour.
Romain
Guillaume Darding [administrateur]

21 mars 2019 à 00h42

Bonjour Bertrand,

il est tout à fait possible d'ajouter un boîtier de conversion à un véhicule fonctionnant à la bicarburation essence/GPL. Cette possibilité est bien prévue par l'arrêté du 30 novembre 2017.

Dans le cas d'un véhicule fonctionnant à l'essence, le certificat d'immatriculation est modifié à la rubrique P.3. Avant montage du dispositif, le code renseigné est ES (véhicule fonctionnant à l'essence). Après ajout du kit, ce poste devient FE (Flexfuel).

Dans le cas d'un véhicule fonctionnant à la fois à l'essence ou au GPL, le code P.3 de la carte grise est EG (bicarburation essence/GPL), c'est ce code que vous devriez avoir actuellement sur votre certificat. Après montage du dispositif, la rubrique P.3 du certificat deviendra FG (bicarburation éthanol/GPL).

Concernant la garantie, en cas de montage d'un dispositif homologué, une assurance fournie par le fabricant du boîtier se substitue à la garantie légale sur le véhicule en cas de dommage imputé à l'E85 (voir paragraphe 6 de l'article 3 de l'arrêté du 30 novembre 2017: "Le fabricant garantit la préservation de l'intégrité des moteurs et des systèmes de post-traitements des émissions de polluants sur lesquels est installé un dispositif de conversion qu'il commercialise. Il assume la responsabilité d'une détérioration éventuelle des moteurs et des systèmes de post-traitements due à l'installation de ce dispositif, et doit en démontrer la capacité ;".)

Pour ma part, je pense qu'il n'y a pas plus de crainte à avoir sur le fait d'ajouter un dispositif de conversion E85 sur un moteur bicarburation essence/GPL ou sur un moteur essence classique. Comme vous l'avez remarqué, votre moteur est déjà compatible avec le SP95-E10 et on en revient donc aux justifications faites un peu plus haut dans l'article.
Guillaume Darding [administrateur]

21 mars 2019 à 11h58

Bonjour Guichou83 et merci pour vos encouragements!

Concernant le 1.0l TSi, il existe effectivement, à ma connaissance, en version flexfuel au Brésil sur la up! (105 ch) et sur la Golf (128 chevaux) notamment.
Guichou83

21 mars 2019 à 12h42

Bonjour Guillaume,

Merci pour votre retour, pouvez vous me dire quel sont les différences entre le 1.0 tsi flexfuel et non flex.

Merci par avance
Guillaume Darding [administrateur]

21 mars 2019 à 13h53

Guichou83,

je n'ai pas connaissance des adaptations réalisées sur le 1.0 tsi pour le passer en Flexfuel. Si on se base sur les évolutions réalisées sur d'autres moteurs, outre la calibration, Volkswagen a peut-être aussi modifié les sièges de soupapes et ajouté un capteur de carburant. Je ne vois pas nécessairement d'autres points. Il faut aussi savoir qu'au Brésil, les véhicules peuvent fonctionner à l'E100 (100% d'éthanol).
Guichou83

21 mars 2019 à 14h36

Guillaume,

Merci beaucoup pour votre retour.
Oui c'est ce que je me disais.
Je ne savais pas pour l'E100, je comprends mieux pourquoi les 128 cv.
Merci en tout cas.
pjmdur

23 mars 2019 à 09h38

Hello,

Cette info peut intéresser les candidats au passage au E85:

Suite aux retours négatifs des installateurs sur les moteurs Renault TCE, les entreprises sérieuses ne feront pas l'opération.
La cause que Guillaume pourrait expliquer vient du calculateur et des sondes lambda.
En revanche, les moteurs Puretech Peugeot(100/130) ne posent pas de problème.

Cf: article Auto Plus du vendredi 22 mars 2019

Guillaume Darding [administrateur]

23 mars 2019 à 22h54

Bonjour pjmdur,

merci pour votre complément d'information. Je tiens tout de même à nuancer les propos à propos de la facilité d'adaptation du Puretech turbo (et des difficultés pour "convertir" les TCe par la même occasion). J'ai eu plusieurs retours de clients potentiels au dispositif de conversion sur ce moteur à qui l'installateur a fait part de difficultés avec le Puretech turbo.

Il faut surtout garder à l'esprit que qu'un fabricant de boîtier n'a pas forcément la même stratégie de fonctionnement en fonction des paramètres moteur et de température. Cela peut donc expliquer pourquoi certains fabricants ont des difficultés avec certains moteurs (quitte à dissuader les clients - il ne faut pas oublier qu'on parle d'une opération mécanique et que l'installateur a une obligation de résultat) et d'autres non.
Terry

30 mars 2019 à 15h10

Bonjour et merci pour cet article.

Je me pose la question de savoir si je peux mettre de l'E85 dans mon réservoir. J'ai un Juke Acenta 1.6L 117ch de 2012. Avez-vous des retours d'expérience sur ce modèle ?

Guillaume Darding [administrateur]

01 avril 2019 à 16h03

Bonjour Terry et merci pour vos encouragements!

Je n'ai pas de retour d'expérience sur cette motorisation. Néanmoins, si vous souhaitez vous passer d'un boîtier ou d'une reprogrammation, vous pourriez toujours essayer d'ajouter progressivement une certaine quantité d'E85 (25% puis 50% et éventuellement plus) jusq'à l'allumage du voyant moteur ou à avoir des difficultés de démarrage à froid notamment.
Benoit f

02 avril 2019 à 22h39

Bonjour
Dans l'explication, il est noté pas de filtre a particules, mais le moteur puretech 130 cv est compatible.
Quizz ?
Guillaume Darding [administrateur]

04 avril 2019 à 11h07

Bonjour Benoit,

la présence du filtre à particules ne permet pas de prétendre à l'homologation au sens de l'arrêté du 30 novembre 2017, ce n'est pas pour autant que le moteur puretech 130 ch, même équipé d'un filtre à particules, n'est pas compatible avec l'installation d'un dispositif de conversion.

Néanmoins, d'après les retours que j'ai eus sur ce moteur, il semblerait que certains boitiers/installateurs éprouvent des difficultés pour "convertir" ce moteur.
Benoit f

06 avril 2019 à 22h11

Merci pour ta réponse
speedb69

08 avril 2019 à 18h32

bonjour,

et tout d'abord merci pour cette article très détaillé. J'ai une ford fiesta ecoboost 100 cv, pensez vous que je puisse faire monter ce dispositif sans qu'il n'y ait de désagrément moteur?

Je vous remercie d'avance

Cordialement
Guillaume Darding [administrateur]

08 avril 2019 à 23h26

Bonjour speedb69, merci pour vos encouragements!

A ma connaissance, il n'y a pas de contre-indication majeur avec le 1.0l Ecoboost. Néanmoins, c'est aussi le rôle de l'installateur (ou de l'entreprise qui fait une reprogrammation), de par son expérience, qui sera le plus à même de vous conseiller (si ce dernier a de l'expérience avec ce moteur).
Carbonfiber

09 avril 2019 à 23h21

Bonjour,

J'aimerais connaître votre avis sur le boîtier d'ARM engineering qui pour moi fonctionne comme une reprogrammation en étant connecté au bus CAN.

Ça semble la meilleure solution homologuée.
Guillaume Darding [administrateur]

10 avril 2019 à 00h14

Bonjour Carbonfiber,

la connexion au bus CAN permet au boîtier d'être alimenté en électricité et éventuellement de lire les informations des autres calculateurs. Normalement, au sens de l'homologation définie dans l'arrêté du 30 novembre 2017, le dispositif ne peut pas intervenir sur les autres calculateurs et il ne peut modifier que le temps d'injection et l'avance à l'allumage. Dans le cadre d'une reprogrammation, on peut avoir naturellement plus de latitude (mais cette solution n'est pas homologuée...).
Bielle

10 avril 2019 à 13h25

Bonjour , les composants en contact avec le carburant sont compatibles avec le E85 depuis 2014 .
D'après Renault , leurs motorisations ne sont compatibles qu'avec du E10 , exceptés celles qui équipent les véhicules destinés au Brésil . Que doit on en penser ?
Guillaume Darding [administrateur]

11 avril 2019 à 21h00

Bonjour Bielle,

le message de Renault (et de tous les constructeurs en rège générale) doit être interprêté un peu différemment, je pense. Renault garantit (et c'est une obligation européenne) que ses véhicules fonctionnent parfaitement avec du SP95-E10: c'est une condition indispensable pour obtenir l'homologation (et donc l'autorisation de commercialiser le véhicule). Ca ne veut donc pas dire que les carburants contenant plus d'éthanol ne sont pas compatibles.

En revanche, les constructeurs ne testent pas nécessairement le fonctionnement de leur moteur avec des proportions plus importantes d'éthanol, donc ils ne sont pas en mesure d'en garantir le bon fonctionnement.
Carbonfiber

11 avril 2019 à 21h55

Oui je suis d'accord que le boîtier relié au bus CAN ne peut pas influencer le calculateur outre l'injection et l'avance et c'est pour cette raison qu'il est homologué mais par contre il a accès à tous les capteurs de la voiture, ce qui le rend je pense, fiable et précis. Mais effectivement la reprogrammation est la solution la plus précise, beaucoup moins onéreuse (1400 contre 500 pour mon cas)... mais non-homologuée même sans modification de performance. Un appel au crime de la part de l'état !

Pour ce qui est de l'assurance, je pense qu'une reprogrammation sans augmentation de performances n'est pas plus répréhensible que rouler à l'éthanol sans modification, avec la fiabilité en plus. Dans les deux cas le carburant n'est pas celui de la carte grise.
Alors effectivement mon assurance m'a donné un accord verbal pour ce type de reprogrammation au cas où je le ferait mais si je demande un écrit cela reviendrait à m'autoriser à utiliser un carburant non conforme pour mon véhicule...ce que beaucoup d'automobilistes font sans aucune modification, donc sans rien déclarer.
Encore une fois, rien dit, rien vu, rien entendu ?

Guillaume Darding [administrateur]

13 avril 2019 à 00h28

Bonjour Carbonfiber,

effectivement, une reprogrammation sans augmentation de puissance ne devrait pas pouvoir vous être reprocher, encore faut-il arriver à le prouver (car il est généralement entendu que les reprogrammation ne servent qu'à augmenter les performances du moteur...).
Certaines assurances délivrent des autorisations écrites, d'autres non: c'est assez compliqué de s'y retrouver.

Entendons-nous bien, en cas de sinistres, les chances sont très minces qu'on vous reproche d'avoir reprogrammer votre véhicule et si vous montrez que cette reprogrammation n'avait que pour but de rendre votre véhicule compatible avec l'utilisation d'E85, je ne vois pas en quoi votre responsabilité pourrait être engagée.
Carbonfiber

13 avril 2019 à 13h47

Bonjour, merci pour vos réponses, ce débat est intéressant. Je viens d'avoir l'information qu'un préparateur travaillait sur un projet de reprogrammation avec capteur de carburant. Ça serait le nec plus ultra et je parle toujours sans augmentation de puissance, les boîtiers homologués en prendraient un sacré coup même celui d'ARM. Le problème est que les lois mettent du temps à se faire, que par peur de ne pas pouvoir encadrer on interdit et que pendant ce temps la technique avance, les gens roulent et voient leurs intérêts ailleurs.
Gurvan

16 avril 2019 à 22h01

Bonjour,
Je regarde la nouvelle bmw 320i, équipée d’un FAP pour la nouvelle version de la norme euro6.
Puis monter un kit homologué euro6 pour injection directe sur cette voiture après achat du véhicule, sans risque d’un point de vue homologation et assurance ?
Merci d’avance,
Gurvan
Guillaume Darding [administrateur]

17 avril 2019 à 12h07

Bonjour Gurvan, vous pouvez normalement installer un kit de conversion, mais vous ne pourrez pas le faire homologuer au sens de l'arrêté du 30 novembre 2017 à cause de la présence du filtre à particules.

Il faut noter que certains installateurs / fabricants de dispositif de conversion fournissent (systématiquement ou en option) une assurance qui couvre tout dommage du fait de l'utilisation d'E85 (une assurance similaire à celle qui est obligatoire dans le cadre de l'arrêté du 30 novembre).
pjmdur

23 avril 2019 à 10h11

Bonjour,

A propos, il y aurait une info issue d'un garage que les problèmes de courroie de distri des premiers Puretech 130 viendrait d'une sensibilité à l'éthanol intégré dans le E5...
Je sais qu'il y a toujours sur les moteurs essence, une petite dilution du carburant dans l'huile; mais de là à attaquer la courroie, cela me semble bizarre...
J'aurais plutôt imaginé une agression par les détergents intégrés dans l'huile. Surtout que l'huile spécifique est identique diesel/essence.

Commentaire:

Nom d'utilisateur:

Adresse mail (non visible):

Site internet (optionnel):

Quelle est la forme géométrique du logo utilisé par Renault?

Réseaux sociaux
Commentaires
pjmdur à propos de l'article «Dossier: utilisation du superéthanol E85»

Avant-hier

Bonjour, A propos, il y aurait une info issue d'un garage que les problèmes de courroie de distri des premiers Puretech 130 viendrait d'une sensibilité à l'éthanol intégré dans le E5... Je sais qu'il y a toujours sur les moteurs essence, une petite dilution du carburant dans l'huile; mais de là à attaquer la courroie, cela me semble bizarre... J'aurais plutôt imaginé une agression par les détergents intégrés dans l'huile. Surtout que l'huile spécifique est identique diesel/essence.

Guillaume Darding à propos de l'article «Présentation moteur: Ford 1.5l et 1.6l Ecoboost»

Il y a 3 jours

Bonjour PAT 77, la distribution du 1.6l Ecoboost se fait par courroie classique. Concernant le Ford C-Max, à ma connaissance, il n'a jamais été disponible avec le 1.6l 150 chevaux, mais en version 120 chevaux. Il n'est de toute façon plus disponible depuis plusieurs années. Dans la gamme Ford, il n'y a guère que le Kuga qui sera prochainement équipé du 1.5l Ecoboost 150 ch en version flexifuel (d'autres modèles pourraient suivre, mais aucune chance que le C-Max soit concerné, étant donné qu'il est en fin de carrière et disponible, en essence, uniquement avec le 1.0l Ecoboost)..

PAT 77 à propos de l'article «Présentation moteur: Ford 1.5l et 1.6l Ecoboost»

Il y a 3 jours

Dans quel pays européen peux t on se procurer un FORD C MAX 1.6 150 CV EN FLEXIFUEL d'origine? la distribution est par chaine ou courroie ?

© Guillaume Darding

Mentions légales